EL1 - Les Mercedes de Bottas et Hamilton sur leur planète

Mercedes est loin, très loin devant la concurrence au terme des Essais Libres 1 du Grand Prix d'Espagne 2020, devançant la Red Bull de Max Verstappen d'une seconde pleine.

EL1 - Les Mercedes de Bottas et Hamilton sur leur planète

Mercedes n'est pas invincible, la victoire de Max Verstappen au Grand Prix du 70e Anniversaire l'a prouvé. Il n'empêche que la W10 demeure théoriquement la meilleure monoplace du plateau, et cette première séance d'essais libres du Grand Prix d'Espagne le montre.

Sur la piste de Barcelone, près de six mois après les essais de pré-saison qui s'y étaient déroulés, ce sont Valtteri Bottas et Lewis Hamilton qui ont signé les meilleurs chronos, l'un en 1'16"785, l'autre en 1'16"824, tous deux en pneus tendres. Derrière, Verstappen est relégué à près d'une seconde, juste devant les Ferrari de Charles Leclerc et Sebastian Vettel. Ce dernier a bien étrenné son nouveau châssis avec 27 tours parcourus ; il est distancé de 11 millièmes par son coéquipier.

Lire aussi :

Romain Grosjean signe une encourageante sixième place au volant de la Haas, en 1'18"291, bien que l'on ne puisse en tirer trop de conclusions, cette séance étant la moins représentative du week-end. Suivent Sergio Pérez, de retour au volant après avoir contracté le coronavirus et manqué deux Grands Prix, et Alexander Albon. Le pilote Red Bull est rentré au stand au ralenti à 27 minutes du drapeau à damier, victime d'une perte de puissance, mais le problème n'était manifestement pas terminal, puisqu'il a rapidement repris la piste.

Kevin Magnussen et Lance Stroll complétaient le top 10 ; à noter que les Racing Point ont fait leur meilleur temps en pneus mediums, comme Esteban Ocon au 12e rang. Les AlphaTauri ont fait preuve de performances particulièrement modestes, toutes deux à plus de deux secondes de la référence avec Pierre Gasly 14e et Daniil Kvyat 17e, mais là encore, il est trop tôt pour en tirer la moindre conclusion.

Enfin, en fond de peloton, on retrouvait Roy Nissany pour sa première séance d'essais libres en Formule 1, au volant de la Williams FW43. Le jeune Israëlien, actuel 18e de Formule 2, n'accuse que trois dixièmes de retard sur son coéquipier Nicholas Latifi, alors qu'il a signé son meilleur temps avec les mediums. Malgré un tête-à-queue au virage 10, il s'en tire ainsi bien mieux que son père Chanoch, qui avait fait une séance d'EL1 en 2005, à l'âge canonique de 42 ans.

Lire aussi :

Spain Grand Prix d'Espagne - Essais Libres 1

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 Finland Valtteri Bottas Mercedes 33 1'16.785  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 29 1'16.824 0.039
3 Netherlands Max Verstappen Red Bull 26 1'17.724 0.939
4 Monaco Charles Leclerc Ferrari 27 1'17.970 1.185
5 Germany Sebastian Vettel Ferrari 27 1'17.981 1.196
6 France Romain Grosjean Haas 29 1'18.291 1.506
7 Mexico Sergio Pérez Racing Point 31 1'18.471 1.686
8 Thailand Alexander Albon Red Bull 27 1'18.606 1.821
9 Denmark Kevin Magnussen Haas 28 1'18.620 1.835
10 Canada Lance Stroll Racing Point 31 1'18.643 1.858

partages
commentaires

Voir aussi :

Ricciardo explique le pari du "tatouage" avec Abiteboul

Article précédent

Ricciardo explique le pari du "tatouage" avec Abiteboul

Article suivant

La FIA n'empêchera pas les évolutions "gratuites" Racing Point/AlphaTauri

La FIA n'empêchera pas les évolutions "gratuites" Racing Point/AlphaTauri
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021