Pourquoi Haas a refusé de laisser Magnussen abandonner

Haas F1 Team ne laisse rien au hasard dans la lutte pour la huitième place du championnat des constructeurs, en témoigne la persévérance imposée à Kevin Magnussen au Grand Prix de Turquie.

Pourquoi Haas a refusé de laisser Magnussen abandonner

Le Grand Prix de Turquie a particulièrement bien commencé pour Kevin Magnussen et Haas sur l'Istanbul Park, puisque le Danois a longtemps évolué à la dixième place avant de se faire doubler par la McLaren de Lando Norris. Il restait néanmoins solidement installé aux portes des points lorsque son deuxième arrêt s'est mal passé : il est reparti alors qu'une roue était peut-être mal fixée et a dû s'immobiliser à la sortie de la pitlane avant d'être ramené à son stand.

Lire aussi :

Après cette mésaventure, Magnussen s'est retrouvé 18e avec quasiment quatre minutes de retard sur le leader Lewis Hamilton et trois sur la dixième place occupée par Norris. Le pilote Haas a donc demandé à abandonner, notamment car ses rétroviseurs étaient sales, ce qui lui compliquait la vie pour obéir aux drapeaux bleus.

Magnussen s'est plaint à la radio que la situation était "dangereuse", s'agaçant auprès de son ingénieur de course Gary Gannon : "Tu m'écoutes ? Je n'y vois rien." Il a ensuite ajouté : "Mec, j'y vois que dalle…" Et quand Gannon lui a dit qu'il avait compris, Magnussen a rétorqué : "Il y a quelqu'un qui ne comprend pas."

L'écurie a effectivement insisté pour que son pilote reste en piste, ce qu'explique le directeur d'équipe Günther Steiner : "La difficulté, c'est qu'il ne voyait pas derrière lui à cause des rétroviseurs. Je crois qu'ils étaient sales et qu'avec toutes les projections d'eau on n'y voyait rien. Et être au milieu de la piste avec les drapeaux bleus est très difficile si on ne voit pas à l'arrière. Il ne voulait pas gêner la course de qui que ce soit ou faire quoi que ce soit qui soit considéré comme une faute."

Guenther Steiner, Team Principal, Haas F1 parle aux médias

"Il a commencé à le dire à environ 12 tours de l'arrivée. Et lors d'une course comme ça, il est toujours possible que ça vire à la pagaille devant avec un groupe de cinq ou six voitures. C'est une décision difficile car on a vraiment l'air stupide si l'on a retiré une voiture. Et il était rapide."

"Une fois que le groupe des leaders est passé, avec [Lance] Stroll [derrière lui] il maîtrisait bien la situation. Nous avons surveillé les chronos, nous lui avons dit qu'il avait au moins dix secondes d'avance sur les autres, et il a maintenu ces dix secondes. Nous avons donc décidé de le laisser en piste, et la voiture fonctionnait bien. Les chances d'avoir une opportunité étaient très faibles, mais on ne peut simplement pas abandonner."

"Nous avons compris qu'il était en difficulté, mais nous savions aussi que personne n'allait arriver derrière lui pendant un moment. Autant continuer. Bien sûr, pour lui, c'était frustrant. Mais nous avons parlé avec lui par la suite et nous lui avons expliqué la situation. Dans ces courses-là, il peut y avoir la pagaille dans un groupe de six voitures qui s'éliminent mutuellement, et soudain on est dans une position différente et on repart."

Magnussen a finalement été autorisé à abandonner dans le dernier tour – du moins celui du leader, car il lui en restait personnellement trois à parcourir. Haas voit son compteur rester désespérément bloqué à trois points, toujours avec cinq longueurs de retard sur Alfa Romeo, à trois courses du terme de la saison 2020.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Racing Point a désormais plus qu'une simple "Mercedes rose"

Article précédent

Racing Point a désormais plus qu'une simple "Mercedes rose"

Article suivant

Photos - Une BMW Sauber de 2009 mise en vente

Photos - Une BMW Sauber de 2009 mise en vente
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021