Que va-t-il se passer pour Force India ?

partages
commentaires
Que va-t-il se passer pour Force India ?
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
7 août 2018 à 10:45

Trouver un acquéreur n'est que le premier challenge pour l'écurie Force India, qui vit des semaines cruciales.

Force India a été placé sous administration judiciaire fin juillet ; ses administrateurs, qui travaillent pour FRP Advisory LLP, s'efforcent désormais de trouver un acquéreur.

Selon les informations de Motorsport.com, ce processus devrait s'accélérer : les parties intéressées avaient jusqu'à ce lundi pour faire une offre.

Lire aussi :

Esteban Ocon, Force India VJM11

Que se passe-t-il ?

La recherche d'un acquéreur ne devrait pas se prolonger, étant donné que les coûts opérationnels sont actuellement assumés par l'administrateur et que plusieurs parties sont intéressées. Les pères de pilote milliardaires Lawrence Stroll et Dmitry Mazepin en feraient partie, tout comme plusieurs consortiums américains et une firme britannique.

Si une offre est faite, l'administrateur doit évaluer sa légitimité et sa valeur. Un nouvel acquéreur devra convaincre les administrateurs qu'il représente une option crédible et expliquer comment il compte financer l'accord de rachat et l'écurie à l'avenir.

Lire aussi :

Force India a également des millions d'euros d'impayés, par exemple vis-à-vis de Mercedes (plus de 10M€), ce qu'il faudra prendre en compte dans tout accord. Pour transférer la motorisation à la nouvelle entreprise, la marque à l'étoile requerra peut-être le remboursement complet de la dette. Elle pourrait également envisager la survie de l'équipe et la compensation financière qu'elle propose à long terme.

Ce sera un élément clé dans tous les cas, d'autant que plusieurs créanciers doivent être traités équitablement. Cela signifie qu'une offre plus élevée, qui peut être partagée entre plusieurs entités, sera préférée à une offre plus basse qui s'engage envers l'une d'elles en particulier.

The car of Nikita Mazepin, Force India VJM11 is recovered

Et maintenant ?

Maintenant que la date limite est passée, soit une offre crédible sera faite et l'administrateur s'y intéressera, soit il décidera de jeter l'éponge s'il estime qu'il n'y a pas de vente en vue. L'administrateur va probablement utiliser les données de la compagnie pour couvrir les coûts pour l'instant, et ne souhaitera donc pas que la situation s'éternise. S'il souhaite se plonger dans une offre, l'administrateur va maintenir l'équipe en vie au moindre coût possible le temps d'établir tous les détails.

La F1 doit beaucoup d'argent à Force India pour ses résultats lors des deux dernières saisons, jusqu'à 62M€. Cependant, une équipe qui sort d'administration sera détenue par une nouvelle entité et ne peut obtenir les droits commerciaux de l'écurie précédente que si tous les autres teams sont d'accord.

On a appris la semaine dernière que McLaren, Renault et Williams s'y étaient opposés pour exprimer leur désapprobation à la F1 concernant la puissance politique croissante de Mercedes et de Ferrari.

Si l'administrateur donne suite à une offre, obtenir l'accord des autres équipes pour que Force India conserve ses primes et celui de Mercedes pour transférer le contrat moteur à la nouvelle entreprise sera une priorité, tout comme le contrat de vente, bien évidemment.

Nicholas Latifi, Force India VJM11

Quelles conséquences ?

Si Force India reprend les affaires rapidement, l'équipe sera en position de se battre pour le top 5 au championnat lors du reste de la saison. Cependant, des négociations prolongées comportent deux risques majeurs à court terme, même si un accord est trouvé.

Force India s'est bâti la réputation de faire beaucoup avec très peu, mais son directeur général Otmar Szafnauer et son directeur technique Andrew Green doivent s'assurer de maintenir la cohésion de l'équipe en cette période d'incertitude.

Les ingénieurs ont préparé des évolutions depuis un certain temps, mais leur production a été retardée par les difficultés financières ces dernières semaines. Il s'agit d'un thème récurrent pour Force India depuis le début de la saison, et cela a atteint un point où plusieurs dixièmes au tour sont à la portée de l'équipe, qui ne peut toutefois les concrétiser.

Lire aussi :

Plus vite la situation sera résolue, plus vite les évolutions pourront être introduites, car aucun développement n'est effectué tant que l'équipe est sous administration, afin de réduire les coûts au minimum. Cela jouera un rôle crucial dans la saison de Force India, qui n'est qu'à sept points de Haas, tandis que Renault est 23 points devant et McLaren sept points derrière.

Force India va également pouvoir tourner son attention vers son line-up 2019. Protégé de Mercedes, Esteban Ocon était en discussions avec Renault, mais le recrutement de Daniel Ricciardo par le Losange a annihilé cette option. Cela signifie qu'Ocon pourrait rester chez Force India, mais Lance Stroll pourrait rejoindre l'écurie si son père y investit, et Sergio Pérez est évidemment candidat.

Nikita Mazepin pourrait également être une option à l'avenir, mais pas pour 2019, car il n'aura pas les points de Super Licence nécessaires.

Nikita Mazepin, Force India F1 on the pit wall gantry
Prochain article Formule 1
Technique - Les modifications de la Renault R.S.18 en Hongrie

Article précédent

Technique - Les modifications de la Renault R.S.18 en Hongrie

Article suivant

Sainz : "Alonso serait le plus grand challenge qui soit"

Sainz : "Alonso serait le plus grand challenge qui soit"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Force India
Auteur Scott Mitchell
Type d'article Analyse