À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie
Charger le lecteur audio

Les séances d'essais libres sont très différentes en 2021, altérées par la suppression d'une demi-heure de roulage chacune le vendredi. Elles permettent tout de même de voir une première tendance émerger à la lecture des données, car même si elles sont plus animées, les équipes disposent toujours du même nombre de trains de pneus qu'auparavant et n'attendent plus que les conditions de piste s'améliorent pour se mettre au travail. Néanmoins à Imola, on s'y perd un peu.

Comme on l'avait déjà vu à Bahreïn, l'incidence du nouveau format se fait surtout sur les longs relais, puisqu'il y a moins de temps à y consacrer et le moindre élément perturbateur peut poser problème. Ce week-end, il y a aussi les températures fraîches qui complexifient la chose puisque les pilotes doivent faire fonctionner leurs pneus et les gérer pour éviter le graining en fin de relais. Si l'on ajoute le caractère old-school du tracé, où les erreurs sont vite sanctionnées, rien n'est simple ! Charles Leclerc est de ceux qui en ont fait les frais, avec un accident survenu à Rivazza en fin de deuxième séance.

 

Malgré cette déconvenue, la situation est loin d'être catastrophique pour Ferrari. Mercedes peut en dire autant, avec un Valtteri Bottas qui a signé le meilleur temps des deux séances. Concernant le rythme sur un tour, la hiérarchie des dix écuries se présente comme ci-dessous, où figure le chrono du pilote le plus rapide pour chaque team.

La hiérarchie des écuries en EL2

1 V. Bottas Mercedes 1'15"551 -
2 P. Gasly AlphaTauri 1'15"629 +0"078
3 C. Sainz Ferrari 1'15"834 +0"283
4 S. Perez Red Bull 1'16"411 +0"860
5 L. Norris McLaren 1'16"485 +0"934
6 A. Giovinazzi Alfa Romeo 1'16"513 +0"962
7 L. Stroll Aston Martin 1'16"737 +1"186
8 E. Ocon Alpine 1'16"817 +1"266
9 N. Latifi Williams 1'16"823 +1"272
10 M. Schumacher Haas 1'17"350 +1"799

Clairement, Mercedes apparaît en bien meilleure posture qu'à Bahreïn au même stade du week-end. Il faut dire que le circuit de Sakhir était peut-être le pire pour ce qui est de l'instabilité du train arrière puisqu'il propose un tracé compliqué associé à un asphalte très abrasif. Vendredi à Imola, les deux pilotes Mercedes ont dit se sentir bien plus à l'aise au volant de la W12, satisfaits de son comportement général. L'équilibre de la monoplace semble s'être amélioré. 

Les progrès de Mercedes reposent certainement sur plusieurs facteurs : le travail des ingénieurs depuis Bahreïn, les évolutions apportées à l'auto et la piste plus adhérente d'Imola. Néanmoins, Valtteri Bottas assure que si l'amélioration est nette, Mercedes n'a "toujours pas la meilleure voiture". On remarque que, curieusement, aucun des deux pilotes de l'équipe allemande n'est parvenu à améliorer considérablement son chrono au moment de chausser les pneus tendres en EL2. La référence de Bottas demeure d'ailleurs celle signée avec des gommes mediums.

 

On peut cependant se demander si Mercedes n'a pas fait des tests avec ses modes moteur, faussant alors le comparatif entre les temps réalisés avec les mediums et les tendres. En réalité, ce qui inquiète vraisemblablement l'écurie de Brackley, c'est le fait que Red Bull n'a pas pu montrer son véritable potentiel en raison de différents problèmes rencontrés vendredi.

Les chronos moyens en pneus mediums

1 AlphaTauri 1'19"126 4 tours
2 Ferrari 1'19"232 8 tours
3 Mercedes 1'19"613 6 tours
4 Red Bull 1'19"853 10 tours
5 Alfa Romeo 1'20"332 8 tours
6 Alpine 1'20"489 13 tours
7 Aston Martin 1'20"510 12 tours
8 McLaren 1'21"028 4 tours
9 Haas 1'21"364 6 tours

Sergio Pérez est le seul point de comparaison offert à Mercedes, puisque Max Verstappen a souffert d'un pépin technique dès le début des EL2 et n'a pas pu faire de long relais en mediums. Le Mexicain, lui, poursuit son adaptation à la RB16B et il est légitime de penser que son coéquipier aurait affiché un rythme supérieur. Impossible donc de savoir avec certitude où se serait positionné Red Bull par rapport à Mercedes.

Il faut également tenir compte des perturbations qui ont affecté la première séance, puisqu'une panne de fibre optique a entraîné l'absence de nombreuses données ainsi que de certaines communications radio. Chez Mercedes, on a même perdu toute liaison avec Brackley.

 

Pour en revenir aux chronos, la bagarre derrière les deux favoris semble avoir de nouveau évolué. On peut s'attendre à ce que Red Bull et Mercedes tentent de passer en Q3 avec les pneus mediums, puisqu'il y a un écart d'environ 0"5 au tour avec les gommes tendres. Et si l'on se réfère à 2020, la meilleure stratégie à Imola est de faire un seul arrêt avec un relais en mediums puis un autre en durs, compte tenu de la longueur de la voie des stands.

Du coup, il sera intéressant de voir si d'autres équipes font ce pari en qualifications. AlphaTauri l'avait fait avec succès à Bahreïn avec Pierre Gasly. Justement, l'écurie italienne est clairement à surveiller de près ce week-end, tout comme la Scuderia Ferrari.

 

Ces deux équipes émergent en tête du milieu de grille, même s'il faut là aussi se méfier des modes moteur utilisés. Par exemple, dans son meilleur tour ensuite annulé pour avoir dépassé les limites de piste, Charles Leclerc gagnait trois dixièmes sur Lewis Hamilton en ligne droite, laissant penser que Ferrari utilisait la puissance maximale. On peut faire le même constat avec Pierre Gasly, qui gagnait 0"5 sur la Mercedes avec les mêmes gommes. La charge en carburant peut également avoir eu une incidence.

On le comprend, il y a sans doute un peu plus d'incertitude que d'habitude après ces essais libres. On constate également que McLaren était plus en difficulté qu'à Bahreïn, et l'on retrouve là une réalité que l'on avait déjà observée à Imola en 2020 pour l'écurie de Woking.

Les chronos moyens en pneus tendres

1 Ferrari 1'19"309 6 tours
2 AlphaTauri 1'20"197 10 tours
3 Williams 1'20"677 12 tours
4 McLaren 1'20"712 8 tours
5 Alpine 1'21"014 12 tours
6 Alfa Romeo 1'21"164 10 tours

Chez Alfa Romeo, Kimi Räikkönen avait le sentiment de ne pas avoir pu signer un véritable tour rapide en simulation de qualifications, mais l'écurie est encouragée par le rythme sur un tour d'Antonio Giovinazzi et par celui tenu sur les longs relais en pneus mediums.

Une nouvelle fois, il est difficile de savoir où placer Alpine dans cette hiérarchie, même si Fernando Alonso s'est montré satisfait par les nouveautés testées sur l'A521. Il y a aussi beaucoup de mystère autour d'Aston Martin, dont les performances sont toutefois clairement en retrait par rapport à l'an dernier, aussi bien sur les longs que sur les courts relais. Sebastian Vettel a évoqué des signes "encourageants" avec les nouveaux éléments aéro testés sur la monoplace et espère pouvoir être "plus compétitif qu'à Bahreïn".

La situation de Williams semble quant à elle prometteuse, avec une écurie apparaissant en mesure de se mêler davantage au milieu de grille et un Nicholas Latifi qui a impressionné. En revanche, Haas F1 reste dernier de la classe avec une auto qui, en plus d'être peu performante, est toujours aussi complexe à dompter. Ce n'est pas Nikita Mazepin qui dira le contraire...

 

partages
commentaires
Hamilton : La rivalité avec Vettel, "ma préférée"
Article précédent

Hamilton : La rivalité avec Vettel, "ma préférée"

Article suivant

GP d'Émilie-Romagne F1 - Programme TV et guide d'avant-course

GP d'Émilie-Romagne F1 - Programme TV et guide d'avant-course