La F1 veut des livrées plus reconnaissables en 2025

Selon les informations de Motorsport.com, les responsables de la Formule 1 ont démarré un travail pour s'assurer que les écuries arborent toutes des livrées plus reconnaissables à compter de 2025, après que ce débat ait été mis sur le tapis en début de saison.

Charles Leclerc, Ferrari SF-24, en tête au départ

La valse des présentations des F1 à l'hiver avait laissé craindre que la tendance actuelle voyant des monoplaces de plus en plus dépourvues de peinture au profit du carbone "à nu", principalement pour des raisons de poids, n'entraîne une difficulté pour reconnaître les voitures en piste, en particulier à la télévision. Cela s'est confirmé, surtout lors des épreuves nocturnes et sous certains angles.

Parmi les cas les plus difficiles, l'on trouve la confusion fréquente entre la Mercedes et l'Aston Martin mais également entre la Williams et la Visa Cash App RB, parfois difficilement reconnaissables selon le point de vue.

Des sources ont révélé à Motorsport.com que des discussions ont débuté entre la Formule 1 et les écuries pour tenter d'améliorer la situation en vue de l'année prochaine, afin d'assurer une plus grande diversité des couleurs sur la grille. Il s'agit cependant d'une situation complexe puisque si la FIA et la FOM souhaitent une amélioration des choses pour le public, elles ne veulent pas imposer des règles strictes aux écuries sur la sujet.

Nikolas Tombazis, responsable des questions relatives aux monoplaces à la FIA, a déclaré que le sujet serait débattu lors de la prochaine réunion de la Commission F1 afin de trouver une solution. "Comme toujours en F1, c'est un peu plus compliqué qu'il n'y paraît", a-t-il déclaré à Motorsport.com.

"L'un des problèmes est que les voitures ont un peu trop de carbone nu, à cause évidemment du poids de la peinture, donc les voitures sont un peu trop noires. Toutes les équipes ont également beaucoup travaillé pour changer le type de peinture ou, en fait, il s'agit souvent aujourd'hui de films extrêmement fins, afin de maintenir le poids aussi bas que possible."

"Un autre problème est que certaines équipes semblent utiliser des schémas de couleurs similaires, ce qui fait qu'elles se retrouvent avec des voitures qui ont l'air visuellement assez proches les unes des autres. Nous en discutons encore avec les équipes, et ce point sera abordé lors de la prochaine Commission F1."

Pour Tombazis, parvenir à un consensus via la discussion plutôt qu'en imposant des règles est une meilleure solution : "Nous devons parvenir à un processus où les équipes communiquent entre elles d'une manière ou d'une autre et disent : 'Si ta voiture est bleue à cet endroit, la mienne ne sera pas bleue à cet endroit'. Ou quelque chose comme ça."

"Mais la manière dont ce processus fonctionnerait exactement [reste à voir]. Il ne s'agit pas d'un processus réglementaire. Nous ne voulons pas élaborer des règles sur les livrées en tant que FIA, mais nous voulons que les voitures se distinguent les unes des autres."

La question des casques

En termes de look, la question des livrées n'est pas la seule à être posée puisque le débat sur les casques des pilotes, et le fait qu'il est parfois bien difficile de distinguer à l'oeil nu qui est dans quelle voiture, revient régulièrement. De nos jours, en partie parce qu'ils sont largement cachés (ce qui a été bien entendu accentué avec l'apparition du Halo en 2018) mais également parce qu'ils changent régulièrement (parfois de course en course) et ont des designs bien plus complexes, les casques sont bien moins emblématiques et reconnaissables.

Dans le règlement, une seule règle oblige les écuries à créer une distinction entre ses pilotes, avec l'utilisation de jaune fluo sur l'une des caméras TV montée sur la boîte à air. "Les caméras embarquées situées au-dessus de l'arceau de sécurité principal de la première voiture doivent rester telles qu'elles sont fournies au concurrent et doivent être à dominante jaune fluorescente pour la deuxième voiture", peut-on lire à l'article 9.1 c du Règlement Sportif.

La F1 étudie la question pour savoir s'il existe de meilleures façons de rendre reconnaissables les pilotes dans chaque équipe. "Autrefois, les pilotes avaient des casques plus reconnaissables parce qu'ils étaient plus simples. Et ils restaient probablement comme ça tout au long de leur carrière", explique Tombazis.

"Maintenant, il y a un changement de réglementation [qui permet de changer le design des casques] et il y a toutes ces teintes étranges, en plus on ne voit pas le casque de toute façon à cause du Halo. Nous devons trouver un moyen pour que les gens puissent savoir si c'est [George] Russell ou [Lewis] Hamilton, mais aussi pour qu'ils puissent facilement distinguer les voitures."

Toutefois, comme pour les livrées, la FIA veut avancer sur le sujet sans avoir à forcer les choses via des règles. "Ce n'est pas quelque chose que nous voulons mettre dans un règlement pour qu'ensuite quelqu'un aille voir les commissaires parce que la couleur ne lui plaît pas", a ajouté Tombazis. "Nous ne voulons pas nous engager dans cette voie. Mais nous voulons en arriver à un point où les équipes considèrent qu'il est dans l'intérêt de tous que les voitures soient reconnaissables."

Avec Jonathan Noble

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Selon Mercedes, Hamilton a proposé de laisser l'aileron évolué à Russell
Article suivant Red Bull compte sur VCARB pour trouver des réponses sur ses faiblesses

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France