Quartararo : "J'en ai des points faibles, mais je les cache bien"

Quartararo est sorti vainqueur de la course la plus éprouvante qu'il lui ait été donné de disputer en MotoGP, une épreuve de force où il a fait parler sa vitesse, sa résistance, mais aussi une maturité acquise ces derniers mois.

Fabio Quartararo a réussi à remporter une deuxième victoire de suite, signant au passage un hat-trick qui ne fait que confirmer sa suprématie sur le Grand Prix qui se déroulait ce dimanche à Jerez et dont il a n'a jamais quitté les commandes après un départ parfait. Lui qui regrettait la semaine dernière d'avoir réussi tous ses départs en essais et manqué celui qui comptait le plus, il était cette fois au rendez-vous et a filé si vite, sans demander son reste, qu'il n'a jamais véritablement été inquiété.

"C'était super de prendre un bon départ", se félicite-t-il. "Samedi j'ai fait zéro départ car mon holeshot device ne fonctionnait pas. Vendredi j'ai fait quatre départs, quatre désastres. Ce matin, idem. J'ai finalement pris un bon départ malgré la pression des feux rouges."

Lire aussi :

Une fois solidement installé en tête, Quartararo a essayé d'imprimer son rythme, d'emblée supérieur à celui de ses adversaires. "J'ai fait mon rythme, c'était une course très, très longue, j'étais en tête tout le temps. Maverick [Viñales] m'a passé mais j'ai gardé mon calme et je l'ai repassé. Et j'ai fait mon rythme", explique-t-il au micro de Canal+.

"Au premier tour, je savais qu'il fallait vraiment que je fasse attention, que je fasse ça bien", rappelle le pilote Petronas. "Le premier tour, j'ai entendu Maverick qui arrivait super vite dans le dernier virage, donc je me suis dit qu'il fallait que je freine et qu'il n'allait pas s'arrêter. J'ai recroisé."

"Vous n'imaginez pas comme c'est difficile de faire 25 tours en tête par cette chaleur. C'est incroyable !" poursuit le Français, qui a une nouvelle fois réussi à garder sa concentration, tout en suivant des yeux une marge qui ne cessait de s'accroître. "La première fois que je l'ai regardé, ça disait 0"6 sur Valentino. Je me suis dit : 'OK, maintenant, c'est vraiment le moment de pousser'. Puis, ça a dit une seconde et je ne m'y attendais pas. Ensuite 1"2, 1"6… Je me souviens qu'en Moto2, 1"6 ce n'était rien, mais en MotoGP, c'est beaucoup ! En me retournant dans le virage 6, je me suis dit : 'wow, j'ai un avantage énorme' comme si j'avais quatre secondes ! Puis 'OK, reste calme'."

Le vainqueur Fabio Quartararo, Petronas Yamaha SRT

Avec 37°C dans l'air et 60°C au sol, la course aura en effet été aussi éprouvante que cela pouvait être craint, et huit pilotes l'ont payé d'un abandon, sur chute ou à la suite d'un problème technique.

"C'était vraiment difficile. Vingt-cinq tours avec ce genre de conditions ça n'est jamais facile", admet le vainqueur. "C'était vraiment long, et puis il fallait aussi rester concentré parce que parfois, quand on a pas mal d'avance sur le deuxième, on voudrait se dire qu'on peut ralentir mais c'est le moment où on peut facilement partir à la faute parce qu'on ne pilote pas comme on le voudrait, on essaye de gérer et je pense que c'est le genre de moments où il faut être vraiment concentré. Ce n'était pas facile mais je pense que c'est quelque chose que j'ai amélioré par rapport à l'année dernière, que j'arrive à gérer un peu mieux pour rester plus concentré. C'est pour ça que je suis très content de ma course aujourd'hui."

"Ça a été une course super difficile, je pense que c'étaient les conditions les plus extrêmes qu'on ait connues. J'avais les mains brûlantes, les pieds, même le torse, il faisait super chaud avec la température de la piste, celle de la moto... Incroyable !" souffle le Français.

Des conditions sensiblement différentes de celles de la semaine dernière, à laquelle il est fier de s'être adapté : "[Je suis content] de ma régularité sur 25 tours, avec cette chaleur. C'était très difficile, parce que les conditions n'étaient pas les mêmes que la semaine dernière et j'ai donc dû piloter différemment. Et je pense que ma capacité d'adaptation dans ce genre de conditions est une chose sur laquelle j'ai beaucoup progressé par rapport à l'année dernière. La constance pour les pneus aussi."

Lire aussi :

Malgré des conditions extrêmes, Quartararo, lui, n'a commis aucun impair. Serait-il parfait ? "J'en ai des points faibles, mais je les cache bien ! J'essaie de travailler au maximum mes points faibles, ce que j'ai fait cette année", rappelle le Français, passé sur une mentalité différente cette année, beaucoup plus focalisé sur le rythme de course.

Si cela ne l'a pas empêché d'être invaincu en qualifications en ce début de championnat, son approche a prouvé être la bonne lors des deux courses. "On savait bien que sur les tours rapides on était performant, et ce qui me manquait c'était le rythme de course. Vendredi la semaine dernière on était 15e, ce vendredi on était 13e, pas de stress, on est là. Franchement c'est incroyable ce qu'on a fait encore cette semaine."

Avec Basile Davoine

partages
commentaires
Championnat - Quartararo reste leader après sa 2e victoire
Article précédent

Championnat - Quartararo reste leader après sa 2e victoire

Article suivant

Rossi : un podium comme une victoire… sur Yamaha !

Rossi : un podium comme une victoire… sur Yamaha !
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021