Qualifs - Verstappen en pole avec la manière

Max Verstappen a signé la pole position du Grand Prix de France de Formule 1 devant les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas.

Qualifs - Verstappen en pole avec la manière

Q1 - Tsunoda et Schumacher partent à la faute

Les tribunes étaient (presque) remplies au coup d'envoi des qualifications du premier Grand Prix de France de Formule 1 organisé depuis la saison 2019. Les températures étaient assez bonnes, 28°C dans l'air et 43°C sur la piste, bien que le temps ne correspondait pas au paysage de carte postale du sud de la France : le circuit Paul Ricard était en effet recouvert par de gros nuages gris.

Lire aussi :

Les Alfa Romeo d'Antonio Giovinazzi et Kimi Räikkönen ont été les premières à quitter les stands. Mais avant qu'un pilote ait eu le temps de terminer son tour lancé, Yuki Tsunoda était arrêté dans le premier secteur. Le pilote AlphaTauri est parti en tête-à-queue à la sortie du deuxième virage et a embrassé le mur de pneus. En dépit d'un léger contact, l'AT02 a refusé de repartir, ce qui a poussé la direction de course à brandir le drapeau rouge. Pour la quatrième fois en sept tentatives, le Japonais est éliminé dès la Q1.

Quelques minutes plus tard, ce sont donc 19 pilotes qui ont repris la piste. Au terme du premier relais, Red Bull a envoyé un message fort en verrouillant les deux premières positions, Max Verstappen (1'31"001) devant Sergio Pérez (1'31"560). Les deux Mercedes de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton accusaient un retard de plus de six dixièmes.

En fin de Q1, Mick Schumacher est parti en tête-à-queue à son tour. Le pilote Haas a percuté les barrières dans le deuxième secteur, un nouveau drapeau rouge fut brandi, ce qui mit un terme à la séance. Comble de l'ironie, l'Allemand était alors dans le top 15 et allait disputer la première Q2 de sa carrière en F1. Sans chrono au moment du second drapeau rouge, Lance Stroll a été la victime malheureuse de cette Q1. Le Canadien prendra le départ depuis la dernière ligne.

Éliminés en Q1 : Latifi, Räikkönen, Mazepin, Stroll, Tsunoda

Q2 - Mercedes contre-attaque

Les candidats à la Q3 se sont élancés avec les gommes mediums à l'exception de George Russell et de Mick Schumacher, sur la touche à la suite de son crash en Q1. Max Verstappen semblait être moins véloce avec les pneus jaunes car c'est son coéquipier Sergio Pérez qui s'est emparé du meilleur temps provisoire en 1'30"971. Néanmoins, les Flèches Noires ont enfin répondu présent. En deux tentatives, et donc avec des gommes mediums légèrement plus usées, Lewis Hamilton puis Valtteri Bottas ont repris les commandes (1'30"735).

Daniel Ricciardo et Sergio Pérez, dans le top 10, ainsi qu'Antonio Giovinazzi, provisoirement éliminé, ont délaissé les mediums pour les tendres en fin de Q2. Or, seul le pilote Alfa Romeo a signé un meilleur temps avec le composé le plus tendre sans pour autant entrer dans le top 10. Également dans la zone rouge à quelques secondes du drapeau à damier, Esteban Ocon n'est pas parvenu à faire son entrée en Q3 pour son Grand Prix à domicile. Un 1'31"736 l'a placé à la première place des éliminés, une poignée de centièmes derrière la McLaren de Daniel Ricciardo.

Éliminés en Q2 : Ocon, Vettel, Giovinazzi, Russell, Schumacher

Q3 - Verstappen a le dernier mot

Le plan de Red Bull, qui se déroulait jusqu'alors sans accroc, a pris du plomb dans l'aile en Q2 lorsque les Mercedes ont signé les meilleurs temps. Et en Q3, l'écurie au taureau rouge a donc fait parler la poudre : à la fin de la première salve de chronos, Max Verstappen a été le plus rapide (1'30"325), suivi par Lewis Hamilton à près de quatre dixièmes, Sergio Pérez à une demi-seconde et Valtteri Bottas à huit dixièmes. Le tour en 1'31"4 de Pierre Gasly, qui lui aurait permis d'être P7, a néanmoins été annulé pour non-respect des limites de la piste au sixième virage.

La température sur la piste a baissé d'un seul degré (43°C) pour les ultimes tentatives de la journée. Les Red Bull ont été les premières à couper la ligne, les Mercedes les suivant à la trace. Verstappen a signé le record dans le premier secteur, amélioré par Hamilton. Le Néerlandais a conclu son tour par un record dans les deuxième et troisième secteurs pour être sûr d'avoir le dernier mot : 1'29"990. Le pilote Red Bull a franchi la barre des 90 secondes, et il a été le seul à le faire ! Lewis Hamilton a dû se contenter de la deuxième place (1'30"248) et Valtteri Bottas de la troisième (1'30"376).

Un peu plus loin sur la grille, les écuries italiennes ont bien performé puisque la Ferrari de Carlos Sainz sera cinquième sur la grille aux côtés de l'AlphaTauri de Pierre Gasly. Charles Leclerc, Lando Norris, Fernando Alonso et Daniel Ricciardo ont complété le top 10.

France Grand Prix de France - Qualifications

Q1

P. Pilote Constructeur Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 1'31.001  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 1'31.237 0.236
3 Mexico Sergio Pérez Red Bull 1'31.560 0.559
4 Finland Valtteri Bottas Mercedes 1'31.669 0.668
5 United Kingdom Lando Norris McLaren 1'31.733 0.732
6 France Pierre Gasly AlphaTauri 1'31.898 0.897
7 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 1'32.079 1.078
8 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 1'32.132 1.131
9 France Esteban Ocon Alpine 1'32.139 1.138
10 Spain Fernando Alonso Alpine 1'32.158 1.157
11 Australia Daniel Ricciardo McLaren 1'32.181 1.180
12 Monaco Charles Leclerc Ferrari 1'32.209 1.208
13 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 1'32.722 1.721
14 Germany Mick Schumacher Haas 1'32.942 1.941
15 United Kingdom George Russell Williams 1'33.060 2.059
16 Canada Nicholas Latifi Williams 1'33.062 2.061
17 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 1'33.354 2.353
18 Russian Federation Nikita Mazepin Haas 1'33.554 2.553
19 Canada Lance Stroll Aston Martin 2'12.584 41.583
20 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri    

Q2

P. Pilote Constructeur Temps Écart
1 Finland Valtteri Bottas Mercedes 1'30.735  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 1'30.788 0.053
3 Mexico Sergio Pérez Red Bull 1'30.971 0.236
4 Netherlands Max Verstappen Red Bull 1'31.080 0.345
5 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 1'31.146 0.411
6 France Pierre Gasly AlphaTauri 1'31.353 0.618
7 United Kingdom Lando Norris McLaren 1'31.542 0.807
8 Spain Fernando Alonso Alpine 1'31.549 0.814
9 Monaco Charles Leclerc Ferrari 1'31.567 0.832
10 Australia Daniel Ricciardo McLaren 1'31.615 0.880
11 France Esteban Ocon Alpine 1'31.736 1.001
12 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 1'31.767 1.032
13 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 1'31.813 1.078
14 United Kingdom George Russell Williams 1'32.065 1.330
15 Germany Mick Schumacher Haas    

Q3

P. Pilote Constructeur Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 1'29.990  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 1'30.248 0.258
3 Finland Valtteri Bottas Mercedes 1'30.376 0.386
4 Mexico Sergio Pérez Red Bull 1'30.445 0.455
5 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 1'30.840 0.850
6 France Pierre Gasly AlphaTauri 1'30.868 0.878
7 Monaco Charles Leclerc Ferrari 1'30.987 0.997
8 United Kingdom Lando Norris McLaren 1'31.252 1.262
9 Spain Fernando Alonso Alpine 1'31.340 1.350
10 Australia Daniel Ricciardo McLaren 1'31.382 1.392

partages
commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Article précédent

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Article suivant

Hamilton tord le cou au "mythe" du changement de châssis

Hamilton tord le cou au "mythe" du changement de châssis
Charger les commentaires
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021