Zarco : Un top 10 au Qatar ne serait "pas un objectif fou"

Le pilote français est déjà tourné vers le premier Grand Prix de la saison MotoGP, où il espère d'ores et déjà obtenir le résultat souhaité par le patron de KTM en optimisant pour cela le dernier test de pré-saison.

Zarco : Un top 10 au Qatar ne serait "pas un objectif fou"

Johann Zarco participait ce mardi à sa première présentation officielle en tant que pilote factory, au cœur du groupe de pilotes tous plus ambitieux les uns que les autres que KTM a réuni sur scène dans son quartier général de Mattighofen. Un événement médiatique qui marque désormais le coup d'envoi officiel de la saison 2019, entre deux séances de travail intenses dans lesquelles le Français tente de puiser le maximum afin de réussir son début de championnat.

Lire aussi :

Classé 17e des essais de Sepang, il y a quelques jours, le numéro 5 se prépare à prendre la piste à Losail la semaine prochaine. Alors que le premier Grand Prix de la saison sera disputé début mars sur ce même circuit, il s'agira d'une séance d'autant plus importante pour d'ores et déjà mettre toutes les chances de son côté afin de se positionner le plus haut possible sur la grille de départ puis au classement final de la course.

Quelle impression cela fait-il de participer à la présentation KTM aujourd'hui ? Et que retiens-tu du test de Sepang ?

C'est sympa d'être à cette présentation. J'ai aussi pu voir les pilotes Moto2 du team Tech3 et les pilotes d'Ajo Motorsport, c'est sympa de les voir et d'être pratiquement au sommet de la pyramide KTM. Après un bon test à Sepang, je suis vraiment content car je sens que tout le travail qu'on a entamé est en train de payer – pas très vite, mais ça paye. Tant que je garderai la motivation, je sens que je pourrai atteindre des objectifs élevés. On a la possibilité de commencer la première course à un bon niveau grâce aux trois jours qu'on aura juste avant le Qatar. On va essayer de les exploiter pour vivre un bon début de saison.

Vous aviez beaucoup de choses à tester à Sepang. Penses-tu que le programme hivernal a été un peu trop optimiste, ou bien as-tu obtenu plus ou moins ce que tu souhaitais ?

On avait beaucoup de choses à tester, c'est vrai, mais on a besoin de temps pour les tester parce que tout n'arrive pas immédiatement. Je ne m'attendais pas à progresser aussi bien que je l'ai fait en Malaisie. Ça m'a vraiment donné le sourire pour sentir que, OK, même si parfois je peux être en difficulté, les résultats peuvent arriver. Il est vrai aussi que nos adversaires, sur des motos différentes, progressent eux aussi et vont vite. Avec KTM il va donc falloir qu'on progresse plus vite pour les rattraper. Je ne sais pas quand arrivera le résultat qui montrera qu'on est au même niveau qu'eux, mais j'espère que ce sera le plus tôt possible.

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing

Le passage de la Yamaha à la KTM est-il difficile en termes de style ?

Tout arrive petit à petit. Il y a énormément de choses à contrôler, il n'y a pas juste une grosse chose qui ferait la différence. C'est vrai que concernant mon style, j'ai essayé de trouver pendant l'hiver ce que je pouvais faire mieux ou ce que je pouvais changer sur mon corps pour ouvrir une nouvelle porte, mais sans tout changer parce que les bons résultats que j'ai obtenus auparavant signifient aussi que mes compétences naturelles sont bonnes et me permettent d'obtenir de bons résultats. Il faut donc que je continue à progresser et, dans le même temps, les réglages de la moto s'améliorent pour moi et les deux concordent.

Lire aussi :

Où penses-tu avoir encore besoin de progresser le plus ?

Avant tout, je contrôle maintenant bien la moto quand j'entre dans le virage. C'est important parce que quand je vais courir, on a toujours des chances de dépassement quand on est au freinage et je suis content de mieux contrôler la moto dans ce domaine. Ensuite, on a un moteur puissant, ce qui peut toujours aider en sortie de virage. Mais je crois que si je me sens plus à l'aise dans le virage, j'arriverai à signer de meilleurs temps pendant toute la course.

En devenant pilote factory KTM, tu dois désormais participer au développement de la moto. À quel point est-ce difficile de changer de mentalité par rapport à avant ?

Le plus gros changement dans ma mentalité est d'accepter qu'il faut du temps pour développer des choses. C'est vrai qu'avec toutes les expériences que j'ai eues auparavant, mon job était d'utiliser à 100% ce que j'avais et ce 100% était normalement très proche de la victoire. Il était donc plus facile de comprendre mon niveau. Maintenant je dois garder confiance en moi quant à mon niveau et savoir ce que je suis capable de faire, mais quand même me donner à 100%. Cependant, même si j'arrive parfois à utiliser la moto à 100%, peut-être qu'elle n'est pas prête pour être au niveau de la victoire alors il faut être très intelligent et grandir mentalement pour, tout en travaillant, garder mes distances pour faire les bonnes analyses. Tout ça, je l'analyse et maintenant je crois que je suis en position de contrôler ces sensations et ces émotions dans le box.

Johann Zarco, Red Bull KTM Factory Racing

Comment se passe le travail avec Pol Espargaró ?

On ne travaille pas tellement ensemble, on a beaucoup à faire avec notre team respectif. Les teams parlent ensemble, mais on est très occupés, même en essais. On partage juste nos feelings, mais au sujet de la vie plutôt que de la moto.

Avoir un bon coéquipier va pousser toute l'équipe à un niveau élevé. C'est la compétition : si on n'aime pas ça, on ne court pas.

Johann Zarco

Est-ce que ça te motive de voir qu'il a déjà pu monter sur le podium avec la KTM ?

C'est un gars sympa et rapide. Oui, c'est une très grande motivation. Il est clair qu'avoir un bon coéquipier va pousser toute l'équipe à un niveau élevé. C'est la compétition : si on n'aime pas ça, on ne court pas.

Quel est l'objectif réaliste que tu nourris pour les qualifications de la première course au Qatar ?

Pour les qualifs, il sera difficile d'accéder immédiatement à la Q2. Ensuite passer par la Q1 et accéder à la Q2 c'est difficile aussi, car j'ai eu quelques expériences où, parfois, certains pilotes de la Q1 étaient plus rapides que le top 8 de la Q2. Mais je crois qu'avec un bon travail et un bon contrôle de la moto, un top 10 en course ça n'est pas un objectif fou à se fixer.

Et en qualifs, quelle position serait satisfaisante pour toi ?

Aussi haut que possible ! Je serais content d'être dans le top 12, ça m'aidera ensuite à viser un top 10 en course.

Propos recueillis par Maria Reyer

partages
commentaires
KTM et Tech3 présentent leur nouvelle livrée

Article précédent

KTM et Tech3 présentent leur nouvelle livrée

Article suivant

Poncharal et Tech3 impressionnés par les moyens de KTM

Poncharal et Tech3 impressionnés par les moyens de KTM
Charger les commentaires
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021