Le réalisateur de PROST affirme que le projet n'est pas à l'arrêt

Le projet de film sur Alain Prost est-il au point mort ? Julien Leclercq, réalisateur de ce long métrage, a tenu à battre en brèche la rumeur, suite à un article paru dans L'Équipe.

Après une présentation lors du marché du film de Cannes en mai dernier, les choses semblaient sur la voie royale pour le long métrage dont Julien Leclercq postait en novembre, sur son compte Instagram, une photo du scénario final avec le commentaire suivant : "Maintenant à nous les migraines, les courbatures, le plaisir, les angoisses, l’adrénaline, la vitesse, les larmes, l’excitation…"

Le tournage aurait pourtant dû débuter à l’été 2017, sur le circuit de Magny-Cours, mais il a été annulé. Serge Saulnier, directeur du circuit, explique ainsi, pour L'Équipe : "Ils ont annulé tardivement, vers mai-juin, on avait tout mis en place, c'était ambitieux, style Rush [le film de Ron Howard sur la saison 1976 de Formule 1]. Mais on sentait que ça n'allait pas se faire. Un investisseur s'était retiré."

Suite à l'article paru ce dimanche 25 mars dans le quotidien sportive français, le réalisateur a réagi, toujours sur Instagram, en livrant une longue explication des difficultés rencontrées par le film, principalement dues au retrait de SFR.

"Évidemment PROST est mon film le plus ambitieux : sortir des Formule 1 vieilles de 30 ans et les lancer visuellement à 300 km/h est un challenge de taille. J’ai passé plusieurs mois avec Alain Prost pour coller et comprendre au mieux la psychologie du champion et l’intégrer dans la partie de sa vie que je traite... Lui et moi avons la même ambition pour faire ce film."

"Je ne vais pas vous expliquer comment fonctionne le financement du cinéma français... mais faire un film de cette ampleur demande l’alignement de plusieurs planètes... La veille de la préparation, un nouveau partenaire (...) s’est retiré du projet : après nous avoir fait savoir que PROST serait leur premier film en tant que coproducteur, SFR, a stratégiquement décidé de ne plus s’investir dans le cinéma. (En tout cas, en juin 2017). Michel Combes, le PDG à l’époque, passionné de Formule 1, qui parrainait le projet a, depuis, quitté le groupe."

Passé à la réalisation d'un autre film, Leclercq a expliqué que cela n'avait rien à voir avec un abandon de PROST : "Pour des raisons de météo (raccord aux images d’archives), il m’est impossible de réaliser ce film en plein hiver. C’est pourquoi j’ai eu l’opportunité de mettre en scène THE BOUNCER avec J.C. Van Damme. Je termine le tournage dans 2 jours, avant de retourner sur la piste de PROST."

"Bref, je suis sûr de 2 choses : la première est que je ferai ce film, la deuxième est que vous [L’Équipe] venez de gagner un carton de non-invitation pour assister au tournage."

"Étonné que ça ne se fasse pas"

Citées par L'Équipe, d'autres personnes gravitant autour de la production faisaient part du fait que le projet n'était pas à l'arrêt, tout en ne niant pas des difficultés pratiques. 

Par exemple, Jean-Claude Lagniez, le responsable de Cinécascade, une société spécialisée dans la réalisation de cascades et de véhicules pour le cinéma, se montrait assez optimiste : "Je serais étonné que ça ne se fasse pas", tout en précisant que la recherche des monoplaces pour le film n'était pas forcément chose aisée.

"Mansell a une Ferrari qui nous plaisait, il ne veut pas nous en faire profiter. Mais je crois en avoir trouvé une autre au Luxembourg, un vrai boulot de Romain. Une seule des McLaren roule, celle d'Alain lors du titre 1985 et Éric [Boullier, le directeur de la compétition de l'équipe de Woking] ne sait pas combien de kilomètres elle peut tenir. Il y aura beaucoup de scènes à l'arrêt. On collera des nez de F1 sur des Formule Renault. Limite on poussera. Et puis la palette fait des miracles. Ce sera beau et bien fait. Alain le veut."

Julien Madon, le producteur de PROST, s'est également montré rassurant : "C'est trop tôt pour parler de tout ça… On est encore loin du tournage… Prost est OK à 99% sur le scénario… Le film n'est pas du tout à l'arrêt… Si vous voulez savoir, on a signé avec une très grosse production chinoise, la plus grosse jamais vue en France après Besson..."

Le film, qui doit retracer la vie du quadruple Champion du monde français, appuiera notamment sur sa rivalité avec Ayrton Senna mais aussi sur des épisodes plus intimes. Guillaume Gouix a été choisi pour interpréter Alain Prost, aux côtés d'un casting pour l'heure composé d'Olga Kurylenko, Richard Berry (qui a été choisi pour le rôle du journaliste Jean-Louis Moncet) ou encore Ana Girardot.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alain Prost
Type d'article Actualités