Audi agite la controverse du roadbook sur le Dakar

Sur le Dakar, ces dernières heures ont été animées par un fort désaccord entre Audi et les organisateurs quant au roadbook de la première étape.

Audi agite la controverse du roadbook sur le Dakar

Dans le bivouac d'Al Qaisumah, situé à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Koweït, les échos de l'amère controverse qui a agité la première étape du Dakar résonnent encore fortement. Dimanche, de nombreux favoris ont perdu énormément de temps au kilomètre 257,6 de la spéciale en commettant des erreurs de navigation.

Les voix les plus critiques, en tout cas publiquement, viennent de l'équipe Audi Sport, qui a exprimé son mécontentement et son désaccord avec le roadbook ainsi qu'avec les explications données par ASO ces dernières heures. Même si l'équipe n'a pas porté réclamation pour le moment, elle étudie cette possibilité et a 24 heures pour le faire après la publication officielle des résultats, qui a eu lieu ce lundi à 17h25 (heure locale).

Cependant, sur le plan juridique, le Règlement Sportif du Championnat du monde de Rallye-Raid FIA énonce à l'article 14.2.1 que "le roadbook est créé et revu par des professionnels. Aucune plainte ne peut être enregistrée contre les indications du roadbook".

"Nous avons eu de nombreuses discussions ces dernières 24 heures et nous considérons toujours que le roadbook n'était pas correct", insiste Sven Quand, directeur de Q Motorsport, structure partenaire d'Audi Sport sur le Dakar. "Si un cap moyen de 10° est indiqué et que nous devons ensuite aller dans une direction à 280°, je pense que la déviation est un peu grande, disons-le comme ça. Beaucoup de concurrents se sont perdus et c'est ce qui est vraiment surprenant. Pour l'instant, l'organisateur n'a rien accepté et dit que tout a été fait correctement, ce qui est dommage, car on ne devrait pas courir comme ça."

"Certaines équipes l'ont trouvé, mais elles sont allées directement sur leur gauche, et la manière dont elles l'ont trouvé est surprenante, vraiment. Il est clair que c'est une erreur, tout le monde le comprend. Mais la réglementation dit que l'on ne peut pas porter réclamation contre le roadbook. Mais s'ils font une erreur comme ça, ça nous rend la vie très difficile. Le roadbook devrait être beaucoup plus précis."

La controverse a pris de l'ampleur parce que Sven Quandt a laissé entendre au micro de la télévision espagnole TVE, dimanche, que Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel en savaient plus que les autres. "C'est drôle qu'une seule voiture ait vraiment pris la bonne route", a-t-il lancé. "Selon nous, ils devaient avoir des informations, parce que sinon on ne peut pas trouver cette route."

Ce lundi, le team manager allemand a tenu à clarifier son propos : "Je ne l'ai pas dit comme ça. Tout ce que j'ai dit, c'est qu'il est évident que seulement deux voitures n'ont pas fait d'erreur et ont suivi la bonne route, tout comme quelques motos. Peut-être qu'ils sont super intelligents et qu'ils le méritent."

Le directeur du Dakar, David Castera, a tenu à répondre à la polémique dans des propos relayés par l'AFP.

"Je trouve un peu choquant de lancer de telles accusations sans preuve", a-t-il déploré. "La partie confidentielle du parcours a été énormément renforcée. Matthieu [Baumel] ne peut pas avoir la carte. Il ne peut pas étudier le parcours avant. Selon Sven Quandt, on lui a peut-être donné la piste [GPS]. Mais pour suivre la piste, il faut un téléphone et un GPS, ce qui est désormais interdit."

"Depuis deux ans, nous avons un système de vidéosurveillance pour les voitures. Il y a une vue avant et une vue arrière de l'équipage. Nous voyons ce qu'ils font avec leurs mains pendant toute la spéciale. Depuis [dimanche] soir, mes équipes les étudient sur la partie où les pilotes ont commis une erreur. Il n'y a aucune irrégularité."

Lire aussi :

partages
commentaires
Loeb : "À la fin c'est devenu une spéciale de WRC"
Article précédent

Loeb : "À la fin c'est devenu une spéciale de WRC"

Article suivant

Nasser Al-Attiyah échappe à la disqualification

Nasser Al-Attiyah échappe à la disqualification
Charger les commentaires