Pirelli utilise un nouvel outil dans l'espoir de pimenter les GP

partages
commentaires
Pirelli utilise un nouvel outil dans l'espoir de pimenter les GP
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
19 mars 2018 à 13:58

Pirelli a développé un nouveau logiciel pour choisir les composés pneumatiques à sélectionner pour chaque Grand Prix, dans le but de tendre davantage vers des courses à deux arrêts et donner aux écuries davantage de possibilités stratégiques.

La ligne droite et les panneaux Melbourne
Kimi Raikkonen, Ferrari SF-71H
Un technicien Pirelli
Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli, lors de la conférence de presse
Pierre Gasly, Scuderia Toro Rosso STR13
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18
Arrêt au stand de Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Un pneu Pirelli de Red Bull Racing
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09
Un technicien Pirelli
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Des pistolets pneumatiques
Esteban Ocon, Force India VJM11

Le manufacturier unique de la Formule 1 a recours à des simulations pour définir la meilleure combinaison possible des trois types de gommes à utiliser pour chaque Grand Prix. Le tout en visant certains objectifs, quitte à sélectionner des composés qui ne sont pas "consécutifs" dans la gamme complète des enveloppes, par exemple en choisissant le medium, le tendre et l'ultratendre sans avoir recours au supertendre.

Son nouveau logiciel, Pirelli va le mettre à jour grâce aux nombreuses données récoltées lors des essais hivernaux à Barcelone, puis après chaque week-end de Grand Prix, afin d'affiner son degré de précision.

"Nous avons désormais un très bon outil, un logiciel que nous avons créé cet hiver, afin de faire toutes les combinaisons avec les trois composés différents", explique Mario Isola, directeur du programme F1 de Pirelli. "Le logiciel nous renvoie le nombre de stratégies dans un certain intervalle de durée de la course." 

"Nous sélectionnons toujours les trois composés qui génèrent le plus grand nombre de stratégies. L'objectif habituel est bien sûr de deux arrêts, mais ce n'est pas tout, nous prenons la combinaison qui, sur le papier, nous donne le plus grand nombre de stratégies différentes afin d'essayer d'avoir plus d'action en piste. Le logiciel est un outil qui fait rapidement beaucoup de comparaisons, mais il faut entrer les bonnes données. Si nous collectons de bonnes données [en piste], nous pouvons mettre le logiciel à jour afin d'avoir de nouvelles simulations et de faire la sélection."

"Nous avions un système différent. Par le passé, nous avons eu un logiciel, mais désormais nous en avons un nouveau qui prend en compte davantage d'informations. J'ai le sentiment que nous avons de meilleurs résultats, plus représentatifs. C'est quelque chose de plus costaud, de plus solide."

Très clairement, c'est l'écart de performance entre les différents composés qui permettra à Pirelli de décider s'il est nécessaire ou non, lors d'un Grand Prix, de passer outre l'habitude d'une sélection de trois type de gommes "consécutifs". Si les écarts sont trop resserrés, la firme de Milan y réfléchira très sérieusement.

Après les huit journées d'essais à Barcelone, Pirelli estime que...
Le  est 8 dixièmes plus rapide que le 
Le  est 4 dixièmes plus rapide que le 
Le  est 6 dixièmes plus rapide que le 
Le  est 7 à 8 dixièmes plus rapide que le 

"Par exemple, si nous découvrons que le tendre, le supertendre et l'ultratendre sont trop proches, nous pouvons sélectionner, comme nous l'avons fait pour la Chine, le medium, le tendre et l'ultratendre", détaille Mario Isola. "Il est important pour nous de collecter les écarts de temps au tour entre les composés afin de faire la sélection." 

"Si nous confirmons les chiffres que nous avons vus à Abu Dhabi [lors des tests pneumatiques de novembre 2017], nous avions 0"6 entre le tendre et le supertendre, et il était de 0"4 entre le supertendre et l'ultratendre. En fonction de ça, nous pouvons ajuster la sélection et essayer de choisir la meilleure combinaison."

À ce jour, Pirelli a annoncé l'allocation pneumatique pour six des sept premiers Grands Prix de la saison.

Propos recueillis par Adam Cooper

Prochain article Formule 1
Débat F1 2018 - Alonso, Champion du monde… WEC ?

Article précédent

Débat F1 2018 - Alonso, Champion du monde… WEC ?

Article suivant

McLaren : Alonso est un pilote "différent" en 2018

McLaren : Alonso est un pilote "différent" en 2018

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités