Bilan 2015 - Will Stevens tout en constance

partages
commentaires
Bilan 2015 - Will Stevens tout en constance
Par : Benjamin Vinel
19 déc. 2015 à 15:07

Will Stevens avait tout d’un débutant en Formule 1 cette saison. C'est pourtant au Grand Prix d’Abu Dhabi 2014 qu’il a fait ses débuts dans la catégorie reine du sport automobile, alors que Caterham faisait son chant du cygne.

Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor Marussia F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team
Will Stevens, Manor F1 Team

Stevens avait alors réalisé une performance honorable, affichant un niveau de performance convaincant compte tenu des circonstances et franchissant le drapeau à damier en dix-septième position, non sans avoir irrité Fernando Alonso en lui résistant le temps de quelques virages.

Après Caterham, Manor!

Cette année, Stevens courait pour Manor. Au contraire de Caterham, la petite équipe anglaise est parvenue à ressusciter après avoir mis la clé sous la porte à la fin de la saison dernière.

Ce fut toutefois une course contre la montre pour Manor, qui a dû adapter la MR03 à la réglementation 2015 en quelques semaines. Aussi, bien que Manor se soit rendu à Melbourne, la MR03B n’était pas prête à participer au Grand Prix d’Australie. Stevens a ensuite été victime d’un problème d’alimentation en essence qui l’a privé des qualifications et de la course en Malaisie.

C’est donc en Chine que Stevens a effectué son deuxième Grand Prix en Formule 1 effectif, et pendant les premières courses, le Britannique a dominé son coéquipier Roberto Merhi de la tête et des épaules.

Dominateur, puis dominé en qualifs

L'évolution des performances de Stevens en qualifications est particulièrement singulière. En effet, lors des quatre premières courses où les deux hommes étient présents, le Britannique a dominé Merhi 4-0 avec 0,737 seconde d'avance en moyenne, mais les quatre Grands Prix suivants ont vu l'Espagnol prendre l'avantage 3-1 malgré une moyenne de 0,040 seconde d'avance pour Stevens.

Ce dernier est reparti du bon pied en infligeant un 5-0 à ses coéquipiers Merhi et Alexander Rossi du Grand Prix de Belgique à celui de Russie, avec une avance moyenne de 0,236 seconde (sans compter Suzuka, où Rossi était à huit secondes après que tous ses tours ont été perturbés par des drapeaux jaunes).

Cette suprématie n'a pas duré longtemps, puisqu'après un temps d'adaptation, Rossi a dominé Stevens lors de ses trois dernières séances de qualifications, avec un écart moyen de 0,244 seconde. Merhi a ensuite fait son retour à Abu Dhabi, se qualifiant loin du Britannique.

Le bilan de Stevens sur cette saison est donc de 11-6, ce qui est relativement satisfaisant, mais on peut lui reprocher de ne pas avoir eu l'avantage sur un Rossi arrivé en cours de saison.

Battu par Rossi en course

Le score en course est moins flatteur pour Stevens : 7-6 à l'avantage de ses coéquipiers lorsque les deux Manor étaient à l'arrivée (dans le détail, 3-1 pour Rossi face au Britannique, qui l'emporte face à Merhi 5-4).

La plupart des duels étaient toutefois relativement serrés, et Stevens s'est montré d'une fiabilité remarquable, deux de ses abandons étant dus à des problèmes techniques, le troisième à un accrochage au premier virage avec Rossi, à Austin, dont il n'était aucunement responsable.

Stevens a également été victime d'un contact avec Romain Grosjean à Montréal et est parti à la faute sous la pluie à Silverstone en percutant le mur dans une sortie de piste, ainsi qu'à Singapour en essais libres.

Cette première saison en Formule 1 n'est donc pas mauvaise pour Will Stevens, mais le Britannique n'a pas encore prouvé mériter une place dans une meilleure écurie. Il serait toutefois bien qu'il obtienne une deuxième saison avec Manor, pour montrer ce qu'il peut faire dans une monoplace plus compétitive, face à un coéquipier dont l'avenir n'est pas incertain.

 Will Stevens en 2015

GP disputés 17
Tours parcourus 872
Top 10 0
Meilleur résultat 13e (Grande-Bretagne)
Meilleure qualification 18e (Bahreïn, Italie, Russie)
Points marqués 0
Abandons 3
Clt Championnat 21e
Prochain article Formule 1
Rossi n'est pas surpris d'avoir battu Stevens

Article précédent

Rossi n'est pas surpris d'avoir battu Stevens

Article suivant

Colin Chapman, un homme charismatique

Colin Chapman, un homme charismatique
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Will Stevens
Équipes Manor Racing
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Analyse