Pas de rééquilibrage entre Hypercar et LMP2 pour les 6H de Spa

Les 6 Heures de Spa vont se dérouler sans changement dans la Balance de Performance entre les Hypercar et les LMP2, même si ces dernières étaient les plus rapides dans les essais effectués en début de semaine.

Pas de rééquilibrage entre Hypercar et LMP2 pour les 6H de Spa

Moins puissantes mais aussi plus lourdes que les LMP1 alignées jusqu'à la saison passée, les Hypercars sont donc moins performantes, le but étant d'obtenir des chronos cinq secondes plus lents aux 24 Heures du Mans. Afin de maintenir un écart entre les voitures de la catégorie principale et les LMP2, ces dernières ont vu leurs performances réduites, avec 20 kg ajoutés et une puissance réduite de 65 chevaux par rapport à 2020, une nouvelle réduction ayant été annoncée au début du mois d'avril.

Des mesures visiblement insuffisantes puisque lors du Prologue du WEC organisé à Spa en début de semaine, les LMP2 ont réalisé un triplé. La première Hypercar, la Toyota #08, n'était que quatrième, Sébastien Buemi ayant réalisé un chrono de 2'04"669 le reléguant à 0"501 du leader, Nyck de Vries dans son Oreca #26 du G-Drive Racing.

Lire aussi :

Toyota a immédiatement appelé à un ralentissement des LMP2, afin de garantir l'avantage de la catégorie Hypercar dans la saison à venir, mais aucune modification n'est prévue à court terme. Interrogé pour savoir s'il y aurait des changements avant le début, jeudi, de l'épreuve de Spa, Thierry Bouvet, directeur technique de l'ACO, a répondu : "Clairement non, pas à ce stade. Les premiers paramètres de l'Hypercar resteront inchangés."

"Nous publierons bientôt une [nouvelle] BoP : vous y trouverez quelques changements visant juste à corriger certaines erreurs, [donc] pas véritablement des changements. Nous avons mené beaucoup de simulations pendant un an et demi avec les constructeurs impliqués, nous n'allons pas jeter tout ce travail à la poubelle."

Reconnaissant que la Balance de Performance actuelle est un "point de départ" susceptible d'évoluer, Bouvet assure cependant que les essais de Spa ne donnent pas une photographie représentative de la situation, estimant que le kit aéro pour Le Mans permet de compenser en grande partie la puissance perdue.

"Les changements que nous avons opérés en LMP2 paraissent énormes, mais lorsque nous avons fait l'exercice de superposer les lignes de vitesse du Prologue et celles des essais libres de l'année dernière ainsi que de 2019, c'est incroyable à quel point elles étaient proches", explique-t-il. "Le kit Le Mans compense la majorité de la réduction de puissance de 50 kW. Les vitesses de pointe en bout de ligne droite sont presque identiques."

Albuquerque craint que les LMP2 soient encore ralenties

#22 United Autosports USA Oreca 07 - Gibson : Philip Hanson, Fabio Scherer, Filipe Albuquerque

En LMP2, Filipe Albuquerque s'oppose à une possible nouvelle réduction des performances dans les prochaines semaines. Le Champion 2019-20 de la catégorie, avec United Autosports, pense qu'une telle mesure nuirait grandement au comportement de prototypes selon lui déjà lourdement affectés par les décisions prises au cours des derniers mois.

"En tant que pilote LMP2, on ne peut pas être encore ralenti", a déclaré Albuquerque à Motorsport.com. "Les sensations sont déjà assez mauvaises dans la voiture, surtout dans les relais longs. C'est frustrant et il est presque impossible de travailler sur la voiture, parce que quand elle est hors de la fenêtre pour les appuis, on a très peu de possibilités dans les réglages."

"Et quand on ira à Bahreïn avec le kit aéro pour Le Mans, avec des températures très élevées... Je ne vois pas comment piloter dans ces conditions. C'est très glissant à Spa, avec une température de piste de 20 ou 25°C, donc à Bahreïn ça sera extrêmement glissant. Et c'est l'avis d'un pilote professionnel, même pas d'un gentleman driver."

La différence entre les LMP2 et les Toyota s'est faite dans le deuxième secteur à Spa, le plus sinueux du circuit, les deux autres étant fait de portions à pleine charge. Pour Albuquerque, c'est le poids élevé de la GR010 HYBRID qui la fait souffrir dans les courbes et il suggère donc à l'ACO d'y remédier en allégeant les Hypercars, ce qu'il préfère à de nouvelles mesures pour freiner les LMP2.

"Je suis d'accord avec Toyota quand ils disent qu'il faut augmenter l'écart entre l'Hypercar et le LMP2. Mais je pense qu'il faut chercher à rendre l'Hypercar plus rapide. Ils devraient enlever un peu de poids. Ils était en difficulté dans le deuxième secteur, il y a juste des virages. Leur voiture est trop lourde, il suffit de leur permettre de l'alléger."

Lire aussi :

"L'Alpine [alourdie de plus de 100 kg]... Ils sont passés en LMP1, qui est plus rapide, et ils sont plus lents que l'an dernier avec une LMP2 ! Je pense qu'on peut faire beaucoup de choses avant août [la nouvelle date des 24 Heures du Mans]. Mais un plan sur le papier est une chose, la réalité en est une autre. L'ACO doit écouter les pilotes, les équipes et les ingénieurs des deux camps, parce qu'on ne veut pas se battre avec les Toyota. Le LMP2 est déjà très compétitif !"

Propos recueillis par Gary Watkins, Rachit Thukral et Jamie Klein

partages
commentaires

Voir aussi :

Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2

Article précédent

Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2

Article suivant

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021