Dakar
05 janv.
-
17 janv.
Événement terminé

La barrière de la langue sème le doute pour Peterhansel

partages
commentaires
La barrière de la langue sème le doute pour Peterhansel
Par :
4 janv. 2020 à 13:00

Sept fois vainqueur du Dakar dans la catégorie auto, Stéphane Peterhansel se lance dans l'édition 2020 avec des doutes et des craintes. Et pour cause, le Français n'aura à ses côtés ni son copilote historique, ni celle avec qui il avait prévu de relever le défi.

Jean-Paul Cottret, avec qui Stéphane Peterhansel a signé tous ses succès sur quatre roues, est désormais au service des organisateurs et sera au volant de la voiture ouvreuse sur le parcours, avec pour mission de suggérer des changements au roadbook si nécessaire. Initialement, Peterhansel voulait se lancer sur ce premier Dakar en Arabie saoudite avec sa femme Andrea, avec laquelle il avait effectué tous les préparatifs. Mais le mois dernier, celle-ci a été contrainte de déclarer forfait, n'ayant pas reçu le feu vert médical.

"C'est un peu étrange", confie le pilote de 54 ans à la veille du départ. "C'est vraiment dommage car tout était prévu ensemble, la saison était très bonne ensemble. Pour des raisons médicales, nous avons décidé de ne pas faire le Dakar ensemble. C'était vraiment une surprise car tout était prêt. C'est une grosse surprise. C'est sûr que je suis un peu triste. C'est vraiment dommage mais nous devons y aller, nous devons faire de notre mieux avec mon nouveau copilote."

Lire aussi :

C'est finalement Paulo Fiúza qui épaulera Stéphane Peterhansel. Les deux hommes ont participé ensemble au Riyadh Rally en novembre dernier, mais en plus de devoir tisser une complicité, ils doivent composer avec la barrière de la langue : le Portugais et le Français sont contraints de se parler en anglais, langue qu'ils ne maîtrisent pas avec une grande fluidité.

"Quand on prend le départ, il est toujours normal de vouloir gagner. Nous pensons toujours à la victoire, je crois encore que c'est possible, mais c'est un peu plus compliqué. Notre voiture est vraiment bonne, l'équipe aussi. Maintenant, je ne sais pas comment ça va marcher avec mon nouveau copilote, car j'ai fait 21 Dakar dans une voiture et mon copilote a toujours été français. Désormais, nous devons parler en anglais, et mon anglais n'est pas vraiment bon. Son anglais n'est pas le meilleur non plus, donc ce n'est vraiment pas facile."

La navigation prendra une part encore plus prépondérante dans cette édition 2020 du Dakar, puisque le roadbook ne sera distribué que quelques minutes avant le départ lors de six des douze étapes au menu. Cette philosophie nouvelle plaît toutefois à Peterhansel, vainqueur de l'épreuve à 13 reprises au total si l'on tient compte de ses succès à moto.

"Je suis vraiment content de ça car ce sera un petit peu plus comme par le passé, lorsque j'ai commencé à moto", souligne-t-il. "Quand j'ai commencé à moto, il n'y avait pas Google, rien. Il fallait juste découvrir une nouvelle route chaque jour, un nouveau roadbook, on ne savait pas où aller en avance. Ce sera désormais un peu plus comme ça. Cette année, la partie navigation sera vraiment importante. Je pense que ce ne sera pas uniquement le plus rapide qui gagnera, mais le meilleur en navigation."

Propos recueillis par Sergio Lillo  

Article suivant
Meeke tourne la page du WRC et pense au Dakar

Article précédent

Meeke tourne la page du WRC et pense au Dakar

Article suivant

Alonso fixera ses objectifs après les deux premières étapes

Alonso fixera ses objectifs après les deux premières étapes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Stéphane Peterhansel , Jean-Paul Cottret , Paulo Fiúza , Andrea Peterhansel
Équipes X-Raid Team
Auteur Basile Davoine