Räikkönen "sûr" d'être moins rapide qu'en 2001

Kimi Räikkönen fait un constat étonnant : lui-même est convaincu d'être moins rapide qu'il ne l'était dans sa jeunesse.

Räikkönen "sûr" d'être moins rapide qu'en 2001
Charger le lecteur audio

De 21 à 42 ans, Kimi Räikkönen a passé près de la moitié de sa vie en Formule 1, pour un record de 19 saisons et de bientôt 350 départs en Grand Prix, ponctués de 18 pole positions et 103 podiums dont 21 victoires.

Passé par Sauber, McLaren, Ferrari et Lotus, Iceman a forcément changé au fil des années. L'on a tendance à considérer la période 2003-2007 comme la plus faste de sa carrière, lui qui a alors joué le titre à trois reprises avec des monoplaces qui n'étaient pas toujours dominatrices ; il a signé lors de ces cinq années pas moins de 15 victoires et 14 pole positions. En revanche, son deuxième passage chez Ferrari l'a vu évoluer dans l'ombre de ses coéquipiers Fernando Alonso et Sebastian Vettel de 2014 à 2018.

Plus de vingt ans après ses débuts chez Sauber, alors qu'il court désormais au sein de la même structure de Hinwil rebaptisée Alfa Romeo, Räikkönen reconnaît dans le podcast Beyond The Grid être rattrapé par son âge : "J'étais bien plus jeune. Vingt ans, ça fait une différence, c'est sûr que je ne suis pas aussi rapide que je ne l'étais quand j'avais 20 ans. Je ne le ressens pas, mais je suis sûr que certaines choses se produisent, il est impossible que rien ne se produise."

En 2001, c'est avec une expérience quasi nulle que le jeune Finlandais avait débarqué en Formule 1, puisqu'il n'avait participé qu'à 23 courses en monoplace – principalement en Formule Renault – avant ses grands débuts… à tel point qu'il n'avait obtenu qu'une Super Licence provisoire, le temps de faire ses preuves.

"Je ne sais pas comment j'aurais pu être plus prêt, ou pas assez prêt", estime pourtant Räikkönen. "Il y avait des essais à l'époque, mes premiers essais ont duré trois jours, puis il y a eu une ou deux journées, et ensuite les essais hivernaux. On faisait beaucoup plus d'essais. C'était bien sûr légèrement différent d'aujourd'hui. De nos jours, ce sont trois jours, ça ne fait pas beaucoup de roulage. Au moins j'ai pu piloter la voiture beaucoup pendant de nombreuses journées. Quand il y a quelque chose que l'on n'a jamais fait, on n'a pas l'expérience, mais c'est pareil pour tout le monde. On prend l'expérience quand on commence à courir dans cette catégorie."

Kimi Raikkonen, Sauber Petronas

Kimi Raikkonen en essais avec Sauber en décembre 2000

C'est lors d'un test au Mugello que Räikkönen a convaincu Peter Sauber de lui faire confiance quand Red Bull, sponsor de l'écurie, lui préférait Enrique Bernoldi. Ces premiers tours de roue en Formule 1 n'ont toutefois pas été des plus simples en faisant le saut depuis la Formule Renault.

"Le plus dur n'était pas la vitesse, car je ne crois pas que ça paraisse rapide au début", analyse l'intéressé. "Au début, ça paraît rapide en sortie de virage, mais on s'y habitue relativement vite. La manière dont les choses se produisent était dure le premier jour, car tout nous saute très vite dessus, les choses arrivent un peu trop vite. Le freinage était différent physiquement, c'était bien plus dur. Nous n'avions pas de direction assistée, alors c'était quasi impossible dans les doubles droites."

De cette carrière marquante, Räikkönen retiendra évidemment le titre mondial qu'il a remporté en 2007, mais lorsqu'il lui est demandé si accomplir cet objectif a changé sa vie, le nordique est sceptique : "Je ne pense pas que ça ait changé ma vie, ça a probablement plutôt changé la manière dont les gens me regardent. Ça n'a pas vraiment de sens, mais c'est ce qui se passe, car ils s'intéressent davantage à ce que l'on accomplit qu'au reste. Les gens me reconnaissent plus souvent, et j'ai dû faire plus de choses pendant un moment. Mais je ne peux pas dire que ça ait vraiment changé ma vie privée."

Lire aussi :

partages
commentaires
En réponse aux inquiétudes, Yas Marina modifie ses vibreurs "agressifs"
Article précédent

En réponse aux inquiétudes, Yas Marina modifie ses vibreurs "agressifs"

Article suivant

EL3 - Hamilton encore plus rapide avant les qualifications

EL3 - Hamilton encore plus rapide avant les qualifications
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021