Sarrazin : Ginetta est déjà rapide malgré peu d'expérience

À l'occasion du Prologue du WEC, Stéphane Sarrazin découvre le prototype LMP1 de Ginetta. Au volant, la très belle impression qu'il avait auparavant s'est confirmée, dans l'attente des annonces définitives du constructeur pour son programme 2019-2020.

Sarrazin : Ginetta est déjà rapide malgré peu d'expérience

Sur le carreau suite à l'arrêt brutal du programme SMP Racing en LMP1, Stéphane Sarrazin s'est retrouvé dès mardi au volant de la Ginetta G60-LT-P1 à Barcelone. Le constructeur britannique, qui relance son programme avec deux autos engagées en WEC pour 2019-2020, a sauté sur l'occasion pour s'offrir l'inestimable expérience du Français en Endurance. À l'occasion de cette première journée du Prologue, le roulage s'est avéré prometteur avec un niveau de performance déjà intéressant, à 1"7 des Toyota. Ce potentiel, Sarrazin l'avait déjà perçu il y a quelques semaines lors des tests menés par Ginetta en Espagne. 

Lire aussi :

"J'étais impressionné par la Ginetta en Aragón", confie Sarrazin à Motorsport.com. "Ils étaient rapides et je me suis dit 'waouh, cette voiture est bonne'. Quand ils m'ont appelé, j'ai immédiatement dit oui, car ils étaient déjà très rapides malgré très peu d'expérience. [...] Je pense que nous pouvons faire du bon travail. Le moteur est fiable maintenant, ils [AER] ont travaillé très dur pendant un an et demi [avec SMP], et c'est un plaisir pour moi d'être ici et de les voir dans le même bateau. Lawrence [Tomlinson] semble très enthousiaste quant au programme, on peut voir qu'il fait de gros efforts. Cela montre l'intérêt de Ginetta pour le LMP1."

Ginetta doit encore annoncer les détails du programme de compétition, alors que pas moins de huit pilotes se relaient au volant des deux prototypes cette semaine. Pour Sarrazin, il n'existe "pas encore" de certitude pour l'avenir, bien qu'il espère évidemment embarquer à plus long terme dans l'aventure. "J'ai découvert l'équipe hier", rappelle-t-il. "C'est nouveau, ils semblent très motivés, donc je suis content d'être là. C'était un bon point de départ. Nous avons besoin de faire plus de tours, c'est un nouveau package aéro, il faut le mettre en place. La voiture semble bonne, rien de mauvais, et l'équipe multiplie les efforts."

À peine plus d'un mois après avoir bouclé la Super Saison au Mans avec SMP Racing, voici Sarrazin prêt à embarquer dans un nouveau projet s'il se concrétise. Tout est allé très vite après l'annonce surprise de la structure russe pour laquelle il roulait, mais le Français semble déjà tourné vers l'avenir. "C'était un choc", reconnaît-il. "Nous ne nous attendions pas à ce que SMP stoppe le programme. Je me sentais très bien dans l'équipe, nous avons fait des progrès incroyables en un an et demi. Terminer troisième au Mans était un succès pour l'équipe, pour tout le monde. Mais c'est le sport auto, on ne sait jamais ce qui va se passer, ça fait partie du jeu. Après ça, je n'avais pas de volant, j'ai eu un appel de dernière minute de Ginetta. Je suis content d'être là, ça peut être un nouveau défi passionnant."

Propos recueillis par Jamie Klein  

#5 Team LNT Ginetta G60-LT-P1- AER: Charlie Robertson, Michael Simpson
partages
commentaires
Prologue - Toyota devant, Rebellion et Ginetta se rapprochent
Article précédent

Prologue - Toyota devant, Rebellion et Ginetta se rapprochent

Article suivant

Rebellion réduit l'écart avec Toyota à Barcelone

Rebellion réduit l'écart avec Toyota à Barcelone
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021