Un Grand Prix en dents de scie pour Tech3 au Mugello

L'écurie française n'a pu compter que sur Bradley Smith (7e) pour défendre ses couleurs, tandis que Pol Espargaró a été erratique (15e).

Un Grand Prix en dents de scie pour Tech3 au Mugello
Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3
Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3
Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3
Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3 sort large
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3 sort large et chute
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3 sort large et chute
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3 sort large et chute
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3 est aidé par les commissaires après sa chute
Bradley Smith, Monster Yamaha Tech 3
Pol Espargaro, Monster Yamaha Tech 3
Charger le lecteur audio

La 6e manche du calendrier MotoGP aura permis à Bradley Smith de se rappeler au bon souvenir de tous. Le Britannique, englué dans le ventre mou du peloton depuis le début de saison, avait des difficultés à comprendre le mode de fonctionnement des Michelin. Tout cela semble oublié pour le porteur du numéro 38, qui a signé sa meilleure marque en 2016, avec une 7e position finale.

''Je n'ai pas été aussi rapide que certains de mes camarades pour appréhender la gestion des Michelin, mais nous y sommes arrivés, ce qui me rend confiant pour la suite de l'année. Je suis très heureux d'avoir fini en tant que meilleur pilote Indépendant. J'ai travaillé mes départs durant le week-end, nous avons effectué plus d'entraînements qu'à l'accoutumée, mais cela a semble-t-il payé'', estime-t-il.

Et pour cause : la Yamaha a brièvement occupé la 3e place au premier virage. ''Pour être honnête, je n'avais pas un super rythme en début d'épreuve. Mon but était de suivre les meilleurs à l'avant, et surtout de ne commettre aucune erreur ; je savais que mon rythme allait en s'améliorant. J'ai donc tenté de préserver les pneus, ce qui m'a permis de rester constant.''

Smith a eu fort à faire avec l'Italien Danilo Petrucci dans la dernière partie de course. L'Anglais soulignait d'ailleurs sur ses réseaux sociaux ce duel avec le mot-dièse #TheBattlesYouDontSeeOnTV (#LesBagarresQueVousNeVoyezPasALaTV). 

''La Ducati a tenté de me dépasser, mais j'en gardais un peu en réserve ! J'ai tout donné lors des ultimes tours, et je suis resté devant. Nous n'étions qu'à 13 secondes du vainqueur Jorge Lorenzo, ce qui démontre bien que nous œuvrons dans la bonne direction. Cela nous a pris jusqu'à la 6e course pour redevenir compétitifs, ce qui est assez long, mais il nous reste beaucoup de manches pour prendre des gros points que nous avons manqués ce printemps.''

Déception pour Espargaró

A contrario, son partenaire d'écurie Pol Espargaró a subi un sérieux accroc en terre italienne. Qualifié à une modeste 14e place, l'Espagnol a fait moins bien le dimanche, en sauvant le point du 15e rang. Plus que le résultat brut, c'est l'écart le séparant de son équipier qui frappe : plus de 46 secondes ! Le Champion Moto2 2013 revient sur cette journée sans.

''L'équipe et moi-même avons rencontré quelques problèmes. Si vous démarrez depuis l'arrière, vous avez le choix : ou vous dépassez un bon nombre de motos le plus rapidement possible, ou alors toute chance de bon résultat disparaît. C'est ce que j'ai tenté de faire, mais je suis entré en contact avec certains concurrents, et j'ai perdu du terrain lors des premières boucles'', reconnaît-il.

Les chose sont allées en s'empirant avec une attaque manquée sur Michele Pirro. ''J'ai freiné un peu trop tard lorsque j'ai voulu le doubler. La Ducati est tellement forte sur cette piste que pour les passer, il faut donner encore plus sur la moto. Je suis parti dans le bac à gravier, puis je suis tombé. Heureusement la moto n'était pas endommagée et j'ai pu poursuivre.''

''Marquer un seul point, ce n'est pas l'objectif que nous visions. Le prochain rendez-vous est 'à la maison', à Montmelo près de Barcelone ; je ferai tout pour réaliser un bien meilleur travail'', assure-t-il. Espargaró reste néanmoins leader du classement Indépendant, avec la 7e place au général.

partages
commentaires
Un week-end éprouvant pour Dovizioso
Article précédent

Un week-end éprouvant pour Dovizioso

Article suivant

Pourquoi Honda a dû modifier son moteur

Pourquoi Honda a dû modifier son moteur
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021