En difficulté en Allemagne, Kawasaki a bien limité les dégâts

Rea et Sykes ont réussi à persévérer dans le top 4 malgré une machine et des faits de course peu favorables.

En difficulté en Allemagne, Kawasaki a bien limité les dégâts
Le deuxième, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Podium : le vainqueur Chaz Davies, Ducati Team, le deuxième, Jonathan Rea, Kawasaki Racing, le troisième, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Le deuxième, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team, Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Le troisième, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Le troisième, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing, Marco Melandri, Ducati Team
Tom Sykes, Kawasaki Racing mène

Il faut remonter au mois de mai et à la manche d'Imola pour trouver trace d'un week-end dépourvu de victoire pour Kawasaki. À l'époque, sur les terres de Ducati, c'était déjà Chaz Davies qui avait privé les hommes verts de tout succès.

Mais trois mois plus tard la situation est bien différente et moins préoccupante pour Kawasaki, et surtout pour Jonathan Rea, qui une fois de plus a su maximiser le potentiel de sa machine, moins fringante que la Panigale sur le Lausitzring, pour monter à deux reprises sur le podium et conforter son statut de leader au championnat.

Comme hier, un tel résultat n'a pas été facile à obtenir pour le double Champion du monde en titre, qui a été contraint de s'élancer depuis la huitième place sur la grille en raison de la réglementation de la grille inversée, qui régit l'ordre des départs sur la Course 2.

Auteur d'un départ splendide, qui lui a valu de boucler le premier tour en troisième position, Rea a poursuivi son offensive pour prendre la tête de course dans le cinquième tour, aux dépens de Marco Melandri, qui avait hérité de la pole position.

Un leadership de courte durée puisque le Nord-Irlandais n'a rien pu faire face à l'allure menée par Davies. Ce dernier a pris l'ascendant dans le 11e tour, pour s'échapper vers une seconde victoire en autant de courses ce week-end.

Pourtant, c'était bien la satisfaction qui animait Rea à l'arrivée, conscient de ne pas avoir disposé d'un matériel lui permettant de rivaliser avec le Gallois. "Chaz a été très solide durant la Course 2, et son rythme était bon", concède-t-il, fair-play. "Quand j'avais du bon grip au début, je me sentais fort sur la moto, mais dès que j'ai commencé à perdre de la traction en entrée, la moto est devenue plus physique à piloter. Je malmenais la moto, sur une piste qui est en plus bosselée."

Une course de consolidation pour Rea

De nouveau en proie, comme lors de la Course 1, à des problèmes d'adhérence, Rea s'est alors attaché à repousser les attaques de Melandri. Avec succès. "Je n'ai pas vraiment eu de frayeur, mais j'ai juste essayé de limiter cela, et j'ai vu que l'écart entre Marco [Melandri] et moi augmentait, dixième par dixième, donc c'était une affaire de consolidation [du résultat] à la fin. Lorsque j'ai perdu le grip sur le flanc, c'était juste impossible de rester devant, mais j'ai essayé. Je suis content de mes résultats du week-end, étant donné que la moto n'a jamais réellement fonctionné ici."

Si le numéro 1 peut se réjouir du bilan comptable somme toute positif de ce week-end allemand, celui-ci est bien plus mitigé pour Tom Sykes, qui présente désormais 70 points de retard sur son coéquipier au championnat, et voit revenir à grandes enjambées Davies derrière lui.

Le pilote anglais a terminé sa course au pied du podium, à une bonne distance – plus de 14 secondes – du vainqueur, la faute principalement à un contact dans le premier virage qui l'a déstabilisé. "Les choses ne se sont clairement pas déroulées comme prévu durant cette course", a-t-il déploré. "J'ai pris un bon départ, mais j'ai touché l'arrière de Savadori dans le premier virage, et j'ai perdu l'avantage de mon bon envol. Ce n'est que vers la fin que j'ai eu des tours dégagés, et que j'ai pu de nouveau avoir un feeling normal. Avant cela, je n'avais pas la confiance pour passer les autres pilotes au freinage."

Malgré tout, Sykes promet de ne pas baisser les armes, même si les manches restantes sont comptées, et de revenir plus fort lors de la prochaine échéance, à Portimão au Portugal dans un mois. "Je suis juste passé à côté, parce que je ne pouvais pas sortir des virages aussi bien que je le voulais", reprend-il. "Ce fut une bataille brouillonne, et je suis déçu de ne pas avoir eu la confiance pour pouvoir dépasser avec de gros freinages. Je voulais bien sûr monter sur le podium, mais malheureusement nous n'avons pas su exploiter notre situation. Nous allons continuer à travailler, il reste encore quatre manches."

 
partages
commentaires
Championnat - Sykes voit Rea s'échapper et Davies se rapprocher
Article précédent

Championnat - Sykes voit Rea s'échapper et Davies se rapprocher

Article suivant

Un coup double source d'espoirs pour Ducati

Un coup double source d'espoirs pour Ducati
Charger les commentaires