Miller s'inquiète de la dangerosité du mur qu'il a percuté en EL2

Jack Miller appelle à repenser le virage 7 du circuit de Silverstone en termes de dégagement et de mesures de sécurité, après avoir percuté le mur se trouvant à l'extérieur lors des Essais Libres 1 du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Miller s'inquiète de la dangerosité du mur qu'il a percuté en EL2
Charger le lecteur audio

Jack Miller souhaite faire part à la Commission de sécurité de son inquiétude concernant le danger que représente le mur de Stowe du circuit de Silverstone après sa chute en EL2. Il est en effet tombé dans le virage 7 avant de glisser dans les graviers et de percuter le mur extérieur.

Bien "qu'un peu tendu", le pilote Ducati en est sorti indemne mais considère que ce virage très serré doit être reconsidéré et qu'y ajouter des airfence serait une mesure de sécurité supplémentaire. Il a de plus mis en évidence que si sa moto l'avait suivi et avait également percuté le mur, "l'histoire aurait été différente".

"C'est proche. Je vais me plaindre ou du moins en parler en Commission de sécurité parce que je me connais, je suis arrivé dans les graviers à l'envers, et j'ai glissé à l'envers. J'ai perdu mes repères sans plus savoir où j'étais parce que j'ai commencé à rouler et je n'avais pas de points de repères. Je ne pouvais pas dire si j'étais dans les airs ou au sol, ni quoi que ce soit. Après, ma tête a heurté en premier le sol alors j'ai replié mes poignets et en me retournant j'ai heurté le mur, puis j'ai rebondi contre lui. J'ai percuté le mur et la moto était proche de moi", a-t-il expliqué.

"J'ai chuté un peu tôt au freinage. J'ai par exemple vu Binder tomber et il n'a pas tout à fait atteint le mur, mais Zarco si. D'autres gars aussi. Ça fait partie des choses qui doivent être examinées à l'avenir car c'est assez effrayant, surtout s'il y a un contact ou quoi que ce soit. Même si j'ai eu cet incident ce matin et que j'ai essayé d'arrêter la moto avant d'aller dans les graviers, même avec cette zone de dégagement, c'est assez serré."

L'Australien n'a pas manqué de rappeler le violent accident arrivé à Jonas Folger en 2017, qui avait lourdement chuté dans ce virage, lui faisant dire qu'il n'est "pas passé loin" de vivre la même chose.

Pourtant peu préoccupé par ce virage jusqu'à présent, Miller a souligné que c'est toujours lorsqu'un gros incident se produit que les prises de conscience surviennent concernant la dangerosité ou non de certaines parties des tracés.

"Comme je l'ai dit, je n'avais pas de points de repère. J'étais en piste et une minute plus tard je percutais le mur. J'ai eu de la chance", a-t-il ajouté. "Il n'y a pas d'airfence là où j'ai touché le mur, donc peu importe, il faut en mettre. On va en discuter cet après-midi et essayer de trouver une solution."

Peu aidé par le vent qui balayait la piste lors des essais, il a reconnu être arrivé trop vite dans une partie où plusieurs pilotes avaient déjà chuté. Néanmoins, le #43 a affiché un bon rythme pour conclure cette première journée au neuvième rang et tire donc malgré tout un bilan positif.

"J'ai essayé d'arrêter la moto, ça ne marchait pas et j'ai fini dans le mur. Ce n'était pas idéal, assez stressant, mais j'ai été en mesure de revenir [au box], de changer de combinaison, de remettre le pneu tendre et de réaliser un bon chrono. Je ne peux pas trop me plaindre, on est dans le top 10 donc le premier job du week-end est fait. Maintenant il faut juste continuer demain. J'ai compris ce qu'il s'est passé avec la chute, je sais clairement que j'ai trop attaqué mais je sentais que je pouvais attaquer autant. Il faut juste essayer de faire en sorte que la moto me permette de freiner là, surtout pour dépasser."

Lire aussi :
partages
commentaires
VR46 aimerait deux Ducati identiques en 2023
Article précédent

VR46 aimerait deux Ducati identiques en 2023

Article suivant

Pol Espargaró se remet dans le bain après sa blessure

Pol Espargaró se remet dans le bain après sa blessure