Le "flapping" de Red Bull et la question des ailerons flexibles en F1

La guerre aérodynamique régnant sur le Championnat du monde de Formule 1 est aussi intense que les batailles sur la piste entre les pilotes. Il n'est donc pas surprenant que Red Bull repousse les limites sur ce front.

Le "flapping" de Red Bull et la question des ailerons flexibles en F1

C'est un sujet qui fait couler beaucoup d'encre en Formule 1 en ce moment. Lors du Grand Prix d'Espagne, Lewis Hamilton a suggéré que Red Bull utilisait un aileron arrière "flexible" pour augmenter sa vitesse en ligne droite. À la suite de ces commentaires, et sans doute car les équipes en ont fait la demande, la FIA a décidé de prendre des mesures. Si tous les éléments ont brillamment passé les tests statiques imposés, ils semblent se déformer de manière excessive lorsque les monoplaces sont en mouvement.

En conséquence, la FIA a invoqué l'article 3.9.9 du Règlement Technique pour lui permettre d'introduire "des tests de charge/déformation supplémentaires sur toute partie de la carrosserie qui semble (ou est soupçonnée de) bouger pendant que la voiture est en mouvement". Ainsi, de nouveaux tests seront mis en place à partir du 15 juin afin d'essayer d'enrayer cette pratique tout en donnant aux équipes le temps nécessaire pour concevoir des éléments conformes. Les écuries ont donc jusqu'au Grand Prix de France pour se mettre en conformité, même si une tolérance de 20% sera accordée jusqu'au 15 juillet pour faciliter la transition.

Les tests de charge et de déformation sur l'aileron arrière ont été introduits pour empêcher cet élément aérodynamique de devenir trop flexible. En effet, lorsque l'aileron est davantage incliné vers l'arrière en ligne droite, les monoplaces sont capables de gagner de précieux km/h, qui se convertissent en centièmes de seconde au chronomètre.

Rear wing dimensions and load tests
Rear wing load test

Il y a longtemps eu un bras de fer entre les équipes et la FIA à ce sujet. Les charges appliquées et le degré de déformation ont régulièrement été mis à jour pour éviter que les équipes ne trouvent un moyen de contourner les tests statiques. La réglementation actuelle se concentre sur la déformation uniforme de l'ensemble de l'aileron, les contrôles portant sur le déplacement vertical et horizontal. Cependant, les nouveaux tests de la FIA se concentreront sur la rotation de l'aileron autour du plan principal, avec un seul degré de tolérance autorisé lors de l'application des charges.

Lire aussi :

Cela devrait mettre fin aux ailerons capables de "tourner" autour du plan principal, une astuce que la FIA soupçonne d'être utilisée pour contourner la charge symétrique appliquée lors des tests de charge/déformation. C'est une caractéristique qui est notamment visible sur la caméra embarquée des Red Bull.

Dans les lignes droites du circuit de Barcelone, l'aileron arrière de la RB16B a été filmé en plein "flapping", un phénomène dû aux vibrations causées par le design des dérives. Cela expliquerait pourquoi l'aileron s'incline vers l'arrière lorsque la charge aérodynamique devient plus forte étant donné que l'aileron pivote autour de l'axe central et que ses côtés alternent dans un déplacement progressif vers l'arrière.

En Espagne, Red Bull a bouclé son programme du vendredi avec un aileron arrière chargé en appui. Mais l'écurie est revenue à un design moins agressif, utilisé depuis le début de la saison, dès la troisième séance d'essais libres et jusqu'à la fin du week-end catalan, afin d'être plus performant en ligne droite au détriment des virages.

Ce nouvel aileron à l'appui renforcé présentait une architecture semblable à l'élément utilisé par Red Bull depuis le début de la saison, la disposition des volets étant toutefois réarrangée. La hauteur et la géométrie du volet supérieur, le bord extérieur du Gurney flap et les découpes ont tous été modifiés. Le changement le plus frappant visuellement est la forme du bord d'attaque du plan principal, qui présente un creux au centre de l'aileron. Quant à l'aileron arrière à appui moyen, le plan principal a une légère courbure en forme de cuillère. Cela permet de compenser la traînée créée par l'interaction de la section extérieure de l'aileron avec la dérive.

Visiblement, l'aileron arrière de Red Bull a ravivé des tensions avec Mercedes puisque Lewis Hamilton a suggéré après les qualifications du Grand Prix d'Espagne que l'élément de l'écurie autrichienne était "flexible", avant d'en remettre une couche le lendemain : "Les Red Bull sont vraiment rapides, avec leur bel aileron", avait gloussé le septuple Champion du monde au micro de Sky Sports.

Ce n'est ni la première ni la dernière fois que les ailerons flexibles font l'objet d'un débat animé en Formule 1. Toujours pour le compte de Sky Sports, Jenson Button s'est souvenu de la course où BAR avait monté un aileron arrière flexible pour la première fois. "BAR-Honda a été la première [équipe] à le faire, en 2004", a-t-il déclaré. "Nous avions [un aileron arrière flexible]. Je me souviens l'avoir étrenné à Hockenheim [au Grand Prix d'Allemagne] et cela avait fait une grosse différence."

Bien qu'en réalité BAR n'était pas la première équipe à présenter un aileron flexible en catégorie reine, l'écurie était parvenue à trouver un moyen de rester dans les clous de la règlementation. Au cours de cette période, bon nombre d'équipes cherchaient à repousser les limites fixées par la FIA pour tenter de réduire la traînée. BAR avait essayé plusieurs solutions, notamment des arêtes montées sur le plan principal, associées à un bord d'attaque légèrement étiré vers les dérives. Une solution redevenue à la mode puisque les équipes ne sont plus autorisées à utiliser des persiennes aujourd'hui. 

Il sera intéressant de voir si les nouveaux tests de charge/déformation auront un impact sur la hiérarchie lorsque les Formule 1 emprunteront la ligne droite du Mistral, sur le circuit Paul Ricard. Toute équipe apportant des modifications à ses ailerons pour rester en conformité avec le règlement devra également faire face aux conséquences qu'un tel changement pourrait engendrer sur le budget plafonné.

Mais avant cela, d'autres intrigues pourraient voir le jour. Ainsi, certaines équipes pourraient porter réclamation contre leurs rivales si elles pensent qu'elles utilisent un aileron arrière ne respectant pas la réglementation, et ce avant même la mise en place des nouveaux tests de la FIA.

partages
commentaires
Grâce à Motorsport Tickets, retrouvez les circuits en toute sérénité
Article précédent

Grâce à Motorsport Tickets, retrouvez les circuits en toute sérénité

Article suivant

Carlos Reutemann dans un état stable

Carlos Reutemann dans un état stable
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021