La faillite de Manor analysée en détail

Nous avons analysé la faillite de Manor en détail, à partir des documents publiés par l'administrateur FRP Advisory.

Les documents officiels publiés par FRP Advisory dévoilent tous les détails sur les problèmes rencontrés par Just Racing Services Ltd (JRS), la compagnie qui fournissait des services de recherche et développement ainsi que tout ce qui était lié à l'opération des monoplaces Manor après le rachat par Stephen Fitzpatrick début 2015.

Les administrateurs affirment que 50 parties ont émis un intérêt vis-à-vis de l'équipe, ce qui a encouragé le paiement des salaires de janvier à hauteur de £600'000 (un peu plus de 700'000€) pour tenter de gagner du temps afin de trouver une solution. En vain.

Par conséquent, quelque £3M (plus de 3,5M€) sont dus aux créanciers, notamment de nombreux petits fournisseurs, des TPE qui avaient déjà subi de plein fouet les faillites de Marussia et de Caterham.

Les contrats de l'équipe avec les principaux fournisseurs, tels que Mercedes et Williams, ainsi que le droit de courir en F1, demeurent détenus par la compagnie sœur Manor Grand Prix Racing Ltd (MGPR), qui n'est pas sous administration judiciaire.

La situation est d'autant plus compliquée que JRS et MGPR font partie d'une société holding, Just Racing Ltd. Les trois entités sont détenues à 100% par Stephen Fitzpatrick.

FRP confirme que Fitzpatrick a tenu des discussions pour la vente du groupe avant la fin de la saison, et que celles-ci ont atteint un "stade avancé". Cependant, le Grand Prix du Brésil, où Sauber s'est emparé de la dixième place du championnat des constructeurs aux dépens de Manor, s'est avéré critique.

"À la fin de la saison 2016, il était apparent que la réduction des primes à recevoir pendant la saison 2017 a grandement handicapé l'équipe dans sa recherche de nouveaux investisseurs", a fait savoir FRP Advisory. JRS a donc été placé sous administration judiciaire le 6 janvier, "tandis que les discussions avec un investisseur continuaient quotidiennement".

Cinquante parties intéressées

Les administrateurs ont tenu des discussions avec de nombreux sauveurs potentiels, après avoir établi des règles claires : "Les fonds nets requis pour l'équipe pour la saison 2017 étaient de £43M (environ 51M€) – ce qui exclut tout revenu qui puisse être obtenu via les budgets des pilotes et les sponsors. Les parties intéressées ont été informées de ce pré-requis."

"Des discussions ont été tenues avec environ 50 parties intéressées, mais aucune n'a pu fournir des preuves suffisantes quant à sa capacité à fournir les ressources nécessaires pour permettre à la compagnie de redevenir solvable. Les parties intéressées devaient démontrer la disponibilité immédiate de £5M (6M€) avec un business plan pour le financement de l'année 2017."

FRP n'a pas manqué de lancer une pique au monde du sport automobile : "Discuter avec les parties intéressées s'est avéré chronophage à cause de la nature de la F1 et des gens qui y sont impliqués. Un certain nombre de parties ont fait perdre beaucoup de temps à l'administrateur, n'étant pas capables de démontrer qu'elles avaient les ressources financières nécessaires pour tirer l'équipe vers le haut. Toutes les opportunités ont été offertes aux parties intéressées, mais aucune n'a pu fournir une solution crédible à l'insolvabilité de la compagnie."

FRP confirme que £600'000 ont été payés à JRS par MGPR pour couvrir les salaires de janvier et maintenir la possibilité de sauver l'équipe. Ce temps a également permis de poursuivre le développement de la monoplace 2017 "autant que possible", tout en essayant d'établir le plan de secours d'une "voiture 2016 modifiée pour respecter la réglementation".

Aucun investisseur n'ayant été trouvé, il n'y avait pas de budget pour les salaires de février, et 150 employés ont été licenciés le 31 janvier ; seuls quelques-uns ont été conservés pour contribuer au processus d'administration et pour maintenir la "mince possibilité" de trouver un investisseur.

La nature du trio de compagnies qui se cache derrière l'équipe est si complexe que FRP déclarait le mois dernier être "en train d'examiner si le châssis était la propriété de MGPR ou de la compagnie", ainsi que "si un transfert interne devrait être appliqué entre MGPR et JRS. Cela résulterait en une augmentation des créanciers sans garantie de £34M (40,6M€)".

Les administrateurs notent également que "la faillite de JRS pourrait avoir pour conséquence l'insolvabilité potentielle de MGPR et de Just Racing Ltd."

Les créanciers représentent un total de £10M (12M€), dont près de £7M (8,4M€) sont une dette envers la société holding Just Racing Ltd. Les £3M restants sont dus à des tiers, parmi lesquels :

Créancier

Somme due

(livres sterling)

Équivalent

(euros)

NTT Data Services £351'927 420'514€
HMRC (fisc britannique) £340'177 406'474€
Travel Places £270'001 322'622€
Mercedes-Benz Grand Prix Ltd £238'000 environ 284'000€ environ
Freeman's Hospitality £150'000 179'234€
DHL £108'930 130'160€
HSL £67'201 80'298€
Delta Preg £66'494 79'543€
Global Technologies Racing £51'776 61'867€

Il reste £1,62M (1,94M€) sur le compte en banque de la compagnie, dont les biens seront vendus aux enchères le mois prochain. Ceux-ci sont estimés à £2,47M (2,95M€).

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Manor Racing
Type d'article Analyse