Histoire - La troisième monoplace, un outil multifonctions (1/2)

Depuis quelques mois, la possibilité de devoir faire appel à des équipes survivantes pour aligner une troisième monoplace et pallier à la défection de teams plus modestes, tels que Caterham et Marussia, existe réellement

Histoire - La troisième monoplace, un outil multifonctions (1/2)

Depuis quelques mois, la possibilité de devoir faire appel à des équipes survivantes pour aligner une troisième monoplace et pallier à la défection de teams plus modestes, tels que Caterham et Marussia, existe réellement. Si ce cas de figure est inédit dans la Formule 1 contemporaine, il l'était déjà moins jusqu'aux années 70 et 80.

--

En effet, le modèle de deux pilotes par équipe s'est principalement imposé dans les années 80, au moment de la montée en puissance de Bernie Ecclestone. Celui-ci cherchait à offrir le meilleur produit télévisuel possible, d'où le besoin de ne pas perdre des téléspectateurs en cours de route. Il s'agissait donc de pousser les équipes à aligner les mêmes pilotes toute la saison (sauf en cas de force majeure) et de limiter le nombre de monoplaces afin que les grilles ne soient pas surpeuplées. résidait également un intérêt commercial et logistique, Ecclestone s'étant alors posé en défenseur des intérêts des équipes, incapables de négocier face aux promoteurs de circuits, tout en se bâtissant une fortune immense sur l'incompréhension des teams des questions financières.

Le dernier cas d'une troisième monoplace en course remonte à 1985, avec la Renault de François Hesnault au Grand Prix d'Allemagne. A l'image du one shot de Philippe Streiff au Portugal en 1984, la présence de cette Renault supplémentaire avait pour seul but d'éprouver la caméra embarquée qui n'était pas encore généralisée à l'époque. Depuis, les équipes se sont alignées sur le modèle que l'on connaît aujourd'hui, à une ou deux exceptions près : Eurobrun, en 1989, ou Osella, en 1990, n'alignaient ainsi qu'une seule voiture.

CDD renouvelable

Plus tôt dans l'Histoire, les équipes alignaient une troisième monoplace davantage pour évaluer le talent d'un jeune espoir que pour influer dans le déroulement du championnat.

Un des exemples les plus connus reste celui de Gilles Villeneuve. Soufflé par ce jeune Québécois qui l'avait devancé à la régulière durant une course de Formule Atlantic, James Hunt le recommanda chaudement à son équipe qui se laissa convaincre à Silverstone en 1977. Le Canadien impressionna son monde en se qualifiant neuvième (devant le second pilote Jochen Mass) et en signant le cinquième meilleur tour en course. Ferrari en prit bonne note...

Mario Andretti se fit aussi remarquer en tant que troisième larron : il signa la pole dès ses débuts en 1968 aux USA, au grand dam de Graham Hill, futur Champion du Monde cette année-là. L'Italo-Américain privilégiait cependant sa carrière américaine à son européenne, ce qui explique pourquoi ses participations restèrent sporadiques dans un premier temps.

partages
commentaires
Button - "Rien ne m'effraie" pour travailler avec Alonso
Article précédent

Button - "Rien ne m'effraie" pour travailler avec Alonso

Article suivant

Histoire - La troisième monoplace, un outil multifonctions (2/2)

Histoire - La troisième monoplace, un outil multifonctions (2/2)
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021