Mercedes refuse de croire que le marsouinage a disparu

Même si le Grand Prix d'Espagne a été plutôt considéré comme une réussite pour Mercedes en matière de correction des problèmes de la W13, l'équipe ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs en se croyant définitivement à l'abri.

Barcelone ayant été le théâtre des trois premières journées d'essais hivernaux, et étant par ailleurs considéré depuis des années comme un juge de paix sur le plan technique, Mercedes y arrivait avec beaucoup d'attentes. Beaucoup d'attentes et un package d'évolutions pour tenter d'enfin surmonter une partie de ses problèmes, notamment de marsouinage.

Et tout au long du Grand Prix d'Espagne, l'écurie allemande a semblé moins en difficulté, notamment lors des qualifications et de la course, offrant ainsi à ses pilotes, George Russell et Lewis Hamilton, une F1 plus prévisible, avec laquelle ils ont pu progressivement emmagasiner de la confiance. Les deux hommes ont notamment pointé du doigt un marsouinage quasiment inexistant en ligne droite, même s'ils ont également souligné qu'il n'avait pas été définitivement éradiqué, quoi que plus facile à gérer.

Dans sa traditionnelle vidéo de débriefing après la course, Mercedes, par la voie de son stratège en chef James Vowles, a appelé à la prudence sur le sujet : certes du mieux a été noté à Barcelone, mais rien ne garantit pour l'instant que la situation ne va pas à nouveau empirer sur d'autres pistes aux caractéristiques différentes, au moins tant que la compréhension du comportement de la W13 évoluée ne sera pas plus avancée.

"La voiture s'est bien comportée lors d'une course sur six", a déclaré Vowles. "C'était réellement une vraie voiture de course pour une fois. Nous pouvions la régler, la peaufiner, jouer avec les paramètres et elle répondait de façon prévisible, ce qui n'était pas le cas de la voiture que nous avions lors des cinq premières courses de la saison."

"Cependant, nous devons tempérer nos attentes. Il s'agit d'un seul circuit et d'un circuit qui convient depuis de nombreuses années à nos voitures. Il y a beaucoup de choses à comprendre et à apprendre de notre côté. Je pense qu'il serait faux de dire que le problème du marsouinage a disparu. Je crois que vous le voyez toujours chez nos concurrents et je suis sûr qu'il y aura des éléments de celui-ci qui reviendront à mesure que nous bâtirons notre compréhension, et sur les bases que nous avons établies à Barcelone."

"Ce que je peux dire, c'est que nous avons franchi une étape importante, une étape dans notre compréhension et dans le déploiement de ce que nous avons apporté sur la piste. Nous pouvons construire là-dessus, et on ne pouvait pas en dire autant des cinq premières courses avec la voiture que nous avons."

Lire aussi :
partages
commentaires

Sainz évoque des difficultés "privées et confidentielles"

Rien ne garantit un bon résultat pour McLaren à Monaco

S'abonner