Analyse

Comment fonctionnera le "mode X" de l'aéro active des F1 2026 ?

Alors que le système de DRS va disparaître des Formule 1 en 2026, la discipline n'en aura pas fini avec les dispositifs amovibles dans le cadre de la mise en place d'une aérodynamique active. Voici comment cela fonctionnera.

Aéro active des F1 2026

Dans la réglementation 2026, la FIA a travaillé sur la mise en place d'un système d'aérodynamique active sur les Formule 1. Cette évolution se justifie pour des raisons d'adaptation des règles du châssis aux exigences du nouveau moteur, dont la moitié de la puissance sera fournie par sa partie électrique, afin de réduire au maximum la traînée en ligne droite.

Ce dispositif d'aéro active se retrouvera à la fois au niveau de l'aileron avant et de l'aileron arrière et s'accompagnera logiquement de la disparition du DRS tel qu'on le connaît aujourd'hui, puisque rendu caduque.

Lire aussi :

Concrètement, l'aileron avant disposera de deux flaps actifs et l'aileron arrière sera lui composé de trois éléments. Les deux ailerons fonctionneront de concert et jamais séparément : le but est ici de garantir que, quelle que soit la configuration utilisée, il n'y ait pas de déséquilibre entre l'avant et l'arrière, crainte qui avait été révélée par certaines simulations menées en début d'année.

Ce fonctionnement de l'aérodynamique active sur les F1 2026 se fera selon deux modes : 

  • le "mode Z" : il s'agira de la position "standard" à fort appui, qui sera utilisée en virage et à laquelle la voiture reviendra automatiquement au freinage ;
  • le "mode X" : il s'agira au contraire de la position à faible traînée, qui pourra être enclenchée par le pilote dans des zones de ligne droite prédéfinies.

Actuellement, le DRS, qui se veut un dispositif pour faciliter les dépassements, remplit la fonction de réduction de la traînée en permettant à une voiture qui en suit une autre à moins d'une seconde d'abaisser le flap supérieur de l'aileron arrière dans certaines zones du circuit. Or, l'utilisation qui sera faite des différents modes dans la réglementation 2026 sera différente puisqu'il n'y aura pas de condition d'écart : tous les pilotes seront libres d'enclencher ou non le "mode X" dans les zones où il sera autorisé.

"La différence entre le DRS sur la voiture actuelle et le projet de voiture 2026 se résume à l'utilisation pendant un tour", explique ainsi Jason Somerville, responsable de l'aérodynamique à la FIA. "Typiquement, le DRS est une aide au dépassement et on vous l'accorde quand vous êtes à une seconde d'une voiture qui vous devance à un point précis."

"Avec la voiture 2026, les pilotes auront la possibilité de passer entre le mode à fort appui et le mode à faible traînée qu'importe l'écart. Ainsi, à partir de points du circuit qui seront prédéfinis, un pilote pourra passer en mode à faible traînée pour avoir de la performance dans les lignes droites où l'adhérence ne sera pas un problème. Ensuite, à l'approche de la zone de freinage, vous repasserez au mode à fort appui."

F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
F1 2026 FIA voitures rendues
10

"Chaque voiture aura la possibilité de passer d'un mode à l'autre, ce qui impliquera de bouger l'aileron arrière et de réajuster l'aileron avant, et toute voiture suiveuse pourra faire de même. Il s'agit d'un système actif contrôlé par le pilote, même s'il disposera d'un signal, de la même manière qu'actuellement, pour indiquer quand il pourra activer le mode 'faible traînée'. Et le système repassera en mode fort appui, soit sous le contrôle du pilote, soit par l'intermédiaire de la pression de freinage."

La mise en place à l'avance de zones d'utilisation de ce "mode X" sera donc en réalité le seul point commun avec le DRS actuel, même s'il reste des détails à définir en pratique : "Nous avons ces deux modes qui seront mis en place sous forme de zones autour du tour, et les pilotes pourront passer d'un mode à l'autre lorsqu'ils en auront l'autorisation", résume Somerville. "Il peut y avoir des règles sportives qui, par exemple, empêchent l'utilisation [du mode à faible traînée] dans des conditions humides, mais sinon, nous nous attendons à ce que les pilotes aient accès aux deux modes à chaque tour."

Avec Jonathan Noble

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le concept des F1 2026 officiellement révélé
Article suivant Pourquoi la fin du DRS ne sonnera pas le glas des aides au dépassement

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France