Analyse

Racing Point a désormais plus qu'une simple "Mercedes rose"

La "Mercedes rose" de Racing Point a énormément fait parler cette saison, mais les évolutions apportées par l'écurie éloignent désormais sa monoplace de la W10 de l'an passé.

Sergio Perez, Racing Point RP20

Racing Point a connu un week-end riche en émotions en Turquie, signant la pole position avant de décrocher la deuxième place en course. Cette année, les progrès de l'écurie ont été mis sur le compte de son choix d'avoir copié la Mercedes de la saison passée, mais ses récentes évolutions démontrent que l'équipe suit de plus en plus sa propre voie.

La RP20 dispose peut-être encore de l'avantage de partager des points communs avec la W10 pour certains de ses aspects essentiels, mais le choix d'utiliser des pièces conçues à Silverstone et d'apporter des évolutions "maison" a éloigné la monoplace de son surnom de véritable "Mercedes rose".

Pour l'illustrer, il n'y a pas meilleur exemple que l'aileron avant. On pourrait imaginer que cet élément soit scrupuleusement copié sur la Mercedes, puisque c'est le premier à être exposé au flux d'air. Mais sur la RP10, les détails sont différents. Le principal contraste se situe dans une zone sur laquelle l'écurie a passé beaucoup de temps de développement l'an dernier : la dérive latérale (illustration ci-dessous).

L'évolution de l'aileron avant de la Racing Point RP19 l'an passé.

L'évolution de l'aileron avant de la Racing Point RP19 l'an passé.

En 2019, le changement de réglementation a fait disparaître la majorité des éléments aérodynamiques sensés contrôler l'effet "outwash" provoqué par le sillage des pneus avant. Chaque écurie avait donc dû repenser son concept d'aileron avant afin de rechercher des solutions compensatoires.

Racing Point avait focalisé son attention sur la dérive latérale, en modifiant sa forme et sa longueur avec un effet cascade sur la formation du vortex. Ce choix a une incidence directe sur les structures environnantes du flux d'air.

En 2020, plutôt que simplement copier l'aileron avant de la Mercedes W10, Racing Point a cherché à l'améliorer. L'équipe a ajouté une longue ailette sur la dérive latérale (flèches rouges ci-dessous) afin de guider le flux d'air et d'ajuster le gradient de pression, qui a une incidence sur la formation, la forme et la direction du vortex.

L'aileron avant de la Racing Point RP20 en 2020.

L'aileron avant de la Racing Point RP20 en 2020.

Un développement accéléré

Le package évolutif des pontons, introduit par Racing Point au Mugello, a été son développement le plus important de la saison jusqu'à présent. Cette évolution a permis à l'équipe de sortir de l'ombre de Mercedes, puisqu'elle a écarté la conception plus profilée privilégiée par Mercedes, et l'a remplacée par une solution plus abrupte (le comparatif ci-dessous permet de s'en rendre compte).

Le ponton ressemble davantage à ceux que l'on voyait à l'époque des échappement soufflés. Avec une inclinaison plus marquée, il s'achève désormais à proximité du radiateur et de l'échangeur, exposant ainsi davantage le fond plat qu'auparavant.

Racing Point RP20 old sidepods detail
Racing Point RP20 new sidepods detail

Un développement à si grande échelle demande du temps pour être conçu, construit puis maîtrisé. Racing Point n'a pas eu la tâche facile sur ce point, d'autant que les nouvelles pièces ont été endommagées lors de l'accident de Lance Stroll au Mugello.

En raison de l'ampleur de ces nouveautés, l'équipe avait opté pour une introduction échelonnée en les installant d'abord sur la monoplace de Stroll au Grand Prix de Toscane, puis sur celle de Sergio Pérez en Russie. Mais le premier set ayant été endommagé et s'avérant impossible à réparer, Racing Point a dû patienter jusqu'au Grand Prix de l'Eifel, au Nürburgring, pour voir ses deux voitures rouler ensemble avec cette nouvelle configuration.

Maintenant qu'elle dispose d'expérience et de recul sur ce développement, il ne fait aucun doute que l'écurie a commencé à comprendre son nouveau package et qu'elle va continuer à débloquer de la performance. Une performance qu'elle peut également trouver en procédant à des ajustements du côté de l'unité de puissance.

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Quand la saleté des F1 révèle leurs secrets aérodynamiques
Article suivant Pourquoi Haas a refusé de laisser Magnussen abandonner

Meilleurs commentaires

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France