Mercedes nie avoir gelé les positions entre Bottas et Hamilton

Le Grand Prix d'Autriche 2020 a-t-il été une réédition de la célèbre consigne Multi 21 ? Toto Wolff le nie.

Mercedes nie avoir gelé les positions entre Bottas et Hamilton

"Multi 21" fait partie des expressions les plus célèbres de l'Histoire de la Formule 1, consigne donnée par Red Bull à ses pilotes pour entériner le doublé au Grand Prix de Malaisie 2013, avec Mark Webber en tête devant Sebastian Vettel. Ce dernier avait refusé d'obtempérer et avait attaqué son coéquipier pour remporter la victoire.

Lire aussi :

Ce dimanche, les Mercedes souffraient sur les vibreurs du Red Bull Ring, et l'on craignait ainsi une défaillance des boîtes de vitesses des Flèches d'Argent. L'écurie a donc communiqué à Valtteri Bottas, via la radio, le message "Urgent Chassis Default 2-1", dans un contexte où le second pilote de l'écurie était effectivement en tête devant son partenaire Lewis Hamilton. Il semble toutefois que le parallèle avec Multi 21 ait été le fruit d'un excès d'imagination de la part de certains observateurs.

"Ne soyez pas parano ! Cela n'a rien à voir avec Multi 21", s'exclame le directeur d'équipe Toto Wolff, interrogé à ce sujet après la course. "Nous n'avons jamais joué à ça, à moins qu'il y ait un problème sur la voiture, et nous n'interférerions jamais avec une bataille lors des premières courses de la saison. Ils avaient complètement la liberté de se battre."

Lire aussi :

"Ce que nous avons fait et que nous faisons toujours sur les deux voitures, c'est leur donner la même recommandation de se tenir à l'écart des vibreurs. Et parce que personne ne nous concurrençait à un certain stade, nous avons baissé la puissance des moteurs afin de préserver l'unité de puissance. Il n'y a eu aucune consigne d'équipe, qu'elle soit cachée, subtile ou directe."

Toto Wolff, directeur, Mercedes AMG

En revanche, lorsque Hamilton a été pénalisé de cinq secondes pour avoir accroché Alexander Albon, Mercedes a envisagé de demander à Bottas de le laisser passer temporairement afin qu'il puisse creuser l'écart sur ses rivaux, mais l'écurie a finalement jugé la situation trop complexe pour ce faire. Hamilton a finalement perdu le podium pour deux dixièmes de seconde face à Lando Norris.

"Peut-être qu'avec toutes les informations que nous avons eues ensuite, nous aurions eu la troisième place", analyse Wolff. "Il y a eu une discussion, mais cela a commencé à être vraiment le bazar. C'est arrivé à Budapest il y a bien des années, et nous avons failli nous faire dépasser par [Max] Verstappen."

"Ma réflexion était qu'il fallait expliquer à Valtteri ce qui se passait, à savoir qu'il y avait une pénalité de cinq secondes, puis demander à Lewis de laisser Valtteri repasser au dernier tour. Mais si Valtteri ne tient pas le rythme, [Lewis] ne peut pas le laisser passer, et si Leclerc et Norris sont juste derrière lui en pneus neufs, Valtteri se retrouve quatrième au lieu de gagner la course. Trop de complexité pour faire cet échange de positions. Trop de risques."

Lire aussi :

Hamilton a dû changer sa stratégie

Quant à Hamilton, battu par Bottas pour la pole position avec 0"012 de déficit, puis relégué à la cinquième place de la grille pour ne pas avoir respecté le drapeau jaune provoqué par son coéquipier en Q3, il comptait adopter une stratégie alternative en course pour jouer la victoire face au Finlandais. La neutralisation provoquée par l'abandon de Kevin Magnussen au 25e tour l'a toutefois empêché de mettre son plan à exécution.

"Dans une équipe comme la nôtre, la première voiture a toujours la priorité dans les stands", explique Hamilton. "Et si on ressort avec les mêmes pneus, on ne peut pas faire grand-chose sur un tel circuit. Il faut être plus rapide d'environ huit dixièmes de seconde pour avoir l'opportunité de se battre avec la voiture de devant. Je savais donc qu'avec les mêmes pneus, j'allais probablement finir derrière."

"Puis la voiture de sécurité est entrée en piste et a chamboulé la situation, car je comptais prolonger mon relais aussi longtemps que possible pour ensuite chausser les pneus opposés [les mediums face aux durs, ndlr] – en somme, prendre un risque, car c'est ce que j'aime faire quand je suis derrière. Mais cela ne s'est pas passé ainsi, et je ne pense pas que ce fût un gros problème. Bien d'autres choses sont entrées en jeu."

partages
commentaires

Voir aussi :

Mercedes espère atténuer son problème de boîte de vitesses

Article précédent

Mercedes espère atténuer son problème de boîte de vitesses

Article suivant

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé

Zanardi de nouveau opéré, le pronostic toujours réservé
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021