Pirelli : Des pressions trop basses mais pas d'écurie en tort

Pirelli affirme que Red Bull et Aston Martin roulaient sous les pressions minimales à Bakou, mais rappelle également qu'aucune des deux écuries n'a enfreint le règlement.

Pirelli : Des pressions trop basses mais pas d'écurie en tort

Plutôt lisse dans son communiqué de presse en milieu de semaine pour seulement soupçonner les "conditions de roulage" des pneus afin d'expliquer les défaillances rencontrées à Bakou, Pirelli s'est montré plus ferme sur la question jeudi soir au Castellet, dans le cadre d'une conférence presse exceptionnelle. Son directeur de la compétition, Mario Isola, a assuré que Red Bull Racing et Aston Martin Racing utilisaient des pressions trop basses avant les accidents subis par Max Verstappen et Lance Stroll à Bakou.

Lire aussi :

Comme depuis la révélation des causes, Pirelli convient que les deux équipes avaient respecté les pressions minimales mesurées avant le départ, mais dit que celles-ci ont ensuite évolué une fois en piste. En roulant avec une pression moins élevée et avec des pneus en fin de relais, l'enveloppe arrière gauche n'aurait pas supporté les contraintes exercées.

"Ce qui s'est passé à Bakou est simplement que les conditions de roulage attendues étaient différentes des conditions de roulage réelles, et c'est ce qui a créé une défaillance", assure Mario Isola. "Quand il y a beaucoup d'énergie qui va dans ces pneus, avec une pression plus basse que prévue, cela provoque ce que l'on appelle des ondes sur les flancs. Les ondes placent énormément d'énergie à l'intérieur de l'épaule du pneu. Et à un moment donné, le pneu lâche. C'est ce qui s'est passé, et c'est pour cela que nous avons connu cette situation à Bakou."

Les limites des simulations

Passée cette constatation, Mario Isola admet néanmoins que le problème n'était pas intégralement lié aux pressions de pneus trop basses des deux écuries. Pirelli pointe comme autre facteur ses propres prévisions de performance qui, basées sur les données fournies en amont par les écuries, n'étaient finalement pas alignées avec la réalité de la piste.

"Lorsque nous préparons les prescriptions [pour la pression minimale], nous recevons les simulations et nous prenons des marges en compte", détaille l'Italien. "Les charges attendues, l'appui aérodynamique ou la vitesse sont simulés, donc ce n'est pas exactement la valeur que nous retrouvons en piste. Dans ce cas de figure, à Bakou, nous avons aussi trouvé des paramètres qui n'étaient pas exactement ceux découverts en piste."

"Nous supposons qu'ils roulent à une certaine pression et avec un certain carrossage. Et avec une marge, bien sûr, nous roulons dans des conditions qui sont correctes pour les pneus. Dans ce cas, nous n'avons pas atteint ces conditions, pas parce que les équipes allaient à l'encontre du règlement, mais parce qu'elles recherchaient la performance, comme toujours, et ça a créé un scénario différent de ce que nous attendions. Et ce scénario différent était principalement que les pneus étaient à une pression plus basse que celle attendue."

Si Mario Isola insiste sur le fait que les équipes n'ont pas enfreint la réglementation, c'est parce qu'aucun texte n'évoque de pression minimale en piste. Un point qui changera toutefois à partir de l'année prochaine avec l'apparition de capteurs de pression et de température qui seront imposés par la FIA.

"Si le règlement ne dit pas qu'il y a une pression minimale de roulage à respecter, je ne peux pas dire qu'ils enfreignent le règlement dans leur quête de performance", admet Mario Isola. "S'ils respectent la pression de départ, ils sont dans le cadre réglementaire. Si la même chose se produit l'année prochaine lorsque nous imposerons une pression de roulage avec le capteur, alors ce sera une infraction. Mais ce n'est pas le cas cette année."

Pour Pirelli, la manière dont les écuries repoussent au maximum les limites n'a en fait rien d'une surprise. "Chaque équipe cherche de la performance", rappelle Mario Isola. "Ils sont ici pour courir, pas pour se promener en piste. Ils cherchent donc de la performance, et nous savons qu'avec une pression plus basse, il y a plus de performance."

"Nous vérifions à chaque fois les paramètres de roulage lorsque nous recevons les données de la télémétrie en course", conclut-il. "Nous vérifions tout dans toutes les équipes, naturellement, et aussi car c'est une indication pour la course suivante et pour les prescriptions à faire, donc nous utilisons les données."

partages
commentaires
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Article précédent

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Article suivant

Juan Manuel Correa réintègre la Sauber Academy

Juan Manuel Correa réintègre la Sauber Academy
Charger les commentaires
L'avantage inattendu de la course sprint Prime

L'avantage inattendu de la course sprint

Le test des courses sprint en Formule 1 à Silverstone a suscité des réactions mitigées samedi, mais il restait à savoir quel serait son impact sur le Grand Prix de dimanche. Alors que les fans s'émerveillaient du départ de Fernando Alonso, une leçon clé permettait d’anticiper l’accident survenu à Copse le lendemain.

Formule 1
25 juil. 2021
Les conséquences cachées du crash de Verstappen Prime

Les conséquences cachées du crash de Verstappen

Les limitations budgétaires mises en place en 2021 n'ont de cesse d'amener les équipes de pointe à devoir faire de nouveaux compromis pour limiter les dépenses. Ceux-ci sont particulièrement ressentis en situations d'accidents causant d'importants dégâts.

Formule 1
24 juil. 2021
Comment Lawrence Stroll va faire gagner Aston Martin Prime

Comment Lawrence Stroll va faire gagner Aston Martin

Lawrence Stroll est un homme qui aime obtenir ce qu'il veut. Et, en ce moment, ce qu'il veut par-dessus tout, c'est faire de son équipe de Formule 1, Aston Martin, des gagnants et des Champions du monde.

Formule 1
22 juil. 2021
Théo Pourchaire : ses débuts en F2, ses espoirs de titre... et son permis ! Prime

Théo Pourchaire : ses débuts en F2, ses espoirs de titre... et son permis !

Après un week-end bien chargé avec trois courses à Silverstone, quoi de mieux qu'une escale dans le studio londonien de Motorsport.tv ? Théo Pourchaire nous a fait le plaisir de nous rendre visite et s'est exprimé sans tabou sur un grand nombre de sujets, qu'il s'agisse de Formule 1, de Formule 2... ou de son permis de conduire !

FIA F2
21 juil. 2021
Les notes du Grand Prix de Grande-Bretagne 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Grande-Bretagne 2021

Après le Grand Prix de Grande-Bretagne, dixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
19 juil. 2021
Qualifs Sprint : ce qu'il faut garder et ce qu'il faut changer Prime

Qualifs Sprint : ce qu'il faut garder et ce qu'il faut changer

Au Grand Prix de Grande-Bretagne, la Formule 1 a organisé ses premières qualifications sous la forme d'une course sprint. Il est difficile de tirer des conclusions après un seul essai mais nous trouvons déjà des points positifs et des zones à améliorer.

Formule 1
18 juil. 2021
La F1 de 2022 vue par les pilotes Prime

La F1 de 2022 vue par les pilotes

La présentation du modèle à l'échelle 1 mettant en lumière les changements pour la saison 2022 était avant tout un événement dédié aux spectateurs et fans de F1. Mais il a aussi intéressé les pilotes.

Formule 1
17 juil. 2021
Ce que le concept de 2022 nous apprend sur le futur de la F1 Prime

Ce que le concept de 2022 nous apprend sur le futur de la F1

Sur le circuit de Silverstone, théâtre du Grand Prix de Grande-Bretagne, la Formule 1 a dévoilé un modèle à l'échelle 1 d'une monoplace répondant à la réglementation de la saison 2022.

Formule 1
16 juil. 2021