Formule 1 GP d'Arabie saoudite

Le circuit modifié de Djeddah pourrait être encore plus rapide

Les modifications faites sur le circuit du Grand Prix d'Arabie saoudite en vue de l'édition 2022 pourraient le rendre encore plus rapide.

Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Les virages 2 et 3 du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
Dernier virage du circuit de Djeddah
19

Après avoir accueilli l'avant-dernière manche de la saison 2021 de Formule 1, le circuit urbain de Djeddah sera de nouveau le théâtre du Grand Prix d'Arabie saoudite cette année. Cette fois, ce sera en tant que seconde manche de la campagne, dans un contexte bien moins tendu par les enjeux sportifs. Toutefois, après une première édition où, côté F1, les choses se sont plutôt passées sans encombre malgré les craintes, des modifications ont été exigées pour rendre le tracé plus sûr.

La visibilité, notamment dans des portions très rapides, était un problème et les responsables de l'épreuve ont rapidement pris les choses en main, à la demande des instances, pour tenter d'y remédier en suivant les retours des pilotes.

La seule modification concernant le profil d'une courbe a été faite au niveau du dernier virage, le 27e de la piste, avec une sortie élargie de 1,5 mètre. C'est à cet endroit précisément que, l'an passé, Max Verstappen avait percuté le mur après avoir commis une première erreur au freinage, alors qu'il semblait en passe de signer la pole position.

En dehors de cela, des murs ont été reculés pour dégager la vue des pilotes. Des plaques d'acier ont également été installées dans un certain nombre de virages pour créer des épaulements qui devraient permettre aux voitures de frôler les barrières par endroits sans les endommager.

Martin Whitaker, le PDG de Saudi Motorsport Company, a estimé que tous ces changements contribueraient à rendre le circuit encore plus rapide. L'an dernier, la vitesse moyenne de la pole position avait été de quasiment 254 km/h. "Le tracé du circuit reste le même, à l'exception du virage 27. Nous avons juste reculé un peu les barrières à certains endroits pour améliorer la visibilité dans ces virages."

Le dernier virage du circuit de Djeddah

Le dernier virage du circuit de Djeddah

Toutefois, au vu des délais courts entre décembre et mars, tout ce qui a été évoqué n'a pas pu être réalisé. "Cela pourrait rendre [le tour] un peu plus rapide, on suppose, si ce n'est pas déjà assez rapide. La plupart des changements ont effectivement été réalisés cette année. Je pense que nous avons effectué entre sept et dix des modifications qu'ils attendaient. Le reste prendra un peu plus de temps."

"Par exemple, [améliorer] la visibilité à l'intérieur des virages 23/24 est une tâche plus complexe, et nous n'avons tout simplement pas eu le temps de le faire. C'est une zone où je pense que le directeur de course de la FIA peut aider en disant au pilote de se méfier quand il y passe, ou de ne pas ralentir à cet endroit lors des qualifications."

Whitaker a par ailleurs expliqué que ce ne sont pas moins de "12 ou 15 points" sur lesquels la FIA et la F1 ont demandé de travailler, avec comme priorité la question de la visibilité, avant le Grand Prix 2022. "La vitesse du circuit est telle que les pilotes arrivaient très vite sur les voitures plus lentes. Je pense que le problème principal n'était pas tant la course que les qualifications, où les voitures ralentissent pour profiter d'un bon tour."

"La FIA peut évidemment faire quelque chose à ce sujet, parce que lors du briefing des pilotes, ils peuvent leur dire qu'il n'est pas possible de ralentir dans certains virages ou dans certaines zones. Mais surtout, il était préférable pour nous, en tant que promoteurs et organisateurs, de voir ce que nous pouvions faire."

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Ces "cafés" entre aérodynamiciens qui inquiètent Szafnauer
Article suivant F1 2022 : les numéros des pilotes et leur signification

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France