Rossi : "L'un des pires week-ends depuis très longtemps"

Valentino Rossi a connu un cauchemar lors du Grand Prix d'Italie MotoGP, qu'il n'a pas terminé suite à une chute.

Rossi : "L'un des pires week-ends depuis très longtemps"

Devant ses supporters (qui scandaient encore son nom plusieurs minutes après la fin des cérémonies protocolaires), Valentino Rossi a connu un véritable week-end à oublier au Mugello. L'Italien n'a même pas pu voir le drapeau à damier de son Grand Prix à domicile. Le nonuple Champion du monde a renoncé sur chute, après avoir passé l'un des pires week-ends de sa carrière. Le calvaire a débuté dès les essais libres, où Rossi n'a jamais semblé dans le rythme, et s'est poursuivi en qualifications avec une très lointaine 18e place sur la grille de départ.

Lire aussi :

"C'était un week-end vraiment difficile, l'un des pires depuis très longtemps car nous n'avons jamais été rapides. Nous sommes arrivés ici en sachant que ça allait être difficile mais nous nous attendions à être plus forts ici au Mugello. Malheureusement ça ne s'est pas passé comme ça, dans toutes les séances je n'étais pas rapide."

Alors qu'il avait pu remonter quelques positions, Rossi s'est accroché au cinquième tour avec Joan Mir et sa Suzuki. De quoi faire tomber le numéro 46 au dernier rang... avant qu'il ne tombe au sens propre du terme dans la huitième boucle, mettant fin à son calvaire.

 

"En course, partir de loin est toujours difficile, et ça l'a été aussi car mon rythme n'a pas été fantastique. J'ai tout perdu quand j'ai touché Mir, j'ai essayé de le dépasser mais nous nous sommes touchés et nous sommes sortis. Après ça, c'était très difficile car je n'étais pas rapide. C'était un week-end très difficile globalement, de par les choses qui se sont passées, mais aussi car nous étions globalement assez lents, et nous avions du mal en course quand il fallait rouler contre d'autres motos. Nous ne sommes pas rapides en ligne droite mais aussi à l'accélération. Une course comme ça, c'est très difficile, nous devons essayer de faire quelque chose", explique-t-il.

Ce n'est pas la première fois ces dernières années que Valentino Rossi ne parvient pas à terminer au Mugello. En 2016, alors qu'il s'était élancé de la pole position, il avait subi une casse moteur dans les premiers tours de la course. Le pilote Yamaha explique que les sensations à l'issue de la course d'aujourd'hui sont différentes de celles d'il y a trois ans. "Ce sont des sensations très différentes, mais je veux dire que c'est pire cette année. En 2016, je partais depuis la pole position, et en course j'étais très fort donc je pouvais gagner et le moteur a cassé, donc je me sentais vraiment désemparé, mais un peu optimiste car j'étais rapide. Ici, je ne ressens pas la même chose, je suis beaucoup plus triste car je suis lent. C'est le plus important."

Déjà au Mans, un "grand bazar"

Après avoir sauvé les meubles il y a deux semaines lors du Grand Prix de France, avec une cinquième place, Rossi n'a donc pas pu enrayer la spirale négative dans laquelle il se trouve. En Sarthe déjà, il s'estimait chanceux avec les résultats qu'il a pu obtenir, et il l'a rappelé ce dimanche.

"J'ai essayé d'entamer cette partie de la saison en étant vraiment prêt car je sais que c'est très important pour moi d'ici jusqu'au Sachsenring. L'an dernier j'ai pu y marquer beaucoup de points. Mais déjà au Mans, c'était un grand bazar car nous étions lents. Là-bas nous avons pu jouer le pari du slick en Q1, et puis en Q2 c'était sur le mouillé, et en général dans ces conditions je suis rapide, donc j'ai pu démarrer cinquième. J'ai fait une course sans erreur, toujours à l'aspiration, et j'ai fini cinquième. Ici malheureusement, ça a été plus difficile, nous avons fait des erreurs... Si je n'en fais pas en EL3 au dernier virage, je passe directement en Q2, je peux démarrer en troisième ligne, et après ça devient une autre course."

S'il est l'un des pilotes les plus titrés de l'Histoire de la moto, Rossi n'en perd pas pour autant le goût de la victoire, et estime que les places d'honneurs pour lesquelles il parvient parfois à se battre ne sont pas suffisantes : "Mais bon, ça aurait été cinquième, sixième ou septième [s'il était parti de la troisième ligne], nous voulons essayer d'obtenir plus. Nous travaillons pour ça."

partages
commentaires
Quartararo en difficulté avec une pression de pneu très élevée

Article précédent

Quartararo en difficulté avec une pression de pneu très élevée

Article suivant

Petrucci est "vraiment désolé" après sa manœuvre sur Dovizioso

Petrucci est "vraiment désolé" après sa manœuvre sur Dovizioso
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021