Ecclestone : J'ai "souvent" aidé Ferrari avec Mosley

Bernie Ecclestone révèle avoir aidé Ferrari à gagner lorsqu'il était à la tête de la FOM (Formula One Management), avec le concours de Max Mosley, président de la FIA.

Les instances dirigeantes de la Formule 1, en particulier la FIA, avaient été accusées à plusieurs reprises par le passé d'avoir favorisé la Scuderia, par exemple lors de l'affaire des déflecteurs de la F399 au Grand Prix de Malaisie 1999.

Or, Bernie Ecclestone révèle que ces accusations étaient fondées : il aurait contribué aux succès de Ferrari, tout comme Max Mosley, alors que les deux hommes étaient à la tête de la Formule 1 – Mosley a été président de la FIA de 1993 à 2009.

"Aider Ferrari a toujours été la chose la plus intelligente à faire", affirme Ecclestone dans les colonnes de La Repubblica. "Et cela a toujours été fait via la réglementation technique. Les écuries sont importantes pour la F1, mais surtout Ferrari. C'est pourquoi, au fil des années, bien des choses ont été faites qui ont aidé Maranello à gagner."

Lorsqu'il lui est demandé si le directeur de course Charlie Whiting, de son côté, a avantagé les écuries britanniques, Ecclestone répond : "Non. Charlie a toujours fait ce qu'il était censé faire. Par contre, Max a souvent aidé Ferrari. Et moi aussi. Nous voulions tous que la Ferrari gagne."

"Une saison remportée par Ferrari a plus de valeur qu'une saison remportée par d'autres. Mais regardez, des équipes ont un intérêt à se battre face à une écurie Ferrari compétitive. C'est une chose de gagner contre Sauber, mais une autre de gagner face à une voiture rouge de Maranello."

Ferrari aidé par Mercedes pour son unité de puissance ?

Ce ne serait en effet pas le seul contexte dans lequel Ferrari aurait reçu une aide extérieure : Ecclestone suppute que le constructeur de Maranello a reçu des conseils pour améliorer son unité de puissance de la part de... Mercedes, avec qui la Scuderia a lutté pour le titre mondial 2017 après trois années d'hégémonie de la marque à l'étoile.

Cette dernière, selon l'ancien grand argentier de la Formule 1, comptait par cette manœuvre donner plus de valeur à son prochain titre.

Lorsqu'il lui est demandé si quelqu'un a assisté Ferrari, Ecclestone répond : "Mercedes, et pour une bonne raison. Un Championnat du monde remporté face à Sauber est une chose. Un remporté face à Ferrari en est une autre."

"Je ne sais pas. Je dis peut-être. Par le passé, c'est déjà arrivé avec Honda. Et si Mercedes a décidé de transférer de la technologie à Maranello, je dis que c'était une bonne décision. Il est également certain qu'avec la situation amicale entre les deux équipes, la meilleure chose pour Stuttgart en 2017 était de s'assurer a) que Red Bull n'ait pas les moteurs les plus puissants et b) que Ferrari soit suffisamment compétitif pour être un rival crédible à battre."

Un tel scénario est-il crédible pour autant ? Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner a forcément du mal à y croire, mais l'attitude des dirigeants des deux écuries lors des réunions du Groupe Stratégique, par exemple, lui a mis la puce à l'oreille.

"C'est le type de réflexion habituel de Bernie, je dirais, dans la façon dont il a établi ça", estime Horner. "Il est très clair qu'il y a une relation très étroite entre Ferrari et Mercedes, vu la façon dont ils opèrent en réunion : ces jours-ci, l'un ne lève pas la main sans que l'autre ne soit d'accord. Donc il y a cette dynamique."

"Ce n'est pas la première fois que c'est arrivé en Formule 1, ce ne sera pas la dernière. Quant à savoir si l'un a aidé l'autre, ce ne sont pas nos affaires. Je n'en ai aucune idée. Je serais surpris. Mais ce qu'on voit avec Mercedes et Ferrari aujourd'hui, c'est qu'ils sont très solidaires dans toute leur réflexion."

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Équipes Ferrari , Mercedes
Type d'article Actualités