Délaissé par Ginetta, Mecachrome riposte

Ginetta, qui construit les LMP1 de l'écurie Manor en WEC, a décidé de se séparer des groupes propulseurs Mecachrome pour adopter ceux d'AER. Une décision peu appréciée par le motoriste français.

Délaissé par Ginetta, Mecachrome riposte

Le projet Ginetta-Mecachrome pour la Super Saison 2018-19 du Championnat du monde d'Endurance s'avère finalement éphémère, ce qui n'est pas pour plaire à la marque tricolore. Cette dernière avait établi un projet en trois temps : une première version de ce V6 turbo pour le Prologue, les 6 Heures de Spa-Francorchamps et les 24 Heures du Mans, puis une deuxième spécification pour les autres courses de 2018 avant, enfin, une ultime évolution en vue des trois dernières manches de la saison, début 2019 – Sebring, Spa-Francorchamps et Le Mans à nouveau.

Lire aussi :

C'est l'écurie Manor qui accueillait ces deux prototypes LMP1, mais celle-ci a rencontré des problèmes financiers et a dû déclarer forfait pour la première manche de la saison en Belgique. Les 24 Heures du Mans, quant à elles, ont été marquées par de nombreux problèmes mécaniques, la #6 de Rowland-Brundle-Turvey ayant été contrainte à l'abandon en raison d'un souci électrique tandis que la #5 de Robertson-Simpson-Roussel a franchi la ligne d'arrivée au 41e rang, à 105 tours du vainqueur après avoir rencontré quelques pépins techniques également.

"Couvrir moins de 3000 kilomètres cumulés avec les deux voitures avant Le Mans n’est pas vraiment la meilleure des préparations et nous ne sommes pas parvenus à enchaîner plus de deux heures de roulage d’affilée sans rencontrer des arrêts techniques dus à des détails sur le moteur ou le châssis", souligne Bruno Engelric, directeur de Mecachrome Motorsport. "Il s’agit là d’une situation normale pour tout nouvel ensemble châssis-moteur."

"En arrivant sur le Prologue, nous n’avions toujours pas de contrat pour la saison du WEC, et seul le soutien financier de Ginetta a pu permettre aux voitures de prendre la piste. Les soucis budgétaires se sont répétés à Spa et, malgré sa présence dans les Ardennes, Ginetta a décidé de ne pas se qualifier, ni de concourir."

 

Photo de:

 

Photo de:

 

Photo de:

"Néanmoins, l’une des voitures est parvenue à rallier l’arrivée du Mans et ce malgré une longue période passée dans le garage pour des problèmes qui ne sauraient être attribués exclusivement au moteur. L’autre prototype a dû renoncer en raison d’un souci électrique, dont la cause ne relève pas de la responsabilité de l’équipe technique Mecachrome présente sur place."

"Il y a eu des plaintes régulières vis-à-vis du manque de puissance du moteur par rapport aux autres produits sur le marché. Or, dès le premier jour de notre partenariat, Ginetta et Mecachrome avaient défini et validé comme objectif initial de rallier l’arrivée des 24 Heures du Mans avec la spécification originale. Rouler avec 50 ch de plus n’aurait absolument rien changé au résultat final, bien au contraire."

Affirmant s'être tenu aux objectifs fixés dès le lancement du projet du côté de la technique et de la performance, Mecachrome s'étonne par ailleurs que Ginetta adopte désormais le moteur AER, qui propulse les BR Engineering BR1 engagées par SMP Racing. Ces dernières ont été contraintes à l'abandon au Mans, la #11 sur un problème moteur justement, tandis que Matevos Isaakyan a accidenté la #17 dans les virages Porsche.

"Nous sommes surpris que Ginetta et Manor choisissent d’opter pour un moteur qui a été développé pendant plusieurs années et n’a pourtant pas vu l’arrivée des dernières 24 Heures du Mans. Voir le drapeau à damier dès sa première participation montre la qualité de notre prestation et le potentiel du moteur Mecachrome", conclut Engelric. Rappelons qu'en raison de ce changement de motoriste imprévu, Manor et Ginetta ne pourront pas participer aux 6 Heures de Silverstone.

 

Photo de:

 

Photo de:

La déclaration de Bruno Engelric dans son intégralité

"Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Ginetta et étions convaincus qu’entre nos jeunes entités présentes en WEC, nous avions les moyens de réussir de belles choses ensemble, même si la première partie de la Super Saison (l’année 2018) suivrait obligatoirement une certaine courbe d’apprentissage.

Ginetta et Lawrence Tomlinson ont permis à Mecachrome de lancer son moteur LMP1 et se sont montrés d’un soutien incroyable dans les premières étapes du programme. Nous souhaitons les en remercier. 

Nos tests initiaux ont révélé quelques soucis de jeunesse qui étaient du ressort de Mecachrome, mais également d’autres problèmes non liés au moteur et sur lesquels nous avons collaboré ensemble afin d’y apporter des solutions. Couvrir moins de 3000 kilomètres cumulés avec les deux voitures avant Le Mans n’est pas vraiment la meilleure des préparations et nous ne sommes pas parvenus à enchaîner plus de deux heures de roulage d’affilée sans rencontrer des arrêts techniques dus à des détails sur le moteur ou le châssis. Il s’agit là d’une situation normale pour tout nouvel ensemble châssis-moteur.

En arrivant sur le Prologue, nous n’avions toujours pas de contrat pour la saison du WEC, et seul le soutien financier de Ginetta a pu permettre aux voitures de prendre la piste. Les soucis budgétaires se sont répétés à Spa et, malgré sa présence dans les Ardennes, Ginetta a décidé de ne pas se qualifier, ni de concourir.

Ce manque de roulage en amont des 24 Heures du Mans nous a placés dans une situation délicate et nous avons continué la phase de mise au point lors de la Journée Test et de la semaine de course. Nous avions des interrogations quant à la performance du moteur une fois installé dans la voiture, comparée aux résultats enregistrés au banc d’essais, mais ce genre de réponses capitales ne peut s’obtenir que par des tests en piste.

Néanmoins, l’une des voitures est parvenue à rallier l’arrivée du Mans et ce malgré une longue période passée dans le garage pour des problèmes qui ne sauraient être attribués exclusivement au moteur. L’autre prototype a dû renoncer en raison d’un souci électrique, dont la cause ne relève pas de la responsabilité de l’équipe technique Mecachrome présente sur place.

 

Photo de:

 

Photo de:

 

Photo de:

Il y a eu des plaintes régulières vis-à-vis du manque de puissance du moteur par rapport aux autres produits sur le marché. Or, dès le premier jour de notre partenariat, Ginetta et Mecachrome avaient défini et validé comme objectif initial de rallier l’arrivée des 24 Heures du Mans avec la spécification originale. Rouler avec 50 ch de plus n’aurait absolument rien changé au résultat final, bien au contraire.

En Endurance, la fiabilité est la priorité absolue, surtout lorsqu’il s’agit d’un tout nouveau package. Les kilomètres sont nécessaires pour comprendre et développer le moteur comme le châssis.

À cause de l’incertitude permanente autour du financement du programme, le Groupe Mecachrome ne pouvait se permettre de continuer le développement du moteur sans garantie. Nous savions que le règlement FIA/ACO allait certainement être revu après la course – ce qui fut le cas récemment – et nous voulions nous assurer que tout nouvel investissement serait pertinent tant sur le plan sportif que financier.

Du point de vue technique, comme celui de la performance, Mecachrome a respecté dès le premier jour les engagements sur lesquels les deux parties s’étaient mises d’accord. Les problèmes financiers et commerciaux survenus avant même le coup d’envoi de la Super Saison n’ont pas favorisé l’émergence d’une relation commerciale sereine. Sur le plan technique, nous avons répondu aux exigences sur lesquelles nous nous étions engagés, et ce malgré le manque de roulage.

Nous sommes surpris que Ginetta et Manor choisissent d’opter pour un moteur qui a été développé pendant plusieurs années et n’a pourtant pas vu l’arrivée des dernières 24 Heures du Mans. Voir le drapeau à damier dès sa première participation montre la qualité de notre prestation et le potentiel du moteur Mecachrome."

partages
commentaires
Manor déclare forfait pour Silverstone

Article précédent

Manor déclare forfait pour Silverstone

Article suivant

La BoP modifiée au profit d'Aston Martin

La BoP modifiée au profit d'Aston Martin
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Équipes Manor Motorsport
Auteur Benjamin Vinel
Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021