Les plus belles courses de Mark Webber : Chine 2011

En 2011, Bridgestone laissa sa place à Pirelli en tant que fournisseur unique de pneumatiques

En 2011, Bridgestone laissa sa place à Pirelli en tant que fournisseur unique de pneumatiques. Les gommes italiennes offriront des mélanges particulièrement tendres qui n'auront jamais convenu à Mark Webber, ce qui expliqua en partie l'écart plus important entre lui et son équipier, qui dominera les saisons 2011 et 2013 sans partage.

Cependant, c'est en 2011 qu'il livra l'une de ses plus belles courses. Lors de la troisième course de la saison en Chine, une édition particulièrement fertile en dépassements. Mark Webber manqua de peu de voler la vedette au vainqueur du jour, Lewis Hamilton, et pour cause : il remonta de la dix-huitième à la troisième place, sans KERS !

La Red Bull de 2011 était incontestablement la meilleure voiture, plus encore qu'en 2010. Cependant, les rares soucis techniques qui toucheront la monoplace concerneront le KERS. Déjà en Malaisie, les deux pilotes ont dû s'en dispenser pour éviter la panne. Or en qualifications à Shanghai, Webber en fut à nouveau privé. De plus, l'équipe fit le pari de lui faire chausser les pneus les plus durs pour le dernier relais. Or, à l'image de Romain Grosjean en Inde en 2013, cela n'a pas payé, et il fut éliminé dès la Q1.

Il lui fallait donc tailler sa route en course, et toujours sans ce système de récupération d'énergie. Au moins, il économisa des trains de pneus, ce qui allait beaucoup lui servir. Parti prudemment, l'Australien remonta progressivement en début de course, avant d'être l'un des premiers à s'arrêter pour changer de pneus. Profitant de pneus tendres neufs, Webber put adopter un rythme digne des meilleurs malgré l'absence de KERS pour se débarrasser des Sauber, Lotus Renault et autre Force India.

Une fois son troisième et dernier changement de pneus effectué, il se retrouva septième, et toujours avec des gommes fraîches. Il put ainsi facilement se débarrasser des Ferrari de Fernando Alonso et Felipe Massa qui étaient partis sur une stratégie à deux arrêts. Pas rassasié, Nico Rosberg fut sa prochaine victime, après que l'Allemand – longtemps en tête – ait dû baisser de rythme pour économiser de l'essence. Enfin, Jenson Button céda la dernière marche du podium à Webber à deux tours du but. Nul doute qu'avec quelques boucles en plus, Vettel se serait rajouté à la liste des victimes de Webber.

Ce fut l'une des rares fois en 2011 où Webber vola la vedette à son équipier, pour ce qui restera l'une de ses plus remarquables courses.

"En voyant P17 sur son panneau après quinze tours, on pense que l’on y arrivera pas, mais tout à coup je me suis senti à l’aise avec la voiture. J’ai eu quelques trains de pneus de côté après les qualifications, donc cela m’a aidé et peut-être qu’il fallait procéder ainsi ! Manquer la qualification et partir de là ! Blague à part, je pense que les gars ont fait un travail incroyable. Ce pilotage aujourd’hui était pour eux et tous ceux qui sont à l’usine".

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Mark Webber , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Nico Rosberg , Romain Grosjean
Équipes Sauber , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités