Alfa Romeo : Toutes les équipes pouvaient atteindre le poids minimum

Frédéric Vasseur, directeur de l'équipe Alfa Romeo, affirme que le poids minimum des F1 était "tout à fait atteignable" cette saison et que certaines structures ont "joué avec la FIA" pour augmenter cette limite.

Valtteri Bottas, Alfa Romeo C42, Fernando Alonso, Alpine A522, Sebastian Vettel, Aston Martin AMR22

C'est à 795 kilogrammes qu'a été fixé le poids minimum des Formule 1 à la publication du nouveau Règlement Technique de la discipline. Mais très rapidement, les équipes ont fait part de leur mécontentement. En F1 et dans n'importe quel autre sport où la vitesse est primordiale, plus on est léger et mieux c'est. Alors, lorsqu'il est devenu clair que la plupart des équipes de la grille ne pouvaient pas descendre jusqu'aux 795 kg minimum, signifiant ainsi que leurs voitures étaient moins rapides que ce qui était possible, un accord a été passé pour augmenter cette limite de trois kilos, soit 798 au total.

Néanmoins, la décision de la FIA n'a pas été appréciée de tous, notamment Alfa Romeo. Si l'on se fie aux rumeurs du paddock, l'équipe italo-helvète possède la seule voiture conçue sous le poids minimum. Et dans un entretien exclusif accordé à Motorsport.com, le directeur Frédéric Vasseur a assuré que toutes les équipes de la grille auraient elles aussi pu descendre sous cette limite si elles l'avaient vraiment souhaité.

"Pour être honnête, je ne comprends pas tous les commentaires parce que je pense que lorsque l'on conçoit une voiture de course, le poids est toujours l'objectif numéro un pour tout le monde", a-t-il rappelé. "Et personne ne doit être surpris par le poids au dernier moment. Je pense que certaines équipes ont joué avec la FIA en s'attendant à ce qu'elle augmente le poids minimum à la dernière minute."

"Mais ce serait totalement injuste, parce que nous nous avons pris des décisions en matière de complexité également liées au poids pendant le projet, et nous avons fait notre choix. Vous savez, le monde de la F1 est comme ça, tout le monde essaie de jouer à un jeu. L'objectif de poids était tout à fait atteignable, nous sommes capables de ne pas être en surpoids, c'est clair comme de l'eau de roche. Si certaines équipes ne sont pas au poids minimum, c'est parce qu'elles ont pris d'autres options, peut-être avec d'autres avantages, mais avec la contrainte du poids. C'est comme ça."

L'Alfa Romeo C42, une voiture légère mais aussi rapide.

L'Alfa Romeo C42, une voiture légère mais aussi rapide.

Au-delà de l'augmentation du poids minimum, le nouveau Règlement Technique a chamboulé la hiérarchie et permis à Alfa Romeo de prendre un nouveau départ. En perte de vitesse depuis plusieurs saisons, l'écurie a fait table rase du passé en alignant un nouveau duo de pilotes, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu, et en s'affranchissant davantage de la Scuderia Ferrari en concevant ses propres pièces.

Le résultat de ces changements est très encourageant puisqu'après quatre Grands Prix, Alfa Romeo pointe à la cinquième place du championnat. Vasseur a donc dressé un bilan positif de ce début de campagne, et seuls les problèmes de fiabilité ayant perturbé le roulage aux essais hivernaux sont venus noircir le tableau.

"C'est sûr que, jusqu'à présent, on se sent très bien", a assuré Vasseur. "Le rythme est plus que correct, nous nous sommes toujours battus pour de bonnes positions, le rythme de course sur les [trois premiers GP] était très solide. Je dirais que la fiabilité [des essais de pré-saison] est le seul problème que nous ayons eu jusqu'à présent. Nous avons manqué de kilométrage et peut-être que nous avons perdu des points à Djeddah pour cette raison, mais... nous étions en bonne position pour faire sixième ou septième et ça aurait été un autre point positif."

"Mais l'approche générale est plus que positive. En fin de compte, nous sommes là, à nous battre pour la Q3 avec Valtteri, pour la Q2 avec Zhou, à marquer des points... Comme on le sait, le moral et la motivation sont très souvent liés aux points. Tout va dans la bonne direction et nous sommes plus qu'heureux."

Propos recueillis par Roberto Chinchero

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Quitter la F1 n'a pas "traversé l'esprit" de Wolff
Article suivant Mercedes explique le problème qui a handicapé Russell à Imola

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France