A suivre au Salon de Francfort...

Cette fois encore, le Salon de l’Automobile de Francfort, ouvert au public du 14 au 22 septembre, sera suivi de près

Cette fois encore, le Salon de l’Automobile de Francfort, ouvert au public du 14 au 22 septembre, sera suivi de près. Avec quelques présentations très attendues par les fans de sport automobile…

Citroën, en premier lieu, fera l’objet d’une attention toute particulière dans les couloirs du salon. Il y a un an tout juste lors du salon de Paris, la marque aux Chevrons avait annoncé, par la voix de Sébastien Loeb lui-même, son désir de s’impliquer en WTCC à l’horizon 2014. Entre temps, le projet a été validé par la direction de PSA, le triple (et bientôt quadruple) champion du monde Yvan Muller a été annoncé aux côtés de Loeb, et la C-Elysée WTCC a déjà entamé ses premiers tests de développement au Val de Vienne, puis sur le Hungaroring.

Mardi 10 septembre, lors des journées presse, la voiture avec laquelle Citroën attaquera le championnat du monde de supertourisme sera officiellement présentée devant un parterre de journalistes en présence de Loeb et de Muller. Rappelons que la C-Elysée (ni plus ni moins un modèle C4 doté d’un coffre) n’est pas commercialisée en France, et est davantage réservée aux marchés automobiles des pays émergents. C’est d’ailleurs ce qui a motivé le choix de Citroën d’aligner ce mondial en mondial de tourisme.

Alors que le virage électrique s’amorce de plus en plus franchement chez les constructeurs, la nouvelle monoplace de Formule E 100% électrique sera elle aussi dévoilée à Francfort. Cette monoplace, construite par Spark Racing Technology avec l’appui technique de Renault et de McLaren Electronics Systems, effectuera ses débuts en course en 2014, année inaugurale de cette série très attendue, même si l’on ignore encore beaucoup de choses, notamment les écuries engagées (même si la prestigieuse équipe Andretti Racing est annoncée aux côtés du Highcroft Racing ou l’équipe China), ou les pilotes qui disputeront la saison. En revanche, il est déjà établi que dix cités prestigieuses de la planète accueilleront ces épreuves d’une nouvelle ère.

Du côté des automobiles sportives, Ferrari lèvera le voile sur la F458 Speciale, une version « poussée » de la 458 Italia. Son moteur, un V8 de 4,5 litres développant 605 cv, est le bloc de série le plus puissant construit par la firme italienne, permettant le passage de 0 à 100 km/h en trois secondes seulement ! Chez McLaren, la MP4-12C GT Sprint sera également présente à Francfort. Produite à vingt exemplaires seulement, s’inspirant grandement de la version GT3, cette version « route » de la voiture de course est doté d’un aileron arrière agressif et même d’un arceau homologué FIA à l’intérieur de l’habitacle, afin de permettre aux heureux (et fortunés) acquéreurs de se faire plaisir sur circuit. Infiniti, qui brille en Formule 1 avec les moteurs badgés de son nom sur les Red Bull F1, présentera son nouveau modèle SUV, le Q50. De son côté, Caterham présentera sa nouvelle production, la Seven 165, un modèle d’entrée de gamme motorisé par un petit bloc Suzuki (une première pour la firme britannique aux capitaux malais) de 80 cv, le poids de la voiture n’excédant pas 500 kg.

Les 24 Heures du Mans seront également présentes dans l’esprit avec plusieurs modèles s’inspirant de quelques modèles phare du double tour d’horloge. Pour fêter son centenaire, Aston Martin présentera la CC100, un speedster V12 qui reprend la ligne de la prestigieuse DBR1, vainqueur dans la Sarthe en 1959, et qui promet un savoureux quatre secondes de 0 à 100 km/h. Chez Jaguar, on découvrira le prototype Project 7, qui rappellera la non moins mythique Type D qui s’était imposée au Mans en 1956 et 1957.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sébastien Loeb , Yvan Muller , Aston Martin
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités