Alonso déconcerté par l'"étrange" décision sur le cas Räikkönen

Impliqué dans une lutte contre les deux Alfa Romeo à Austin, Fernando Alonso a été confronté à l'un de ses sujets favoris du moment : le respect des limites de piste.

Alonso déconcerté par l'"étrange" décision sur le cas Räikkönen

Même s'il a abandonné en fin de course en raison d'un problème d'aileron arrière, Fernando Alonso a animé une partie de la course. L'Espagnol s'est notamment illustré dans la lutte contre les Alfa Romeo de Kimi Räikkönen puis d'Antonio Giovinazzi.

La séquence débute au 16e tour quand les deux Champions du monde se sont retrouvés en piste côte à côte au moment d'aborder le premier virage. Alonso, alors à l'intérieur en position de défense, et Räikkönen, à l'attaque par l'extérieur, sont allés au contact dans la seconde partie du virage, l'Espagnol forçant son adversaire à sortir de la piste. Le Finlandais a tout de même réussi à glaner la position avant de s'échapper. À la radio, Alonso estimait que la position devait lui être rendue. Si l'incident a bien été "noté" par les commissaires, les circonstances, à savoir le fait que l'Alpine n'a pas laissé la place à une monoplace qui était significativement à ses côtés, ont incité à ne prendre aucune sanction.

Peu de temps après, dans la 21e boucle, Alonso avait cette fois devant lui l'autre Alfa, de Giovinazzi. Alors qu'il était nettement derrière, l'Espagnol a délibérément trop retardé son freinage au bout de la ligne droite de retour, forçant l'intérieur sur l'Italien, avant de sortir copieusement de la piste pour terminer son dépassement. Cette fois, évidemment, pas d'excuse : la direction de course a demandé à ce que la position illicitement acquise soit rendue, ce qui a été fait au 24e tour.

Pour finir, la lutte a repris entre les deux pilotes. À nouveau au freinage du virage 12, cette fois au 25e tour, Alonso a tenté une attaque plus propre, les deux hommes abordant alors de front le virage. Cette fois, c'est Giovinazzi qui a dû quitter la piste, même s'il est parvenu à conserver l'avantage. Son écurie lui a ensuite intimé l'ordre de rendre la position.

"Malheureusement, nous sommes venus en Amérique pour donner un bon spectacle afin d'ouvrir la Formule 1 à ce pays et je pense que nous avons fait un peu... Non, nous n'avons pas donné une bonne impression", a réagi Alonso après la course pour DAZN après ces différents épisodes.

Lire aussi :

"Je pense que Kimi m'a dépassé à l'extérieur au virage 1, j'ai dépassé Giovinazzi à l'extérieur et j'ai dû lui rendre la position, évidemment. Giovinazzi m'a doublé à l'extérieur lors de mon dernier dépassement et il a dû me rendre la position, bien sûr. Donc il y a eu trois incidents exactement les mêmes. Deux [ont été tranchés] dans un sens et un dans l'autre. Et bien sûr j'ai perdu je crois 10 secondes, et avec ces 10 secondes j'aurais pu facilement être neuvième. Mais bon, au final, l’aileron aurait cassé, donc ça ne change rien."

Une vision des choses dont nous laisseront Alonso juge, le pilote Alpine en profitant ensuite pour remettre sur le tapis la question des limites de piste dans le premier tour. "Mais bon, c'est comme ça, au premier tour on a aussi vu qu'à la sortie du premier virage il n'y a plus les problèmes de Sotchi. Ou bien, je suppose qu'au Mexique ils demanderont à tout le monde ce qui s'est passé dans le premier virage, pourquoi ils sont sortis à l'extérieur. Quand je l'ai fait à Sotchi, ça a fait tout un drame lors de la course suivante, en Turquie, donc j'espère qu'au Mexique il y aura beaucoup de questions pour ceux qui ont fait ça cette fois-ci."

Plus tard, devant les médias anglo-saxons, Alonso a expliqué : "C'est évidemment leur décision et nous devons l'accepter. Je ne sais pas si vous avez vu toute la course, mais il y a eu le même incident je pense dans le premier tour : Lando [Norris], dans le virage 12, freine à l'intérieur et dépasse [Carlos] Sainz, Sainz sort de la piste, reprend sa position et tout va bien."

"Et puis dans la dernière partie de la course, quand j'ai dépassé Giovinazzi pour la deuxième fois, j'ai freiné à l'intérieur au virage 12. Et encore une fois, je l'ai forcé à sortir de la piste. Et il a repris la position en dehors de la piste. Et cette fois, il a dû me rendre la position. Donc, d'une certaine manière, vous forcez toujours un gars à sortir de la piste lorsque vous freinez à l'intérieur et que vous vous engagez sur un dépassement. Et ils doivent décider s'ils doivent lâcher, ou garder les gaz à fond en dehors de la piste."

"C'est ce que Sainz a fait. Giovinazzi l'a fait, je l'ai fait. Et nous devons rendre la position à coup sûr parce que vous êtes à plein régime hors de la piste. Mais Kimi ne l'a pas fait. C'est pourquoi je pense que ce n'était pas cohérent."

Lire aussi :

En dépit de l'aspect grossier de la première tentative sur Giovinazzi, Alonso assure n'avoir rien voulu prouver. "Ça allait bien quand j'ai dépassé Antonio. J'ai freiné très tard dans le virage 12 et j'ai manqué le virage en sortie. Donc quand l'équipe m'a dit que je devais rendre la position, j'ai compris que c'était la bonne chose à faire et cela me semblait logique parce que j'ai freiné trop tard. S'il y avait un mur à cet endroit, je n'aurais jamais freiné aussi tard, donc j'ai profité de la sortie de piste et je devais rendre la position, donc j'ai ralenti."

"Malheureusement, j'avais déjà trois secondes d'avance sur lui, donc j'ai perdu beaucoup de temps. Mais j'ai compris la décision. Et puis Gio a fait la même chose et il a dû me rendre la position. Donc oui, on en revient à mon point de départ, avec Kimi, c'était étrange. Mais je n'essayais pas de prouver quoi que ce soit. J'essayais juste de récupérer des places. P10 était le véritable objectif et nous avons essayé. Et nous respectons évidemment tout ce que la FIA dit."

partages
commentaires

Voir aussi :

Horner : Perdre la course dans les derniers tours aurait été "douloureux"
Article précédent

Horner : Perdre la course dans les derniers tours aurait été "douloureux"

Article suivant

Malade et sans boisson, Pérez était en "mode survie"

Malade et sans boisson, Pérez était en "mode survie"
Charger les commentaires
Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre Prime

Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade, qui a pris corps ce mercredi dans la presse italienne. Quelle forme pourrait prendre l'éventuel retour de Jean Todt chez Ferrari en 2022 ?

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021