Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
6 jours

Après 50 ans en F1, Frank Williams n'est "pas près de s'en aller"

partages
commentaires
Après 50 ans en F1, Frank Williams n'est "pas près de s'en aller"
Par :
10 juil. 2019 à 15:50

Voilà 50 ans que Frank Williams a fait l'acquisition d'une Brabham BT26A afin de l'engager pour la saison 1969 de Formule 1. L'écurie Williams rend honneur à son fondateur et directeur.

"Cinquante ans en Formule 1. Franchement, je n'y ai pas beaucoup pensé. Je ne peux pas dire que j'ai adoré chaque minute, car il y a eu des moments très difficiles – j'ai perdu ma femme, j'ai perdu des pilotes. Mais la Formule 1 m'a très bien traité. J'ai toujours été passionné par la vitesse, depuis mon enfance. Je faisais semblant d'être un pilote, ce genre de sottises."

Tels sont les propos de Frank Williams, emblématiques de la passion qui l'anime toujours à l'âge de 77 ans. Pourtant, le fondateur de l'écurie éponyme a effectivement traversé tant d'épreuves ! Dès sa deuxième saison comme directeur d'équipe en Formule 1, Williams subissait la perte de son pilote Piers Courage, victime d'un accident mortel à Zandvoort. "C'était quelqu'un de génial", se rappelle Frank. "Il avait des manières et des goûts excellents. Le perdre était terrible. Quand je suis allé à l'enterrement, tous les pilotes étaient présents sauf un, et il n'y en avait pas un qui n'ait pas les larmes aux yeux."

Lire aussi :

Williams a également dû surmonter la mort tragique d'Ayrton Senna au Grand Prix de Saint-Marin 1994, probablement l'événement qui a eu le plus grand retentissement dans l'Histoire de la Formule 1, mais c'est une autre sortie de route qui a véritablement changé sa vie : un accident de voiture, entre le Circuit Paul Ricard et l'aéroport de Nice, l'a gravement blessé en 1986, et Frank est depuis lors en fauteuil roulant. Grâce au soutien inconditionnel de son épouse Ginny, il a pu continuer à diriger son équipe, qui a remporté neuf titres des constructeurs et sept titres des pilotes pour devenir l'une des plus victorieuses en Formule 1.

Ayrton Senna discute de son premier run dans la Williams FW08C avec Frank Williams
 Sir Frank Williams, Martin Brundle, Claire Williams, Riccardo Patrese, Nigel Mansell

"Papa a la persévérance et la ténacité les plus extraordinaires qui soient, mais je pense que tout cela se résume à sa passion", estime Claire Williams, directrice d'équipe adjointe. "Il adore la F1, c'est sa vie. Quand il a quitté l'école – et c'était une période assez solitaire pour lui à ce jeune âge – la Formule 1 lui a donné une communauté. Après l'accident, cela lui a certainement donné une raison de vivre, tout autant que sa famille. C'est Williams qui lui a donné la motivation de continuer ; c'est pourquoi il dit que la F1 est son oxygène. Il vit et respire pour la F1, et c'est encore le cas aujourd'hui."

La santé fragile de Frank Williams ne lui permet plus de se rendre sur les Grands Prix, mais il est loin de se désintéresser de son équipe. Bien que cette dernière connaisse actuellement la pire période de son Histoire, condamnée au fond de grille par le manque de performance de la FW42, l'Anglais a l'intention de se battre.

"L'arrivée de Patrick Head [cofondateur de l'écurie, ndlr] avait été significative : il a grandement aidé à faire de cette entreprise ce qu'elle est devenue. Nous avons connu beaucoup de succès mais il y a une expression bien connue en F1 : 'On a la réputation de sa dernière course'. Nous continuerons à nous battre, et je ne suis pas près de m'en aller", conclut Frank Williams.

Article suivant
Red Bull ne craint pas un départ de Verstappen

Article précédent

Red Bull ne craint pas un départ de Verstappen

Article suivant

Rich Energy annonce quitter Haas F1... sur Twitter !

Rich Energy annonce quitter Haas F1... sur Twitter !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Williams
Auteur Benjamin Vinel