Course - Ocon décroche sa médaille d'or, Hamilton revient de loin

Esteban Ocon a remporté à la surprise générale le Grand Prix de Hongrie 2021 de F1 pour le compte d'Alpine, profitant d'un carambolage au départ qui a grandement abîmé la voiture de Max Verstappen ainsi que d'une erreur stratégique de Lewis Hamilton.

Course - Ocon décroche sa médaille d'or, Hamilton revient de loin

Deux semaines après l'accrochage de Silverstone, les yeux sont évidemment tournés vers Lewis Hamilton et Max Verstappen au moment d'entamer la course du Grand Prix de Hongrie 2021 de F1. Mais, outre la lutte pour le titre dans un contexte forcément plus tendu, c'est vers le ciel que les regards convergent à quelques instants de l'envol. Et pour cause : la pluie annoncée est bien là et commence à tomber à une demi-heure de l'heure fatidique.

Lire aussi :

La piste est loin d'être noyée mais suffisamment détrempée pour que le départ sous conditions humides soit décrété par la FIA. Cela veut donc dire que les stratégies pneumatiques sont totalement rebattues puisque les pilotes vont tous s'élancer en pneus intermédiaires (verts). Exit donc l'avantage théorique des Mercedes sur la longueur d'un relais avec les mediums (jaunes) et de Red Bull sur l'envol avec les tendres (rouges), il faut en découdre à armes égales. Au moment du tour de formation, la pluie s'intensifie dans la ligne droite principale. Antonio Giovinazzi fait pourtant le choix de rentrer au stand avant le départ pour passer des mediums.

Chaos au départ

Au départ, Hamilton s'envole bien, suivi par Verstappen. Bottas se manque et est avalé par le peloton derrière lui. Au premier virage, le freinage du Finlandais est catastrophique : il bloque ses roues, tape l'arrière de la McLaren de Norris qui avait pris l'avantage. Cela envoie la voiture orange contre Verstappen alors que le pilote Mercedes va lui percuter Pérez. Derrière, une autre série d'accrochages implique Stroll, percutant notamment Leclerc et Ricciardo.

Le bilan du premier tour est terrible : Bottas, Leclerc, Stroll et Pérez abandonnent, alors que Norris et Verstappen sont toujours en course mais ont subi des dégâts importants. Devant le nombre de débris de monoplaces abandonnées sur la piste, le Safety Car déployé dès le premier tour se transforme en drapeau rouge et toutes les voitures sont dirigées vers la voie des stands. Cela offre notamment à Red Bull l'occasion de se pencher sur la monoplace du leader du championnat. En revanche, chez McLaren, le verdict est clair : Norris doit abandonner.

La course reprend une grosse demi-heure après l'incident par un départ arrêté et avec un top 10 pour le moins étonnant composé de Hamilton, Ocon, Vettel, Sainz, Tsunoda, Latifi, Alonso, Russell, Räikkönen et Schumacher. Du côté de Verstappen, 13e, des réparations de fortune ont été faites pour parer au plus pressé mais il y a tout de même d'importants dégâts sur le fond plat et les déflecteurs à droite. Les conditions ont évolué pendant le drapeau rouge, et la piste est bien moins détrempée.

Hamilton seul sur la grille, puis dernier !

Et c'est alors une image étonnante : Hamilton choisit de ne pas passer par les stands, mais il est le seul ! C'est un très mauvais choix car la piste est en grande partie sèche. Russell a pris la tête de la course dans la voie des stands devant Ocon et Vettel. Mais le Britannique ralentit soudainement pour reculer dans le peloton, sans doute pour rendre les positions glanées. Hamilton rentre et finalement, c'est Ocon qui prend les commandes. Hamilton ressort 14e et dernier ! Mazepin abandonne pour sa part à la suite d'un incident dans les stands avec Räikkönen, qui fait l'objet d'une enquête.

En tête de course, Ocon et Vettel s'échappent devant Latifi qui crée un bouchon devant Tsunoda et Sainz. Hors du top 10, Verstappen peine à contenir Gasly alors que Hamilton recolle à Giovinazzi, qui est juste derrière les deux hommes. Le septuple Champion passe l'Italien à l'entame du 10e tour, revenant à une voiture de son rival pour le titre.

Devant, Ocon maintient plus d'une seconde d'avance sur Vettel, les deux hommes ayant eux-mêmes huit secondes de marge sur Latifi qui tient sa troisième place. Derrière, Verstappen parvient à se jouer de Schumacher autoritairement, suivi par Gasly au tour suivant puis par Hamilton à la fin. Räikkönen est sanctionné de 10 secondes de pénalité et en profite pour passer des pneus durs, il ressort dernier.

Après 16 tours, Ocon et Vettel sont toujours séparés d'une seconde alors que Latifi est désormais à une dizaine de secondes derrière. Des écarts se forment progressivement à mesure que l'usure des pneus fait son office, Verstappen est neuvième et Hamilton 11e à ce stade de l'épreuve. Vettel produit son effort en seconde position et revient sous la seconde dans le 18e passage. Il se sert du DRS à l'entame du 19e tour, ce qui le rapproche du Français mais sans pouvoir attaquer.

Hamilton fait l'undercut sur Verstappen

Hamilton passe au stand à l'entame du 20e tour pour essayer de faire l'undercut sur les pilotes devant lui. Cela déclenche les arrêts de Ricciardo et Verstappen mais en vain : la Mercedes passe les deux hommes pour prendre la 10e place provisoire, qui se transforme vite en neuvième place quand Russell s'arrête. Les pilotes se succèdent dans les stands, alors que Sainz refuse catégoriquement de le faire.

Vettel est à l'attaque sur Ocon dans le 24e tour, alors que Latifi s'arrête, laissant la voie libre à Sainz. Hamilton dépasse à nouveau Schumacher pour le compte de la huitième position et enchaîne les meilleurs tours en course. Il revient vite sur Latifi et le passe à l'entame du 27e tour, pour prendre la septième position. Pendant ce temps-là, le top 5 est toujours en piste et n'est toujours pas passé par les stands : Sainz semble avoir eu raison de rester en piste car son rythme est meilleur que celui des deux leaders.

Les leaders, justement, sont séparés de deux secondes alors que la marque des 30 tours arrive. Ils ont 11 secondes d'avance sur Sainz et 14 sur Alonso. Gasly s'arrête au début du 31e tour, ce qui permet à Tsunoda, Hamilton et Latifi de gagner une position. Aux prises avec le Japonais depuis plusieurs tours, la dernière Mercedes rescapée dépasse Tsunoda par l'extérieur au virage 4 et se retrouve cinquième, à cinq secondes de Sainz qui vient de s'arrêter pour passer des durs. Verstappen, pendant ce temps, est à moins d'une seconde de Ricciardo mais ne parvient pas à le dépasser pour prendre la 11e position.

Ocon en tête après les arrêts

Au début du 37e tour, Vettel passe par les stands. Alonso le dépasse mais l'Allemand ressort cinq secondes devant le duo Sainz-Hamilton. Logiquement, Ocon répond immédiatement au pilote Aston Martin. L'arrêt est bon pour Alpine mais le Français repart juste devant le quadruple Champion du monde. Ce dernier met la pression avec ses pneus en température mais le numéro 31 résiste et conserve l'avantage.

Alonso, qui avait pris la tête provisoirement, s'arrête au début du 40e tour. Il ressort neuf secondes derrière Hamilton. Gasly s'empare pendant ce temps-là de la septième position face à Latifi. Verstappen s'arrête à nouveau au 41e tour pour chausser des pneus mediums. Alonso enchaîne les tours rapides et prend le meilleur temps, revenant à sept secondes de Hamilton.

À 25 tours avant la fin, l'écart fluctue autour de la seconde entre Ocon et Vettel. Hamilton semble accélérer légèrement le rythme, ce qui laisse penser à Sainz qu'il va s'arrêter à nouveau. Alonso, de son côté, n'est plus qu'à quatre secondes de son ancien équipier chez McLaren. Et le pilote Ferrari avait raison : Hamilton s'arrête à la fin du 47e tour. Le Britannique ressort 15 secondes derrière Alonso mais surtout devant les deux AlphaTauri, à l'attaque intégrale jusqu'à la fin du Grand Prix.

Devant, les choses s'animent : à la faveur du dépassement des premiers retardataires, Vettel tente l'attaque à l'intérieur au début du 49e tour mais le Français ferme autoritairement la porte. Au tour suivant, le pilote Aston Martin ne tente pas le coup mais la pression est forte. Hamilton de son côté fond sur le top 4 à grands coups de secondes par tour. Verstappen, pour sa part, se hisse en 11e position et va pouvoir attaquer Ricciardo pour tenter d'entrer dans le top 10.

Hamilton bute sur Alonso mais finit sur le podium

Au 52e tour, Alonso est revenu à une seconde de Sainz. Le double Champion du monde sait que Hamilton est en train de revenir et met la pression sur son compatriote. Au 54e tour, Hamilton fait la jonction avec Alonso : un duel se met en place entre les deux hommes. Le pilote Alpine défend bien au virage 2 puis au virage 4 pour empêcher Hamilton de lui faire l'extérieur. Même chose au tour suivant, mais là encore Alonso résiste. Ce combat offre un répit à Sainz qui prend un peu de marge en troisième place.

À dix tours de l'arrivée, Ocon maintient toujours un avantage d'une seconde sur Vettel, huit secondes sur Sainz et neuf sur le duo Alonso-Hamilton. Verstappen parvient enfin à se jouer de Ricciardo pour retrouver le top 10. Au 63e tour, Hamilton est à l'attaque de l'Alpine mais l'Espagnol défend à nouveau chèrement sa peau. En revanche, au passage suivant, Hamilton piège Alonso en l'obligeant à un mauvais freinage au virage 1 avant de le décroiser. Quatrième place pour le pilote Mercedes.

Désormais, c'est Sainz qui est à sa portée. Au 67e tour, bien aidé par un Ricciardo positionné idéalement à un tour, Hamilton passe Sainz et monte sur le podium provisoire, à sept secondes des hommes de tête. À l'avant, la situation semble s'être stabilisée avec un écart d'une seconde et demie à l'avantage d'Ocon à trois tours du but. Alors que Hamilton revient vite sur Vettel, Esteban Ocon franchit tranquillement les derniers virages et remporte le Grand Prix de Hongrie ! Il s'agit du premier succès pour le Français en Formule 1.

Hungary Grand Prix de Hongrie 2021 - Course

P. Pilote Constructeur Tours Écart Points
1 France Esteban Ocon Alpine 70   25
2 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 70 1.859 18
3 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 70 2.736 15
4 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 70 15.018 12
5 Spain Fernando Alonso Alpine 70 15.651 10
6 France Pierre Gasly AlphaTauri 70 1'03.614 9
7 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 70 1'15.803 6
8 Canada Nicholas Latifi Williams 70 1'17.910 4
9 United Kingdom George Russell Williams 70 1'19.094 2
10 Netherlands Max Verstappen Red Bull 70 1'20.244 1
11 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 69 1 Lap  
12 Australia Daniel Ricciardo McLaren 69 1 Lap  
13 Germany Mick Schumacher Haas 69 1 Lap  
14 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 69 1 Lap  
  Russian Federation Nikita Mazepin Haas 3 67 Laps  
  United Kingdom Lando Norris McLaren 2 68 Laps  
  Finland Valtteri Bottas Mercedes 0    
  Mexico Sergio Pérez Red Bull 0    
  Monaco Charles Leclerc Ferrari 0    
  Canada Lance Stroll Aston Martin 0    

partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP de Hongrie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP de Hongrie en direct

Article suivant

Fernando Alonso élu "Pilote du Jour" du GP de Hongrie 2021

Fernando Alonso élu "Pilote du Jour" du GP de Hongrie 2021
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021