Magnussen et le syndrome du rookie

partages
commentaires
Magnussen et le syndrome du rookie
30 mai 2014 à 13:00

Après des débuts remplis d’espoir à Melbourne, que l’équipe a quitté en tête du Championnat du Monde, McLaren s’en est retourné dans l’ombre du milieu de grille

Après des débuts remplis d’espoir à Melbourne, que l’équipe a quitté en tête du Championnat du Monde, McLaren s’en est retourné dans l’ombre du milieu de grille. La difficile saison 2013 a laissé des traces, et la réorganisation autour d’Eric Boullier ainsi que le retour de Ron Dennis ne peuvent pas faire de miracles en quelques semaines.

Vraisemblablement bien née, la MP4-29 est une monoplace qui nécessite un gros travail de développement et de compréhension de la part de ses pilotes. Pour y parvenir, l’équipe de Woking possède un atout majeur avec le pilote le plus expérimenté du plateau. Mais Jenson Button fait équipe avec un Kevin Magnussen qui découvre encore la Formule 1. Néanmoins, Boullier pense que cette combinaison n’est pas un désavantage dans cette situation.

« Je ne pense pas que ce soit plus compliqué d’avoir un pilote débutant plutôt que deux pilotes expérimentés », a confié le Français. « Quand on a quelqu’un de plus expérimenté comme Jenson [Button], on obtient plus de détails, et cela permet de creuser davantage les problèmes pour trouver les solutions. Mais maintenant les jeunes, particulièrement ceux comme Kevin, peuvent faire la plupart du travail et offrent un retour suffisant pour au moins apporter des réponses à certaines questions de l’ingénierie. »

Sur ce plan, Boullier estime que le cap à franchir pour un débutant en Formule 1 est rendu difficile par le fait d’être issu de formules monotypes, où toutes les monoplaces sont identiques.

« Kevin fait face au syndrome du rookie : ils viennent tous d’une série monotype. Là où ils sont le plus en difficulté, c’est dans la compréhension de la voiture qu’ils doivent développer pour obtenir certains résultats. Si vous n’avez pas la meilleure voiture, vous ne pouvez pas vous battre pour la victoire. »

Après un passage à vide de trois courses, McLaren a retrouvé le Top 10 avec ses deux voitures à Monaco, et la progression du jeune pilote danois satisfait pour le moment ses patrons.

« Pour le reste tout va bien. Il s’intègre vraiment bien, il est très régulier et son feedback est suffisant pour mener l’équipe d’ingénieurs autour de lui et rendre la voiture plus rapide. Il fait les choses très bien pour un débutant. »

Prochain article Formule 1
Mercedes - Rosberg/Hamilton, ce n'est pas Prost/Senna

Article précédent

Mercedes - Rosberg/Hamilton, ce n'est pas Prost/Senna

Article suivant

Les passages à vide des top teams (1/2)

Les passages à vide des top teams (1/2)

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button Boutique , Kevin Magnussen
Équipes McLaren
Type d'article Actualités