Essais Buriram - J3 : Pedrosa grille la politesse à Zarco !

partages
commentaires
Essais Buriram - J3 : Pedrosa grille la politesse à Zarco !
Par : Willy Zinck
18 févr. 2018 à 10:31

Dani Pedrosa a signé le meilleur temps dans les dernières minutes, devançant de justesse Johann Zarco, qui le tenait depuis la mi-journée à Buriram. Cal Crutchlow est troisième devant Marc Márquez.

Chose promise, chose due ! Satisfait de ses progrès enregistrés hier sur le circuit de Buriram, Johann Zarco n'avait pas hésité à tabler sur un chrono sous la barre des 1'30 lors de la dernière journée d'essais.

Et ce qui pouvait d'abord être interprété comme un excès d'optimisme s'est au final transformé en résultat bel et bien tangible pour le Français, qui a été détenteur pendant une grosse demi-journée du meilleur temps absolu de ces tests en Thaïlande avec une référence de 1'29"867.

Las, une dernière charge de Pedrosa dans les toutes dernières minutes est venue mettre un terme à la domination du Français, qui doit finalement se contenter du deuxième temps, à moins d'un dixième cependant du numéro 26 et devant Cal Crutchlow et Marc Márquez

À noter que ce dernier et Zarco n'ont cependant pas utilisé le même pneu arrière pour signer leur temps de référence, l'Azuréen étant resté fidèle à sa philosophie du pneu le plus tendre, alors que son homologue catalan a de son côté recouru au composé medium, et aurait donc pu envisager une ultime progression chronométrique.

Un serpent en piste !

Sur un circuit, et surtout une localisation des infrastructures qui sont loin de faire l'unanimité dans le paddock, force est de constater que le public asiatique a répondu présent tout au long de ces trois jours, ce dimanche avec une importante foule présente dans les tribunes pour ces premiers tours de roue de l'année 2018.

Une belle affluence qui confirme l'engouement local pour le MotoGP, mais si les spectateurs sont restés sagement en tribune pour admirer l'évolution des pilotes en piste, la matinée a cependant été perturbée par la présence impromptue d'un… serpent sur le tarmac, qui a contraint les commissaires à brandir momentanément le drapeau rouge, le temps d'évacuer le visiteur du tracé. Une anecdote qui n'est pas sans rappeler la péripétie de Gino Borsoi, qui avait roulé sur un serpent lors du Grand Prix de Malaisie en 1998, gagnant alors le surnom de "Cobra Killer".

 

Mais revenons-en aux essais. Zarco a donc signé le deuxième temps absolu sur ces trois jours passés en Thaïlande, un résultat qui vient récompenser le pragmatisme de l'équipe Tech3, qui s'est attelée à tester un nouveau carénage, à améliorer la boîte de vitesses ainsi qu'à essayer les nouvelles gommes Michelin, avant de tout mettre bout à bout ce dimanche.

Il faudra à n'en pas douter compter sur la structure française, qui semble ne pas avoir été trop déstabilisée par le forfait de Jonas Folger, alors que des doutes pouvaient être émis sur son remplaçant, Hafizh Syahrin, au sujet de la pointe de vitesse avant ces essais, mais le Malaisien n'a cessé de progresser au cours de ces trois jours, pour réduire l'écart avec l'homme le plus rapide de 2"3 vendredi à moins d'1"7 ce dimanche. À voir donc si celui-ci sera à-même de poursuivre sur sa lancée lors des ultimes tests au Qatar courant mars.

Nouveau bras oscillant en carbone pour Honda

La quatrième place revient quant à elle à Marc Márquez. Le Champion en titre s'est montré sous son meilleur jour en Thaïlande, et a profité de ce dernier roulage pour étrenner, avec Pedrosa, un tout nouveau bras oscillant en carbone, avec au final un temps identique à celui de la veille.

Alors que les deux hommes ont terminé respectivement aux première et troisième places, Honda fait donc plus que jamais figure d'épouvantail en ce début d'année, sur un tracé qui n'était pas censé mettre particulièrement en exergue les qualités de la RC213V, et notamment celles de son moteur. 

On retrouve ensuite un certain Álex Rins, qui aura décidément réalisé de très bons essais en Thaïlande. Comme la veille, l'Espagnol y est allé de sa chute, dans le virage 10, mais a de nouveau mis en valeur les progrès incontestables de la Suzuki cette année. Les troupes d'Hamamatsu devraient ainsi faire leur retour au premier plan après une saison 2017 enfin mise au rebut.

Jack Miller a lui aussi chuté, dans le virage 4 pour sa part, mais à l'instar de Rins s'est montré très véloce sur sa GP17. L'Australien ne cesse de louer sa plus grande aisance au guidon de la Ducati, qui l'autorise notamment à être bien plus régulier qu'avec ses précédentes Honda.

Le pilote Pramac est d'ailleurs le plus rapide du clan Ducati, et tient ainsi tête à l'armada de GP18. Andrea Dovizioso s'arroge en effet la septième place du jour. Au sein de l'équipe d'usine, la recherche du meilleur temps n'a clairement pas été la priorité, sur un circuit qui devrait de toute façon convenir à la Desmosedici et surtout mettre en exergue la puissance de son moteur. L'équipe a donc de nouveau mis l'accent sur l'évaluation de ses différents carénages apportés en Thaïlande, et travaillé sur le châssis.

 

Ce dernier pose d'ailleurs encore de nombreux problèmes pour Jorge Lorenzo, qui a glissé dans la hiérarchie pour pointer à la 16e place. Les essais oniriques de Sepang semblent désormais bien loin pour le Majorquin, qui accuse près de neuf dixièmes de débours sur Pedrosa (il est du reste le dernier pilote à moins d'une seconde du Français, ce qui souligne encore une fois le resserrement du plateau cette année), et a même souhaité recourir à une GP17 mise à disposition par Pramac pour faire des comparaisons entre les deux dernières versions de la Ducati.

Les tourments du triple Champion du monde sont à la mesure de la déception de Maverick Viñales, qui n'y arrive décidément pas avec seulement le huitième temps aujourd'hui. Le numéro 25 n'est toujours pas satisfait par l'équilibre de sa M1, à tel point que celui-ci s'est un temps rabattu sur le châssis 2016… Le chemin est donc encore long pour que l'équipe officielle Yamaha et ses pilotes s'affirment comme des prétendants au titre cette saison, et cela passera sans doute par un gros travail sur le moteur et l'électronique, alors que la moto de 2018 semble souffrir des mêmes maux que celle de 2018.

Mais si la version 2018 de la M1 ne semble pas convenir aux pilotes officiels, c'est tout le contraire pour Danilo Petrucci, très heureux pour sa part de la GP18 fournie par Ducati. L'Italien boucle ces essais à la neuvième place, à une demi-seconde tout pile du temps de référence, mais apprécie la plus grande agilité proposée dans les virages lents par la dernière Desmosedici.

Nakagami de nouveau le meilleur rookie

Le pensionnaire de chez Pramac, qui aborde très certainement sa dernière saison avec l'équipe italienne, devance un Takaaki Nakagami qui a de nouveau fait office de rookie le plus rapide sur ces trois jours. Contre toute attente, le Nippon dicte sa loi face aux deux pilotes de pointe de la dernière saison de Moto2, Franco Morbidelli et Tom Lüthi connaissant des débuts difficiles avec l'équipe Marc VDS, en finissant respectivement aux 13e et 21e places.

Tito Rabat n'avait lui aussi pas été gâté lors de ses deux premières saisons en MotoGP. Mais le moins qu'on puisse dire, c'est que le passage de l'Espagnol de la Honda de Marc VDS justement à la Ducati d'Avintia semble lui faire le plus grand bien. Celui-ci a ainsi signé le 11e temps final, et aurait même pu viser une place dans le top 10 si son équipe ne s'était pas fourvoyée dans ses calculs de carburant, laissant ses pilotes en panne en cours de journée.

Derrière Rabat, Rossi (12e) et Iannone (15e) sont les déceptions du jour, au même titre que les KTM, seulement 18e (Smith) et 19e (Kallio). L'équipe autrichienne est restée très discrète tout au long de ces essais sur les évolutions apportées à ses machines, seul le nouveau carénage testé aujourd'hui ayant filtré.

Aprilia en retrait, en attendant le moteur 2018

Du côté d'Aprilia, on attend sans doute avec impatience l'arrivée du nouveau moteur, alors que les troupes de Noale doivent encore se contenter d'une simple évolution du bloc 2017. Elles pourront néanmoins toujours se féliciter du nouveau châssis, qui a permis à l'équipe de réaliser des temps intermédiaires très intéressants dans le troisième secteur.

Mais si la nouvelle RS-GP s'avère certes plus agile et a considérablement été allégée par rapport à sa devancière, elle manque encore cruellement de vitesse de pointe en ligne droite, et se montre en retrait en termes de rythme sur un tour. Au final, Aleix Espargaró et Scott Redding terminent ces tests aux 14e et 20e positions, et vont devoir encore ronger leur frein jusqu'au Qatar et l'introduction de la version finale du moteur pour pouvoir viser plus haut.

Ces ultimes essais à Losail auront d'ailleurs lieu au tout début du mois de mars, du 1er au 3 précisément.

Essais Buriram - MotoGP - Temps combinés

Pos.PiloteMotoChrono/Écart
1
 Dani Pedrosa Honda 1:29.781
2
 Johann Zarco Yamaha 0.086
3
 Cal Crutchlow Honda 0.188
4
 Marc Márquez Honda 0.283
5
 Álex Rins Suzuki 0.397
6
 Jack Miller Ducati 0.404
7
 Andrea Dovizioso Ducati 0.411
8
 Maverick Viñales Yamaha 0.493
9
 Danilo Petrucci Ducati 0.586
10
 Takaaki Nakagami Honda 0.675
11
 Tito Rabat Ducati 0.695
12
 Valentino Rossi Yamaha 0.730
13
 Franco Morbidelli Honda 0.867
14
 Aleix Espargaró Aprilia 0.920
15
 Andrea Iannone Suzuki 0.937
16
 Jorge Lorenzo Ducati 0.948
17
 Álvaro Bautista Ducati 1.102
18
 Bradley Smith KTM 1.140
19
 Mika Kallio KTM 1.388
20
 Scott Redding Aprilia 1.530
21
 Thomas Lüthi Honda 1.573
22
 Hafizh Syahrin Yamaha 1.756
23
 Karel Abraham Ducati 1.880
24
 Xavier Siméon Ducati 2.238

Prochain article MotoGP
Les pilotes Suzuki élogieux envers leur nouveau carénage

Article précédent

Les pilotes Suzuki élogieux envers leur nouveau carénage

Article suivant

Zarco : "J'ai été proche des 100% de la moto"

Zarco : "J'ai été proche des 100% de la moto"
Load comments

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Essais de février à Buriram
Catégorie Dimanche
Lieu Chang International Circuit
Auteur Willy Zinck
Type d'article Résumé d'essais