Course - Troisième victoire consécutive pour Hamilton, en solitaire

partages
commentaires
Course - Troisième victoire consécutive pour Hamilton, en solitaire
20 avr. 2014 à 10:41

Lewis Hamilton a aisément remporté la 25ème victoire de sa carrière, aujourd'hui, en s'imposant depuis la pole position, et au terme d'une course menée en solitaire sans pousser

Lewis Hamilton a aisément remporté la 25ème victoire de sa carrière, aujourd'hui, en s'imposant depuis la pole position, et au terme d'une course menée en solitaire sans pousser. Le Britannique signe sa troisième victoire consécutive -une première dans sa carrière-, et réduit l'écart au championnat du monde des pilotes à 4 points sur son équipier Rosberg, lointain second. Mercedes reviendra en Europe avec une avance considérable au championnat du monde des constructeurs, et semble bien difficile à rattraper, Red Bull et Ferrari évoluant dans une autre division.

---

Il fait gris et venteux, mais sec pour le départ du Grand Prix de Chine. Les qualifications ayant été disputées sur piste humide hier, les pilotes sont autorisés à prendre le départ avec le composé pneumatique de leur choix, y compris dans le top 10. Partant dernier sans avoir disputé les qualifications, Pastor Maldonado n’est pas affecté par les 5 places de pénalité sur la grille pour son contact avec Gutierrez, lors de la dernière épreuve.

Les Williams de tous les côtés au départ

Sans surprise, tout le plateau choisit le composé ‘option’ tendre pour prendre le départ, à l’exception notable de Magnussen, P15 sur la grille.

Depuis la pole, le départ de Lewis Hamilton est des plus clairs, tandis que Fernando Alonso et Felipe Massa s’élancent bien. Prenant le meilleur sur Rosberg à l’accélération, Massa tente de se frayer un chemin jusqu’au premier freinage mais entre en contact avec son ancien équipier Ferrari en se rabattant de façon douteuse. La forte touchette n’engendre aucun dommage sur les deux autos, celle-ci se faisant pneu contre pneu. Chanceux, Bottas et Rosberg ne subissent pas non plus de dégâts sur leur contact au premier freinage.

Ricciardo, P2 sur la grille, a vu passer Vettel et Alonso. L’Espagnol tente une manœuvre après une paire de freinages sur le Champion en titre mais ne peut prendre la main. Après deux boucles, Hamilton s’est déjà ménagé une avance de 2.4s, devant Vettel, Alonso, Ricciardo, Massa, Rosberg, Hülkenberg et Grosjean. Les Finlandais Bottas et Räikkönen complètent le top 10, tandis que Magnussen se maintient en P16 avec ses pneus plus durs.





Hamilton s’envole, Rosberg impuissant

Rosberg, cinquième, a fort à faire s’il veut se montrer dangereux pour Hamilton, bien installé en tête et décidemment plus à l’aise à Shanghai depuis le début du weekend. L’Allemand tourne seulement dans les mêmes temps que les Red Bull et la Ferrari devant lui, sans se rapprocher. Pour son compatriote Sutil, la course prend fin sur un ennui moteur dès le 7ème passage : le troisième abandon consécutif pour le pilote Sauber.

C’est avec une avance impressionnante de 10.4s sur Vettel que Lewis Hamilton boucle le 10ème passage, qui marque les premiers pitstops. L’arrêt aux stands de Felipe Massa, dans ce même passage, est un véritable désastre. Devant tout d’abord attendre ses deux pneus arrière disparus, le Brésilien voit son équipe lutter pendant une éternité pour chausser le pneu arrière droit, la roue semblant endommagée suite au contact du départ avec Alonso. Après une minute dans la voie des stands, c’est une toute nouvelle course qui débute pour le pilote Williams, 21ème.

Utilisation très différente des pneus tendres

En s’arrêtant un tour plus tard que Vettel pour chausser ses mediums, Fernando Alonso gagne une position en piste sur l’Allemand et pointe P2 au 12ème passage, tandis que Rosberg reste derrière les deux hommes et les Toro Rosso devant encore s’arrêter.

Ricciardo reste en piste jusqu’au 15ème tour avant de chausser les pneus les plus durs et ressort P5, derrière Rosberg. Dans la radio, Hamilton explique à son team que ses enveloppes tendres se comportent « bien, de façon surprenante ». Le Britannique plonge dans la ligne des stands pour un arrêt parfaitement exécuté au T17 et ressort en tête. S’il n’a plus qu’une avance de de 3.4s sur Alonso, Hamilton dispose cependant de nombreux tours de fraîcheur supplémentaires dans son train de mediums.

La course de Nico Rosberg n’est pas facilitée par la télémétrie Mercedes, qui ne donne pas les chiffres de consommation de l’Allemand au muret des stands. Rosberg doit lire à voix haute les informations de son écran sur le volant pour informer ses ingénieurs du niveau de carburant restant à bord. Devant, Hamilton reprend son rythme de leader. Vettel est informé du fait qu’il dispose d’un meilleur rythme qu’Alonso, en dépit du fait de se trouver 3.5s derrière l’Espagnol.





Invisible, Räikkönen lâche une moyenne d’une seconde au tour au locataire de l’autre Ferrari, et a pour mission de garder derrière lui Grosjean, P9 avec la Lotus. La course des McLaren a de quoi glacer le sang de Ron Dennis également : aucune des deux machines de Woking n’évolue plus haut qu’à la 12ème place, et Magnussen a dû passer aux stands pour changer de pneus en même temps que Hamilton, en dépit du fait d’avoir pris le départ avec le medium, théoriquement bien plus durable.

« Sebastian, laisse passer Daniel » !

Rosberg prend la position de Vettel en piste dans le 23ème passage, après une belle résistance de l’Allemand. P4, le Champion doit maintenant défendre face à son équipier Ricciardo, dont les gommes sont plus fraiches de 3 tours, et qui évolue sur trois arrêts, contre deux pour le N°1. Pour la seconde fois depuis le début de la saison, Vettel est ainsi intimé par radio de laisser passer son équipier pour que celui-ci puisse développer sa stratégie. L’Allemand ne l’entend cependant pas de cette oreille et rend la tâche de l’Australien difficile pendant deux boucles, en dépit de l’insistance de son muret des stands. La bataille psychologique est apparente chez Red Bull, mais Ricciardo finit par passer, et à se détacher au rythme d’une demi-seconde au tour.





C’est au ralenti suite à une excursion dans les graviers, et avec un problème de transmission (4ème rapport bloqué) que Romain Grosjean entre dans son garage pour abandonner, au 29ème passage.

La graining sur la piste est impressionnant avec le pneu medium. De toutes parts, les pilotes collectent d’importantes quantités de gomme, venant se coller sur l’aileron avant. Mercedes informe Hamilton de ne pas s’inquiéter en cas de développement de sousvirage.

Les teams déroulent leur stratégie pneumatique

Alonso passe aux stands à la fin du 32ème passage pour son second et dernier arrêt. L’Espagnol finira la course en mediums. La frustration de Vettel grandit dans le cockpit de la monoplace N°1, lorsque qu’une Caterham prend le meilleur sur la Red Bull en gommes fraîches. Dépité, l’Allemand se plaint dans la radio et est appelé à son stand dans les instants suivants. Entré un tour avant Alonso pour les premiers arrêts, Vettel est cependant parvenu à passer un tour plus tard sur la seconde valse, et espère pouvoir défier le pilote Ferrari en fin de course.

Nico Rosberg ne sera pas un candidat à la victoire. 20 secondes derrière son équipier à 20 boucles de l’arrivée, l’Allemand observe son dernier arrêt dans le 37ème passage. Sa mission consiste désormais à déloger Alonso de la seconde position et d’assurer les 18 points de la seconde place. C’est chose faite au 43ème tour. Derrière eux, Ricciardo est informé par radio que ses pneus iront finalement au bout et qu’il lui faudra défendre sa position face à Vettel, pointant à 6 secondes avec des enveloppes plus fraiches.

Les positions sont figées dans les dernières boucles. Hamilton assure depuis déjà bien longtemps, tandis que Rosberg a pris l’air nécessaire sur Alonso, qui dispose lui-même de 5 secondes d’avance sur Ricciardo, déterminé à pousser jusqu’au bout. L’Australien bat à la régulière son Quadruple Champion du Monde de coéquipier, relégué à plus de 15 secondes. En dépit d’une meilleure position sur la grille de 4 places par rapport à son équipier, Jean-Eric Vergne boucle la course derrière celui-ci et hors des points, tandis que Kvyat se montre une nouvelle fois grandement à son avantage, en s’emparant du dernier point en jeu avec la 10ème place. Force India place ses deux monoplaces dans les points et remporte son duel face à Williams, notamment grâce à une grosse progression dans la hiérarchie de Pérez.

Formule 1 - Grand Prix de Chine 2014
Pilote Ecurie Ecart Pts
01   L. Hamilton   Mercedes 54 tours 25
02   N. Rosberg   Mercedes +18.0 18
03   F. Alonso   Ferrari +23.6 15
04   D. Ricciardo   Red Bull +27.1 12
05   S. Vettel   Red Bull +47.8 10
06   N. Hülkenberg   Force India +54.3 8
07   V. Bottas   Williams +55.7 6
08   K. Räikkönen   Ferrari +76.3 4
09   S. Pérez   Force India +82.6 2
10   D. Kvyat   Toro Rosso +1 tour 1
11   J. Button   McLaren +1 tour
12   J. Vergne   Toro Rosso +1 tour
13   K. Magnussen   McLaren +1 tour
14   P. Maldonado   Lotus +1 tour
15   F. Massa   Williams +1 tour
16   E. Gutiérrez   Sauber +1 tour
17   J. Bianchi   Marussia +1 tour
18   K. Kobayashi   Caterham +1 tour
19   M. Chilton   Marussia +2 tours
20   M. Ericsson   Caterham +2 tours
Ab   R. Grosjean   Lotus Boîte de vitesses
Ab   A. Sutil   Sauber Moteur
Prochain article Formule 1
EN DIRECT : La course du GP de Chine

Article précédent

EN DIRECT : La course du GP de Chine

Article suivant

Grosjean lâché par la E22

Grosjean lâché par la E22
Load comments