MotoGP
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
18 sept.
Événement terminé
25 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
9 jours
16 oct.
Prochain événement dans
16 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
23 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
37 jours
13 nov.
Prochain événement dans
44 jours
20 nov.
Prochain événement dans
51 jours

Rossi : un podium comme une victoire… sur Yamaha !

partages
commentaires
Rossi : un podium comme une victoire… sur Yamaha !
Par :

Rossi lève le voile sur un changement qu'il a obtenu de Yamaha entre les deux Grands Prix disputés à Jerez, lui qui explique que la moto qu'il utilisait jusqu'à présent n'était "pas la sienne".

Pour la première fois depuis le Grand Prix des Amériques, disputé en début de saison dernière, Valentino Rossi a fait aujourd'hui son retour sur le podium en décrochant la troisième place du nouveau Grand Prix d'Andalousie. Et le vétéran du plateau n'a pas fait dans la dentelle à l'heure de célébrer ce résultat libérateur.

Après des mois de difficultés au guidon de sa M1, s'il juge ce podium "très important, presque comme une victoire", il s'agit visiblement d'une victoire avant tout politique tant il est convaincu d'avoir passé un cap. Le pilote italien explique en effet avoir réussi à convaincre Yamaha de le laisser se détacher des solutions techniques utilisées par les autres pilotes du clan, non sans mal.

"Ce podium arrive après le week-end dernier, qui a été vraiment frustrant. Mais une grande partie de la saison dernière l'a été aussi, j'ai tout le temps souffert des mêmes problèmes. Ça a été dur, j'ai dû me battre pour obtenir un changement, parce que parfois on se heurte à des problèmes auxquels on ne s'attend pas pour des questions politiques", explique-t-il à Sky Italia.

Lire aussi :

"Avec mon équipe, on a dû beaucoup pousser pour pouvoir changer mes réglages, parce que la moto que j'ai utilisée jusqu'à dimanche dernier n'était pas la mienne : je n'étais pas à l'aise, car dans les virages la moto prend une position qui ne me plaît pas. C'est quelque chose qui est fait pour économiser le pneu, mais moi j'étais juste plus lent et j'usais malgré tout mon pneu."

Le changement auquel il fait référence était en effet destiné à répondre au problème d'usure et de patinage auquel il se heurte depuis désormais plusieurs saisons. Seulement les options mises en place n'ont visiblement fait qu'empirer la situation pour Rossi et creuser un gouffre entre lui et les autres pilotes du groupe.

"Ces dernières années, avec Michelin, la Yamaha a beaucoup souffert de la dégradation du pneu arrière. Fin 2018 et début 2019, ils ont étudié une autre façon d'équilibrer la moto pour économiser le pneu. Pour moi, ça a été bien au début, j'ai fait deux podiums, mais ensuite non, alors que c'était très bien pour Maverick et Fabio. Non seulement ça n'a pas réglé mon problème avec le pneu, mais je n'arrivais pas non plus à piloter la moto parce que mes sensations étaient très différentes, surtout en entrée de virage."

"Ça n'a pas été facile, mais on n'a pas baissé les bras et depuis vendredi matin on a fait des choses différentes. Dès le troisième tour, je me suis senti mieux : c'était une meilleure moto pour moi, une meilleure position dans les virages, quelque chose qui correspondait plus à mon style. On a continué, on a beaucoup travaillé et on a amélioré la moto au fil du week-end."

Le résultat de la semaine dernière était trop mauvais pour être réel, même si je suis vieux ! Pas à ce point !

Valentino Rossi

Bien que contraint à l'abandon sur problème technique la semaine dernière, Rossi avait surtout déploré une performance médiocre, très inférieure à celle des deux pilotes de pointe du groupe Yamaha, qui eux s'étaient battus aux avant-postes tout le week-end. "Le résultat de la semaine dernière était trop mauvais pour être réel, même si je suis vieux ! Pas à ce point !" martèle-t-il.

En se battant pour le podium une semaine plus tard, dans des circonstances comparables, le #46 a le sentiment d'avoir faire taire les critiques. "Tout d'abord, je n'arrête jamais", met-il au clair. "Quiconque dit cela ne me connaît pas. Mais d'un autre côté, je comprends les critiques. Je dois puiser toute la motivation en moi, particulièrement pendant cette période, où mon équipe m'a beaucoup aidé. Ils m'ont montré la lumière au bout du tunnel et m'ont beaucoup aidé en me donnant une autre moto depuis vendredi matin. Jeudi soir, je voulais rentrer à la maison ! Mais vendredi matin, je me suis dit : 'ah ok, ok, je veux ça !' [rires]"

Lire aussi :

"Ce podium est aussi pour toute mon équipe. [...] Après la course de la semaine dernière, ou après Valence et Aragón l'année dernière, on s'était regardé et on n'avait pas les mots. On s'était dit qu'il était peut-être temps de rester à la maison !" admet Rossi, d'autant plus déconcerté la semaine dernière qu'il s'est déjà engagé à courir la saison prochaine. "On avait déjà pris la décision de courir l'année prochaine, mais j'étais un peu inquiet parce que je ne prenais pas de plaisir, je ne m'amusais pas à piloter la moto. Et c'est très frustrant parce que ça fait longtemps que j'ai ce problème."

"Cette fois c'est mieux. Jerez est une piste que j'adore, mais après ma victoire en 2016 j'ai toujours été en difficulté ces dernières années, j'ai tout le temps fait de mauvaises courses. Faire un podium ici avec une bonne course, et malgré 60°C au sol, ça signifie qu'on est en bonne voie et qu'on peut être compétitifs aussi à Brno", retient le #46, reboosté comme jamais.

Et pour clarifier d'éventuelles nouvelles critiques après ces propos, Valentino Rossi précise : "Je ne voulais pas me chercher d'excuses. On a une super relation avec Yamaha. Je suis un pilote Yamaha dans le cœur et je suis une part importante de l'Histoire de ce constructeur, mais je voulais juste leur mettre un peu la pression après ce bon résultat !"

"Il faut qu'ils me soutiennent"

S'il a le sourire au sortir de cette course qui lui rapporte 16 points, Rossi garde visiblement en travers la bataille qu'il a dû mener en coulisses pour en arriver là. "Je suis ici depuis plus longtemps... Mais je pense que c'est normal, parce que vu que je pilote la même moto que Fabio et Maverick et qu'ils arrivent à être si rapides, Yamaha pense que je dois piloter comme eux. Mais il faut qu'ils me soutiennent parce que je suis dans l'équipe factory et l'année prochaine je serai chez Petronas, alors il faut qu'ils me fassent confiance : je ne suis peut-être pas le plus rapide en piste, mais je pense que je peux faire de bonnes courses", prévient-il.

"Pour moi, ça n'est pas très intelligent et je me suis parfois demandé pourquoi", ajoute le pilote au sujet de cette volonté de Yamaha de lui faire suivre la même voie que ses comparses. "Cette année on est plus forts dans le stand, on ne baisse pas les bras, on pousse fort sur les ingénieurs japonais avec David et toute l'équipe. C'est bien pour moi parce que s'il faut que je pilote cette moto, je ne suis pas assez motivé pour me donner au maximum car je ne suis pas assez rapide."

Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing, Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

Interrogé sur les critiques émises par Valentino Rossi à l'arrivée de la course, Lin Jarvis a fait amende honorable, préférant sans doute clore le débat, au moins en public. 

"La plupart de nos Yamaha ont une gamme de réglages similaire, et la zone dans laquelle ils travaillent est assez commune", a-t-il expliqué à BT Sport. "Mais Vale a eu du mal à s'y faire, à se sentir à l'aise et à faire en sorte que ça marche pour lui. Nous avons pu constater au cours de la dernière saison et demie que Vale n'était pas là où il a l'habitude de se trouver. Il était très déçu et voulait vraiment changer quelque chose après le premier week-end. Nous avons décidé de faire ce changement : il voulait essayer parce qu'il n'y avait rien à perdre."

"Valentino a manifestement beaucoup d'expérience et il sait ce qui fonctionne pour lui. Il a insisté, nous avons accepté et fait le changement. Je ne dirais pas que cela a résolu tous ses problèmes, mais il se sent beaucoup plus à l'aise et a l'impression que c'est à nouveau sa moto et qu'il peut donc mieux la piloter. C'est en partie ce que les pilotes doivent faire : pousser à l'intérieur du garage aussi bien que sur la piste", accepte le patron.

Avec Guillaume Navarro  

Quartararo : "J'en ai des points faibles, mais je les cache bien"

Article précédent

Quartararo : "J'en ai des points faibles, mais je les cache bien"

Article suivant

Alerte chez Yamaha : deux victoires mais trois moteurs perdus

Alerte chez Yamaha : deux victoires mais trois moteurs perdus
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP d'Andalousie
Catégorie Course
Lieu Circuito de Jerez
Pilotes Valentino Rossi
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa