Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

Il est extrêmement rare que les commissaires de Formule 1 reviennent sur une décision, mais c'est bien ce qui s'est passé au Grand Prix d'Autriche.

Comment Red Bull a mené les commissaires à pénaliser Hamilton

À l'issue des qualifications sur le circuit du Red Bull Ring, Lewis Hamilton avait fait l'objet d'une enquête des commissaires pour ne pas avoir ralenti suffisamment sous drapeau jaune lorsque son coéquipier Valtteri Bottas était sorti de piste. Le pilote Mercedes s'était défendu en expliquant avoir vu certes des drapeaux jaunes mais aussi un panneau lumineux vert ; il avait ainsi été innocenté. Or, le lendemain, Hamilton a été convoqué à nouveau, et une pénalité de trois places sur la grille lui a été infligée moins d'une heure avant le départ du Grand Prix. Que s'est-il passé entretemps pour mener à un tel retournement de situation ?

Lire aussi :

Il se trouve que samedi soir, le compte Twitter de la F1 a publié une vidéo de l'incident, d'abord avec une vue extérieure de la monoplace de Hamilton mais ensuite avec une caméra embarquée à 360°. En l'occurrence, le montage vidéo s'attardait tout particulièrement sur un panneau lumineux jaune qui clignotait au moment du passage de Hamilton, qui a fait son meilleur temps dans ce tour-là. Le dimanche matin, Jonathan Wheatley (team manager Red Bull) a contacté les commissaires pour savoir s'ils avaient consulté les images de cette caméra.

"On nous a signalé sur les réseaux sociaux qu'il y avait un angle de caméra différent, la caméra à 360°", explique Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, interrogé par Motorsport.com"Elle montrait très clairement qu'il y avait un panneau lumineux jaune, à côté duquel il était passé. Cela semblait correspondre à Mexico [où Verstappen avait reçu une pénalité pour une infraction similaire en 2019, ndlr]. Nous avons donc demandé à la FIA d'y jeter un nouveau coup d'œil. Ils ont dit qu'ils n'avaient jamais vu ces images. Pour quelque raison que ce soit, ils n'y avaient pas accès ou n'avaient pas regardé cette caméra. Une fois qu'ils l'ont fait, la décision a été très simple pour eux."

En réalité, les commissaires n'avaient pu consulter les images d'aucune caméra embarquée avant de rendre leur premier verdict, une information confirmée par le directeur de course Michael Masi. "Ce n'est que très tard que Red Bull nous a informés qu'il y avait une vidéo à 360°, qu'il y avait de nouveaux éléments. Nous ne savions pas que ceux-ci existaient, à vrai dire. Et nous avons beaucoup de chance que le droit de réexamen ait été inclus dans le Code sportif international il y a quelques années." Le CSI indique effectivement que les commissaires peuvent réévaluer leur décision si l'une des parties concernées ou affectées par la décision, ou le Secrétaire Général du Sport de la FIA, le demande, à condition qu'un nouvel élément "significatif et pertinent" ait été découvert depuis le verdict original. La vidéo de la caméra 360° entrait parfaitement dans ce cadre.

Michael Masi, directeur de course

Masi tient toutefois à clarifier la situation : "Je pense que les bons mots n'ont pas été utilisés. Ce n'était pas une réclamation de Red Bull, c'est une question qu'ils ont posée : 'Est-ce un nouvel élément significatif ?'. C'est pourquoi il y a eu deux décisions différentes. Les commissaires ont déterminé que s'ils avaient eu ces images [samedi], ils auraient pris la même décision qu'avant la course."

Masi explique également le fait que les images de cette caméra n'aient pas été mises à la disposition des commissaires immédiatement. "C'est quelque chose dont nous avons discuté [dimanche après-midi] avec Formula One Management. Ce n'est pas quelque chose qui est disponible en direct, en raison de la bande passante. Il faut télécharger la vidéo, la traiter, etc."

Le timing était particulièrement inhabituel, puisque la nouvelle enquête a été officialisée à 13h33, tandis que la pénalité n'a été confirmée qu'à 14h29, avec le départ du tour de formation prévu à 15h10. Or, les directives liées à la pandémie de COVID-19, imposent à la mise en grille de commencer une demi-heure plus tôt que d'habitude ; ainsi, lorsque Red Bull a installé Max Verstappen à la deuxième position et Mercedes a placé Lewis Hamilton à la cinquième, il était déjà clair qu'une pénalité allait lui être infligée, même si ce n'était pas encore officiel. "Il fallait que Mercedes ait une audience et soit entendu, que l'on suive le processus."

Dans leur décision finale, les commissaires ont indiqué : "Les nouvelles images vidéo montrent clairement qu'un panneau lumineux jaune clignotait sur le côté gauche de la piste au virage 5. Un panneau lumineux vert clignotait à la fin du secteur de commissaires numéro 9. Prenant ces faits en compte, les commissaires annulent la décision 33 et imposent la pénalité susmentionnée."

C'était moins une pour Red Bull, qui pouvait s'estimer heureux que la vidéo soit découverte à temps pour faire la différence ; Verstappen et Albon ont chacun gagné une place sur la grille, grâce au recul de trois positions pour Hamilton. Ce dernier a fini quatrième, quand les deux Red Bull n'ont pas eu de réussite et ont été contraintes à l'abandon... Albon s'accrochant notamment avec Hamilton.

Lire aussi :

Avec Adam Cooper et Jonathan Noble

partages
commentaires

Voir aussi :

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé
Article précédent

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Article suivant

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021

McLaren espère un gain de performance malgré les restrictions en 2021
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021