Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
43 jours
C
GP du Portugal
30 avr.
Prochain événement dans
55 jours
09 mai
Prochain événement dans
61 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
92 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
100 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
117 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
135 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
148 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
176 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
183 jours
12 sept.
Course dans
190 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
204 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
208 jours
10 oct.
Course dans
218 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
233 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
240 jours
07 nov.
Course dans
247 jours

Mayländer : "Parfois, c'est difficile avec Hamilton derrière…"

Après déjà 20 ans dans le rôle de pilote de la voiture de sécurité en Formule 1, Bernd Mayländer évoque la tâche difficile qui lui incombe.

Mayländer : "Parfois, c'est difficile avec Hamilton derrière…"

C'est un personnage de l'ombre et pourtant essentiel au bon déroulement d'un Grand Prix. Bernd Mayländer est le pilote de la voiture de sécurité en Formule 1 depuis 2000 et a ainsi été présent lors de près de 400 Grands Prix. Quand la course est neutralisée, c'est cet ancien vainqueur des 24 Heures du Nürburgring qui prend la piste pour donner le rythme à l'avant du peloton, actuellement au volant d'une Mercedes-AMG GT R.

Voir aussi :

"Le mieux pour moi – j'ai été pilote de course – c'est toujours d'aller aussi vite que possible, c'est le plus simple, car on est toujours concentré sur son tour personnel, on a un bon rythme de course", analyse Mayländer dans le podcast Beyond The Grid. "Mais la voiture de sécurité est toujours trop lente pour la Formule 1 !"

"S'il faut ralentir, c'est guidé par la direction de course, qui a une vue d'ensemble sur le circuit entier, ils savent précisément dans quelle position se trouve la dernière voiture, disons. Ils me guident : 'Bernd, il faut que tu ralentisses un peu, la dernière voiture vient juste de rejoindre l'avant-dernière'. Voilà comment on gère la vitesse. Dans les virages, aux points de freinage, je suis toujours à la limite. Mais en ligne droite, je lève le pied, parfois énormément, pour n'aller qu'à 150 km/h ou 140 km/h."

Bernd Maylander dans le paddock

Si le rythme de Mayländer est donc dicté par de nombreux facteurs, il est malgré tout fréquent de voir certains pilotes s'impatienter derrière lui. "Parfois, c'est assez difficile avec Lewis [Hamilton] derrière moi, car il attaque toujours : il accélère, il freine, parfois il se rapproche beaucoup de la voiture", poursuit l'Allemand de 49 ans. "C'est son style de pilotage, il fait tout pour maintenir ses pneus dans la bonne fenêtre de température. Parfois, je le perds dans mon rétroviseur, je ne sais pas s'il est à ma gauche ou à ma droite, car il est dans mon angle mort. Mais cela dépend des pilotes, en fin de compte. Je fais attention autant que possible."

"Michael [Schumacher] était assez calme, mais aussi assez dur. Valtteri Bottas est vraiment cool, il utilise toujours la même distance, il maintient cette distance avec la voiture de sécurité. Max [Verstappen], je dois dire, ne me pousse pas trop non plus. Nico Rosberg était aussi très calme derrière moi, toujours à la bonne distance. Sebastian [Vettel] était parfois dur également, similaire à Lewis, mais Lewis est certainement le plus dur. Pour moi, ça ne change rien, même si avec Lewis, je dois peut-être regarder un peu plus mes rétroviseurs, parfois."

Mayländer tient toutefois à préciser que les commentaires des pilotes sur son rythme ne lui parviennent pas directement, et selon lui, c'est mieux ainsi : "Je pourrais dire aux gars de la communication, 'laissez-moi écouter les pilotes aussi'. Mais ce que disent les pilotes n'a pas de sens."

"Parfois, mes amis m'envoient des messages pendant la course : 'Lewis se plaignait déjà que tu allais trop lentement, c'est vrai ?'. Je ne les lis pas pendant que je pilote, je les lis après la course ! Je peux le comprendre parfois, absolument : s'il est leader avec dix secondes d'avance, perd son avantage et que la voiture de sécurité va lentement, il est frustré. Mais en fin de compte, il comprend parfaitement que si c'est une voiture de route rapide, ce n'est pas une voiture de course."

partages
commentaires
Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams

Article précédent

Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams

Article suivant

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Bernd Maylander , Lewis Hamilton
Auteur Benjamin Vinel
Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari Prime

Aston Martin : plus qu'une livrée verte, une structure à la Ferrari

La présentation de l'Aston Martin était sans doute la plus attendue cette saison, alors que les nombreux changements apportés à l'équipe s'étendent bien au-delà d'un simple travail de peinture sur la livrée. Mais il est vrai que l'équipe n'aura pas à opérer un redémarrage et peut construire sur de solides fondations.

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso Prime

Les approximations qu'Ocon devra éviter avec Alpine et Alonso

Depuis son retour en F1, Esteban Ocon a connu une période difficile. De nouveaux défis l'attendent, puisqu'il a été rejoint par le double Champion du monde Fernando Alonso dans la nouvelle équipe Alpine. STUART CODLING établit une feuille de route à suivre pour franchir ce cap avec succès.

Formule 1
3 mars 2021
L'évolution récente des volants de Formule 1 Prime

L'évolution récente des volants de Formule 1

Les volants de Formule 1 ont drastiquement changé au fil des années, les pilotes disposant désormais de plus de contrôle, ce qui leur permet d'apporter les changements les plus subtils et de prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Formule 1
2 mars 2021
L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren Prime

L'impact qu'ont déjà les nouveaux investisseurs de McLaren

L'accord conclu par McLaren avec MSP Sports Capital l'an dernier non seulement aide l'écurie à financer la rénovation de ses infrastructures, ce dont elle avait bien besoin, mais est également un signe de l'avenir de la Formule 1.

Formule 1
1 mars 2021
La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix Prime

La F1 à quatre roues directrices qui a failli rouler en Grand Prix

Pour la beauté du geste avant l'interdiction définitive de nombreuses aides en 1994, Benetton voulait faire rouler en Grand Prix sa B193C en fin de saison 1993, ce qui aurait fait d'elle la première voiture à quatre roues directrices à prendre un départ en F1...

Formule 1
28 févr. 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus Prime

Pourquoi la Red Bull 2021 n'a pas que quelques autocollants en plus

À première vue, la nouvelle Red Bull pour la saison 2021 de F1 semble très similaire à la monoplace de l'an passé, mais un examen attentif révèle qu'il y a en réalité beaucoup de choses intéressantes.

Formule 1
24 févr. 2021
Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons Prime

Ce que révèle la manière dont Alfa Romeo a dépensé ses jetons

Comme les autres monoplaces présentées jusque-là, l'Alfa Romeo C41 dévoilée ce lundi en Pologne s'apparente davantage à une évolution qu'à une révolution.

Formule 1
23 févr. 2021