Le moteur de l'Aprilia "a plus de potentiel" selon Aleix Espargaró

Dans le coup en termes de performance pure, le pilote Aprilia pense que le moteur de la nouvelle RS-GP doit être amélioré pour espérer concurrencer celui de ses rivales.

Aprilia et le team Gresini se sont livrés à des essais studieux sur le tracé de Sepang, par le biais des deux nouveaux pilotes de la structure, Sam Lowes et Aleix Espargaró. Si le premier nommé, en provenance directe du Moto2, a dû se contenter de la version 2016 de la RS-GP, le second a revanche eu la faveur d'étrenner le prototype 2017.

Au total, l'équipe italienne a bouclé 265 tours sur les trois jours de tests, dont 125 pour la moto de 2017. Suffisants pour opérer de multiples essais au niveau des gommes mais aussi des stratégies de course.

Des progrès à faire au niveau moteur

Treizième aux temps combinés, Espargaró s'est attelé à tester plusieurs blocs Aprilia pour dresser des comparaisons et dénicher de futurs axes de développement. "Je suis satisfait de ces tests", a expliqué l'Espagnol au terme des essais. "J’ai apprécié la moto de 2017, et elle a quelques améliorations comparée à celle que j’ai testée à Valence et Jerez. La nouvelle spécification du moteur est une étape importante, bien que de ce point de vue, nous avons encore besoin de gagner quelque chose par rapport aux motos les plus rapides, et le châssis a confirmé ses points forts."

Si le châssis de la RS-GP s'est affirmé comme une valeur sûre au fil des tests, beaucoup de travail reste encore à effectuer sur le bloc propulseur, alors qu'Espargaró a étrenné différentes spécifications lors des trois journées d'essais. "Nous avons amélioré un peu le moteur. Nous en avons testé un nouveau [mercredi] et il fonctionne un peu mieux. Nous devons améliorer la vitesse, nous devons améliorer l’accélération. Nous manquons encore d’un peu de stabilité à l’accélération à la fois au niveau du châssis et de l’électronique, car la puissance n’est pas totalement linéaire. Nous devons améliorer cela, parce que je pense que le moteur a plus de potentiel." 

Pour l'Ibère, la priorité doit donc être d’œuvrer au package global de l'Aprilia, dans le but de favoriser et maximiser la puissance délivrée par le moteur. "Nous avons évidemment besoin de progresser dans de nombreux domaines, en particulier en termes de distribution de puissance et de stabilité à l’accélération", a-t-il ajouté.

Une simulation de course compromise

Au-delà des conditions météos qui ont restreint le temps de roulage de l'ensemble du plateau, Espargaró a perdu du temps suite à un accident survenu en pleine simulation de course. "Vers la fin j’ai réalisé une simulation de course, mais je n’ai pu faire que 13 tours avec le pneu arrière gauche avant de chuter dans le dernier virage. Ceci dit, le rythme n’était pas si mauvais. Je pense que nous sommes à une douzaine de secondes des têtes d’affiche sur la distance d’une course", estime-t-il.

Malgré le fait qu'il n'a pas pu s'entraîner autant que désiré sur de longues distances, le pilote Aprilia peut néanmoins se réjouir d'avoir concédé 0"740 au "temps très rapide" du leader, Maverick Viñales. "Nous pouvons être satisfaits", juge-t-il.

Si tous les voyants ne sont pas au vert après cette première salve d'essais officiels, la version 2017 de la RS-GP semble donc reposer sur de bonnes bases, que le team Gresini compte bien faire fructifier lors des prochains tests, à Phillip Island du 15 au 17 février prochains.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement Essais de janvier à Sepang
Sous-évènement Mercredi
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Aleix Espargaró
Équipes Gresini Racing
Type d'article Réactions