Face à la crise, la F1 paie certaines équipes en avance

Certaines écuries de Formule 1 ont reçu des paiements par avance afin de les protéger pendant qu'elles traversent la crise liée au nouveau coronavirus.

Face à la crise, la F1 paie certaines équipes en avance

En temps normal, les écuries reçoivent une partie des revenus générés par la Formule 1, qui reposent grandement sur les droits payés par les organisateurs de Grands Prix afin d'accueillir le grand cirque. Or, la pandémie de COVID-19 a d'ores et déjà entraîné l'annulation ou le report des neufs premières épreuves de la saison.

Si une partie des écuries, souvent les plus prestigieuses, ont des revenus garantis par les accords commerciaux conclus pendant l'ère de Bernie Ecclestone, les autres ne s'appuient que sur une part de ce que les détenteurs des droits commerciaux reversent. Le président et PDG de Liberty Media, Greg Maffei, a déclaré qu'afin d'aider les structures à traverser la crise actuelle, certaines d'entre elles allaient recevoir des paiements avancés.

Lire aussi :

La F1 essaie par ailleurs d'organiser le début de saison 2020, même si cela doit passer par des Grands Prix à huis clos, pour assurer des revenus provenant des chaînes de télévision et de ses propres sponsors. "Nous avons des scénarios avec aucune course, jusqu'à 15-18 courses, des courses sans spectateurs et avec uniquement les écuries", a déclaré Maffei lors d'une conférence avec des analystes de Wall Street.

"Nous avons vraiment une multitude d'opportunités ou de défis, sur tous les fronts. Chase [Carey] et son équipe se voient proposer de multiples options [...] Nous observons donc comment la réouverture de certaines épreuves se passe en Europe occidentale, dans certains pays, et nous examinons les options qui s'offrent à nous pour le début du calendrier. Il n'y a pas encore de garanties, mais c'est assurément quelque chose qui sera tenté."

Maffei admet toutefois que l'organisation de courses à huis clos serait un coup porté aux revenus de la F1, et donc à ceux des écuries, puisqu'il serait évidemment impossible d'exiger des circuits les mêmes droits d'entrée. "La façon dont vous faites tout cela pose des problèmes qui nécessitent également un capital supplémentaire. Si vous organisez des courses sans public, la rentabilité sera évidemment moindre, voire inexistante."

"Nous avons peut-être suffisamment de capitaux pour gérer cela en 2020, mais cela coûtera cher à certaines écuries, en particulier celles qui n'ont pas les garanties minimales de la F1, et l'une des principales, sinon la principale, source de revenus est leur part des bénéfices de la Formule 1. Il y a un certain degré de rentabilité ou de non rentabilité, mais elles doivent quand même assumer tous les coûts de fonctionnement. C'est un défi."

Lire aussi :

"Comment pouvons-nous faire quelque chose qui soit bénéfique pour les fans, mais sans que les équipes ne se ruinent en participant à des courses sans revenus ou avec des pertes ? Nous n'encourageons pas l'utilisation de nos liquidités de manière imprudente, mais nous essayons d'équilibrer les activités d'exploitation et leurs résultats actuels avec les résultats d'exploitation de nos partenaires, que sont les équipes, qui encourent des coûts importants."

"Nous avons déjà avancé de l'argent en prévision des paiements de certaines équipes. Il y a des cas où nous pourrions en faire plus. Il y a d'autres choses que nous pourrions faire pour aider les écuries qui pourraient en avoir besoin. Nous ne considérons clairement pas cela comme un chèque en blanc. Nous voulons nous assurer que les équipes soient solvables parce qu'elles font partie de ce dont nous avons besoin pour réussir la compétition en 2020, 2021 et au-delà."

partages
commentaires
Romain Grosjean lance son équipe de simracing

Article précédent

Romain Grosjean lance son équipe de simracing

Article suivant

Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect

Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect
Charger les commentaires
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021