Pour Espargaró, une Q2 compromise par une chute et un manque de grip

Le pilote KTM s'est montré suffisamment performant lors des trois premières séances d'essais libres pour intégrer directement la seconde partie des qualifications, mais n'a pas pu en profiter à cause d'une chute.

Pour Espargaró, une Q2 compromise par une chute et un manque de grip

Pour la troisième fois de la saison, Pol Espargaró a réussi la performance d'accéder à la Q2 avec sa KTM, cette fois-ci au Mans dans le cadre du GP de France. Dans le coup depuis le début du week-end, il pouvait dès lors viser une bonne position dans le top 10, mais le moins qu'on puisse dire c'est que les qualifications ne se sont pas passées comme prévu pour l'Espagnol.

La journée avait pourtant très bien commencé, avec l'obtention du huitième chrono à la fois lors des EL3 et des EL4 (au cours desquels on l'a vu affublé d'un nouveau bras oscillant). "Ce matin, je n'avais pas les meilleures sensations, mais j'étais en mesure de trouver le moyen de faire un tour et d'aller dans le top 10", a-t-il confié au micro de nos confrères de Canal+. "Je n'étais pas si content que cela car les sensations n'étaient pas bonnes, mais nous étions au rendez-vous. Ensuite lors des EL4 nous avons fait quelques changements, mais nous n'avons fait qu'un tour car j'ai eu des petits soucis techniques, mais nous avons de nouveau été huitièmes avec un tour très rapide. J'étais donc vraiment convaincu de pouvoir faire une bonne qualification."

Lire aussi :

Espargaró en mal d'adhérence

Mais c'était sans compter sur l'évolution très rapide des conditions de piste samedi après-midi, qui a mené à un vrai casse-tête pour l'ensemble du plateau, que le numéro 44 n'a pas réussi à résoudre pour sa part, en proie à un manque criant d'adhérence. "La pluie est arrivée et la piste est devenue très glissante. [...] J'ai eu un très mauvais feeling et je n'ai pas pu attaquer dès les premiers tours comme j'avais pu le faire lors des EL4", a signalé Espargaró. "Lors des EL4 je suis sorti du garage et boum ! J'ai fait direct mon tour. Mais en qualifications, j'ai senti que j'avais tellement peu de grip que j'ai préféré mettre un tour de côté, mais je n'en ai même pas été capable. C'était très piégeux pour nous. Dans ce tour-là, j'avais Jack [Miller] devant moi, et je le voyais freiner, tourner, ouvrir les gaz, et je me suis dit qu'ils [la concurrence, ndlr] étaient à un autre niveau. Nous devons étudier ce qu'il se passe, et progresser en vue des prochaines courses."

Sur son premier run au cours de cette Q2, l'Espagnol s'était muni des pneus pluie medium, qui ne lui ont donc pas offert le niveau de grip nécessaire pour faire un chrono probant. L'intéressé a donc fait un passage par les stands en vue de chausser le composé soft à l'arrière, dans l'espoir de retrouver un tant soit peu de cette adhérence. Mais force est de constater que cela n'a pas été le cas.

Une chute avant d'utiliser le pneu soft

Sans doute victime d'un pneu encore trop froid, Espargaró a même chuté après seulement quelques virages. Après coup, il partageait d'ailleurs l'avis de son frère Aleix, selon lequel la température du tarmac manceau, évaluée à 15°C, ne permettait de bénéficier d'aucune adhérence. "J'ai eu le même feeling, c'était complètement de la glace", a-t-il ainsi confirmé. "Dans le garage j'ai mis le soft à l'arrière pour voir si je gagnais quelque chose comme ça. Je savais que je ne gagnerais pas de grip, mais je devais essayer quelque chose, au moins pour être quelque part. Mais même comme cela j'ai mis le pneu et dans mon premier tour lancé je suis tombé. Je ne pouvais rien faire."

Au final, Espargaró prendra donc le départ du GP de France depuis la 12e place sur la grille, et disposera tout de même d'une belle carte à jouer en course, et d'une opportunité pour signer un deuxième top 10 cette saison après celui obtenu à Austin le mois dernier. Le pilote KTM peut en effet se montrer optimiste suite au warm-up, où il a décroché le troisième chrono, derrière Fabio Quartararo et Marc Márquez.

P. Pilote Moto Temps Écart
1 Spain Marc Márquez Honda 1'40.952  
2 Italy Danilo Petrucci Ducati 1'41.312 0.360
3 Australia Jack Miller Ducati 1'41.366 0.414
4 Italy Andrea Dovizioso Ducati 1'41.552 0.600
5 Italy Valentino Rossi Yamaha 1'41.655 0.703
6 Italy Franco Morbidelli Yamaha 1'41.681 0.729

partages
commentaires
Warm-up - Quartararo annonce la couleur avant la course

Article précédent

Warm-up - Quartararo annonce la couleur avant la course

Article suivant

LIVE MotoGP - Le GP de France en direct

LIVE MotoGP - Le GP de France en direct
Charger les commentaires
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

MotoGP
23 juin 2021
Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021