Comment les évolutions McLaren ont changé la donne

Quand McLaren a révélé l'ampleur des évolutions apportées à Miami, tout le monde a vite compris que l'écurie avait de l'ambition en introduisant ce package.

Lando Norris, McLaren MCL38

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Comme cela est désormais obligatoire, McLaren a dû informer la FIA des nouveautés installées sur la MCL38 pour le Grand Prix de Miami. Et comme tout le monde l'a vite compris à la lecture du document publié ensuite par la fédération, quasiment toutes les surfaces aérodynamiques de la voiture de Lando Norris ont été modifiées.

Même si l'écurie a cherché auparavant à minimiser l'ampleur de ce package floridien, arguant qu'il visait juste à tenter de renforcer ses performances à basse vitesse, le véritable objectif a vite sauté aux yeux : rajouter à sa F1 le plus d'appui possible.

Dans l'ère actuelle de la discipline, avoir beaucoup d'appui n'est pas forcément une garantie de succès, surtout si cet appui s'accompagne de beaucoup de résistance à l'air (ou traînée) et donc d'une pointe de vitesse limitée. C'est ce subtil équilibre qui est au cœur des performances des Red Bull depuis 2022, puisque les monoplaces autrichiennes brillent tout autant par l'appui qu'elles génèrent que par leur vitesse de pointe.

Là où McLaren a fait la différence avec ses évolutions, c'est qu'elles lui ont permis de gagner sur les deux tableaux : en apportant plus d'appui pur, la voiture allait naturellement être rapide dans les virages. Mais il était dans le même temps possible d'utiliser des ailerons bien plus déchargés, assurant également une très bonne vitesse de pointe.

Ajouter de l'appui sans ajouter de traînée, pour s'autoriser à décharger les pièces partout ailleurs quand c'est possible, c'était bien la mission que s'était fixée l'équipe dirigée par Andrea Stella. Et les choses ont rapidement payé, avec une MCL38 immédiatement plus compétitive dans les lignes droites.

Photo by: Mark Sutton / Motorsport Images

"Nous avions une bonne vitesse de pointe [à Miami]", a expliqué Stella. "Une des raisons derrière cela est que nous avons volontairement décidé d'opter pour un aileron arrière relativement déchargé. Nous avons pu le faire parce que nous avons ajouté de l'appui aérodynamique grâce au package, et cela fait que nous pouvions être moins exigeants du point de vue de l'aileron arrière, qui n'est jamais trop efficace. Lorsque vous améliorez une voiture au niveau du plancher ou des pontons, c'est toujours plus efficace que d'ajouter de l'appui par le biais d'un aileron arrière."

En plus de cela, une voie légèrement différente a été empruntée en matière de réglages : au lieu de capitaliser sur l'avantage que McLaren a sur la plupart des concurrents dans les virages rapides, le choix a été fait de mettre l'accent sur l'optimisation des virages lents. 

"Nous avons consciemment décidé de régler la voiture pour maximiser les performances à basse vitesse", a révélé Stella. "La performance correcte à basse vitesse n'est pas nécessairement due aux caractéristiques du package, c'est aussi grâce à certaines décisions quant à la façon dont nous avons réglé les voitures pour nous assurer que nous étions aussi forts que possible [dans ce domaine]. Si vous regardez les qualifications, nous avons perdu pas mal de temps dans la section à haute vitesse, mais c'était en quelque sorte un choix délibéré de réglages."

Lire aussi :

Comme l'Autriche l'an passé, Miami n'est pour McLaren que le commencement. Stella suggère que des évolutions sont dans les tuyaux pour améliorer encore la situation à basse vitesse. Quand il lui est demandé à quel point les nouveautés du week-end dernier ont permis de corriger cette faiblesse, l'Italien de répondre : "Pas autant que nous l'aurions souhaité. Il y a un travail plus spécifique et des améliorations que nous devons apporter pour résoudre le problème à basse vitesse en particulier."

Même si le timing du Safety Car a clairement joué en faveur de Norris à Miami, le potentiel de la McLaren nouvelle version a vite été clair en course une fois le Britannique dans l'air propre. Reste désormais à savoir si la structure de Woking a les armes pour être un vrai poil à gratter pour Red Bull ou si les circonstances sont la principale explication de la victoire du week-end dernier. Réponse dès Imola.

Avec Jonathan Noble, Filip Cleeren et Ronald Vording

VIDÉO - Le résumé du Grand Prix de Miami

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Alonso : La FIA "réceptive" aux opinions des pilotes sur les pénalités
Article suivant Ferrari dévoile son premier package d'évolutions majeur

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France