Pourquoi la course du Nürburgring s'appellera GP de l'Eifel

La seule course de la saison disputée sur le sol allemand en 2020 ne s'appellera pas Grand Prix d'Allemagne mais bien GP de l'Eifel. Explications.

Pourquoi la course du Nürburgring s'appellera GP de l'Eifel
Charger le lecteur audio

La pandémie de COVID-19 a eu un impact énorme sur le calendrier 2020. Ainsi, toutes les courses prévues en Asie de l'Est, Océanie et dans les Amériques ont été annulées, laissant uniquement des rendez-vous européens (ou eurasiens) et au Moyen-Orient, les déplacements étant plus aisés car les écuries sont toutes installées en Angleterre ou en Italie. Malgré tout, 17 Grands Prix sont prévus au total.

Lire aussi :

Pour établir un tel calendrier en dépit également de l'annulation d'un certain nombre de manches sur le Vieux Continent (Pays-Bas, Monaco et France), il a fallu parfois organiser deux courses sur une même piste (comme en Autriche, Grande-Bretagne et à Bahreïn) ou même trois GP dans un même pays (à Monza, au Mugello et à Imola en Italie). Il a également fallu aller chercher des pistes qui n'étaient à l'origine pas inscrites au calendrier : le Mugello et Imola donc, mais également le Nürburgring, Portimão, Istanbul et la version "Outer" de Sakhir.

Concernant l'Allemagne, la possibilité d'abord étudiée fut celle d'une course organisée à Hockenheim. Le circuit avait d'accueilli le GP d'Allemagne 2019 et, même s'il n'avait pas de contrat pour 2020, semblait être une option évidente. Toutefois, le choix s'est finalement porté sur le Nürburgring, situé dans une zone géographique le plaçant sous moins de restrictions concernant l'accueil du public

Pourquoi s'appelle-t-il GP de l'Eifel et pas GP d'Allemagne ?

Quand la F1 a présenté son calendrier européen définitif, la surprise a été de voir que l'épreuve organisée au Nürburgring ne portait pas le nom de GP d'Allemagne, mais celui de GP de l'Eifel. La raison est que les organisateurs ne disposaient pas des droits sur ce nom. Dès lors, il s'agissait simplement d'une façon de mettre en avant et de rendre hommage au lieu dans lequel se tient la course.

L'Eifel est en effet la région dans laquelle se situe le circuit du Nürburgring. Plus précisément, il s'agit d'une zone géographique qui s'étend sur les Landers de Rhénanie-Palatinat et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, ainsi que sur la Région wallone belge et sur le Luxembourg, dont la particularité est d'être composée d'un réseau de collines et de forêts. Le paysage typique est celui de l'arrière plan du circuit du Nürburgring.

Lire aussi :

Après l'ère du Crétacé, l'Eifel fut pendant des millions d'années une région de forte intensité volcanique et la plupart des collines sont en réalité des volcans éteints ou endormis. Les spécialistes estiment même qu'il n'est pas impossible que, d'ici plusieurs milliers d'années, la région retrouve une activité volcanique intense.

Quelle est l'histoire du circuit en F1 avant le GP de l'Eifel ?

Le Nürburgring est arrivé en Formule 1 avec le GP d'Allemagne 1951 et a figuré au calendrier dans les années 50, 60 et 70 sous sa forme la plus célèbre, la Nordschleife, long tracé de 22 km serpentant au cœur d'une dense forêt. Sa dangerosité, son aspect très difficile techniquement ont tôt fait de lui donner comme surnom "l'Enfer vert". Après 1976 et l'accident grave de Niki Lauda, cette version de la piste, de plus en plus anachronique vis-à-vis des standards de sécurité, ne reviendra plus en F1.

Il faudra attendre 1984 pour revoir le circuit au calendrier, dans une version totalement raccourcie de 4,5 km qui sera modifiée et rallongée par la modification du premier enchaînement au début des années 2000. La dernière course de Formule 1 avant ce GP de l'Eifel y a été courue en 2013 sur la version de 2002.

Dans l'histoire récente, et notamment dans les années 80 et 90, le GP sur le Nürburgring s'est tenu en parallèle du GP d'Allemagne, qui avait lieu sur le circuit d'Hockenheim. Aussi, il fallait lui trouver un autre nom. Deux occurrences ont été utilisées : d'abord le classique "Grand Prix d'Europe", à 12 reprises entre 1984 et 2007, puis le plus étonnant "Grand Prix du Luxembourg" en 1997 et 1998. Cela dit, comme nous l'avons vu avec la localisation de l'Eifel et la proximité de la frontière, le choix du Luxembourg, seul pays alentours n'ayant jamais organisé de GP, n'est pas totalement farfelu.

partages
commentaires

Voir aussi :

Renault : Il faut vite repenser le moteur F1 après le retrait de Honda
Article précédent

Renault : Il faut vite repenser le moteur F1 après le retrait de Honda

Article suivant

Vettel : "Des combats que je n'aurais pas dû mener" chez Ferrari

Vettel : "Des combats que je n'aurais pas dû mener" chez Ferrari