Sécurité : le Red Bull Ring sera modifié, les pilotes confiants

Le sujet de la sécurité du Red Bull Ring pour la tenue de courses MotoGP a été un thème redondant à l'occasion des deux semaines passées en Autriche.

Sécurité : le Red Bull Ring sera modifié, les pilotes confiants

Avant-même le spectaculaire accident ayant impliqué Johann Zarco et Franco Morbidelli lors de la première des deux épreuves du Red Bull Ring et ayant donné des sueurs froides à un Valentino Rossi passé à deux doigts d'en être le malheureux protagoniste ; ou encore l'accident ayant impliqué Enea Bastianini et blessé Hafizh Syahrin en Moto2, se posaient déjà des questions concernant de possibles modifications de tracé offrant plus de sérénité aux pilotes.

De rapides aménagements avaient vu le jour dans la voie de dégagement du virage 3, notamment, où se trouve un important point de freinage et le risque de traverser la piste devant d'autres motos en cas de mauvaise chute, comme au premier virage. Le sujet a ainsi logiquement été abordé lors de la Commission de sécurité du Grand Prix de Styrie, réunion organisée en amont de chaque événement le vendredi soir entre les pilotes et les responsables du championnat.

Parmi les pilotes, Johann Zarco avait bien entendu à cœur de voir les discussions prendre une orientation productive focalisée sur les aménagements en eux-mêmes, plutôt que sur les responsabilités ou circonstances ayant pu mener à des incidents. Il s'était montré soulagé, en sortant de réunion, de constater que c'était bien le cas. "On a parlé de la sécurité de la piste de Spielberg, pas de qui est tombé, comment, par la faute de qui", soufflait-il ainsi. "On a donc parlé de l'accident, mais juste dans le but de changer la piste. Le Red Bull Ring est prêt : ils peuvent faire beaucoup de choses. Quand c'est dans l'esprit de Red Bull, personne ne peut les arrêter et s'ils veulent changer quelque chose, ils le feront."

Lire aussi :

"Quelque chose de permanent et plus sûr"

Franco Uncini, responsable de la sécurité de la FIM, a confirmé qu’un changement du tracé était à l’étude en vue de la prochaine édition et a lui aussi salué la réactivité des propriétaires du circuit pour initier des changements. Ce que désirent avant tout les organisateurs comme les pilotes est une solution viable sur le long terme.

"Ce n'étaient que des travaux d'urgence, que nous avons menés en quelques heures grâce au grand niveau de professionnalisme des personnes ici au Red Bull Ring", explique l'Italien au sujet des modifications rapides réalisées dès le week-end dernier. "Ils ont fait un travail excellent en peu de temps, et nous avons la chance qu'ils soient déjà organisés pour mener ce type de travaux. Mais il est certain que ça n'est pas permanent : c'est quelque chose qui n'a été mis en place qu'entre un week-end et l'autre. Nous allons étudier attentivement ce que nous ferons pour l'avenir, car en parlant avec les pilotes, plusieurs opinions ont été exprimées et il faut que nous proposions quelque chose qui soit permanent et plus sûr. Nous allons étudier cela et nous le saurons d'ici peu."

Le virage 1 n'est pas dangereux 

Andrea Dovizioso

"Le virage 1 n'est pas dangereux, mais il est clair que quand on tombe comme l'a fait Viñales, la moto peut rester au milieu et il faut aussi évaluer ça", estimait de son côté Andrea Dovizioso au terme des deux week-ends passés en Autriche. D'autres endroits, en revanche, sont désignés comme étant très sensibles par certains pilotes. "Moi aussi j'ai failli créer le bazar [en course] parce que j'ai freiné sur la partie sale au virage 2 et si j'étais tombé, j'aurais pris un tas de motos", reconnaît volontiers le vice-Champion du monde. "L'ensemble des virages 2 et 3 doit être modifié : on en a parlé à la Commission de sécurité et des propositions ont déjà été faites pour modifier la piste." Dovizioso a lui aussi été séduit par l'approche des promoteurs, qui se sont montrés très à l'écoute des pilotes et proactifs pour engager des changements. "Ce qui est bien, c'est que les propriétaires du circuit se sont dit totalement disposés à travailler sur le tracé et c'est important. Des propositions vont être faites dans les prochaines semaines et on évaluera celle qui sera adoptée", félicite le pilote Ducati, vainqueur de la première des deux épreuves qui s'y sont déroulées.

Monté sur la plus haute marche du podium la semaine suivante, Miguel Oliveira partage l'optimisme de ses pairs quant au fait que ce qui devra être fait le sera promptement. Le Portugais a lui aussi senti que les propriétaires du Red Bull Ring se montraient très à l'écoute. "Il y a eu des événements assez particuliers qui ont menés aux drapeaux rouges", explique le pilote Tech 3 KTM. "Je ne pense pas qu'il y ait de gros soucis avec la piste, mais on sait que certaines choses doivent être changées sur le tracé. Je crois qu'il s'agit d'une discussion ouverte et que nous verrons un Red Bull Ring plus sûr pour les prochaines saisons."

Les propositions auront encore besoin de recueillir un aval de l'ensemble des protagonistes pour voir le jour. Parmi celle-ci, Takaaki Nakagami révèle qu'un projet de chicane est à l'étude. "Cette piste est assez spéciale car elle est très rapide, surtout dans les secteurs un et deux, après les virages 1, 2 et 3", commence le Japonais. "À la Commission de sécurité de vendredi, après les EL2, beaucoup se sont plaint de la sécurité du tracé. J’ai entendu qu’il y avait quelques idées de changement du tracé entre les virages 2 et 3. Peut-être qu’ils vont essayer de mettre une chicane mais je ne sais pas, ils ont dit que ce n'était qu'une idée. Nous verrons bien dans le futur."

Lire aussi :

Espargaró à contre-courant

Toujours un peu plus bloqué en début de second week-end sur le fait de course qui avait provoqué l'accident entre Zarco et Morbidelli que sur les solutions à adopter, Pol Espargaró tenait un discours un peu plus dénonciateur.

"Ce n'est clairement pas la meilleure piste en termes de voies de dégagement, mais on est en train de parler de la sécurité d'une piste à cause d'une erreur humaine", insistait-il en début de week-end. "Ce n'est pas parce que la piste est ainsi faite qu'il y a eu un gros problème. Le fait est que la piste n'est pas l'une des plus sûres, c'est certain, parce qu'à beaucoup d'endroits il n'y a pas beaucoup de voies de dégagements, mais ce qui s'est passé en course ne devrait pas arriver. Ces choses-là ne peuvent pas arriver en MotoGP car on va très vite. On devrait donc partir de ce point-là : ce genre de choses ne devrait pas arriver en MotoGP, quelle que soit la piste. Ça peut arriver sur n'importe quel autre circuit, comme par exemple Le Mans : on arrive super vite au premier virage et s'il devait se passer quelque chose comme ça ce serait là aussi super dangereux. Alors ça n'est pas une question de piste mais de manœuvre."

Un son de cloche qui ne changeait pas chez l'Espagnol après la seconde course de dimanche : "Je pense que le week-end dernier, c'est une erreur humaine qui a entraîné tout ce bordel. Alors sans cette erreur humaine et sans ce problème de freins, les courses n'auraient pas été interrompues au drapeau rouge. Bien sûr, la piste peut être améliorée à certains endroits, c'est certain, et la Dorna et la Commission de sécurité y travaillent, mais c'étaient deux problèmes qui n'étaient pas liés à la piste."

Concentré sur une solution au niveau du tracé, son frère Aleix Espargaró révèle de son côté avoir discuté d'une option de modification avec Viñales à l'abord du virage 3. "C'est un virage très difficile. Il n'est pas assez sûr pour le MotoGP. […] Je pense que ce ne sera pas facile de modifier le tracé de la piste. Par exemple, je suis allé faire du vélo avec Maverick et on se demandait pourquoi le virage 2 ne deviendrait pas un virage plus marqué, plus agressif, pour que l'on freine plus et que l'on réduise ainsi la vitesse dans la ligne droite. Je ne sais pas s'il y a assez de place à gauche pour le faire, mais c'est une possibilité. Et l'autre serait d'en faire une complète ligne droite, mais c'est très dangereux."

Avec Léna Buffa

partages
commentaires
Oliveira s'imaginait vainqueur MotoGP depuis l'âge de 13 ans

Article précédent

Oliveira s'imaginait vainqueur MotoGP depuis l'âge de 13 ans

Article suivant

Petrucci a hâte de rejoindre KTM et espère bien finir avec Ducati

Petrucci a hâte de rejoindre KTM et espère bien finir avec Ducati
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021