Réduction des coûts : Une priorité qui divise

Très vite, les discussions et les désaccords quant à la politique de réduction des coûts à mener à partir de l’an prochain ont pris le dessus sur celles de la sonorité des nouveaux moteurs V6 turbo

Très vite, les discussions et les désaccords quant à la politique de réduction des coûts à mener à partir de l’an prochain ont pris le dessus sur celles de la sonorité des nouveaux moteurs V6 turbo. Pour le moment en tout cas. Sans refaire l’histoire de ces dernières semaines, il faut tout de même rappeler que la FIA avait annoncé au sortir d’un Conseil Mondial en décembre dernier l’instauration de budgets plafonnés pour la saison prochaine. Une décision sur laquelle est finalement revenu Jean Todt de manière orale lors du Grand Prix de Chine, provoquant le courroux des plus petites équipes du plateau. En tête desquelles Sauber, où Monisha Kaltenborn n’a de cesse de tirer le signal d’alarme.

Face à cette situation qui se tend entre les top teams et les autres, une réunion avait donc été convoquée en urgence jeudi dernier entre l’ensemble des équipes du plateau, Jean Todt et Bernie Ecclestone. Sans surprise,

aucun accord n’en est sorti

et

les mesures techniques proposées par la FIA

restent pour le moment au rang d’éventualités.

Tandis que des discussions reprendront avant la fin du mois pour tenter d’aller vers un accord majoritaire, certains comme Toto Wolff continuent de prôner la réduction des coûts par l’instauration de règles sportives et techniques plus strictes, davantage que par un contrôle direct des dépenses.

« Il y un avis unanime des équipes sur le fait que les coûts doivent être radicalement réduits », assure le patron de l’écurie Mercedes AMG dans Sport Bild après cette fameuse réunion de Biggin Hill. « Il y a de grosses différences dans les agendas des équipes. Si l’on pense à Red Bull, Mercedes, Ferrari, et même McLaren avec Honda pour l’année prochaine, l’objectif principal est de représenter une multinationale, une marque. C’est évidemment différent pour les petites équipes, qui sont là simplement pour courir en Formule 1. »

« Mais la Formule 1, ce sont toutes ces équipes réunies, les grandes et les petites, et il faut respecter cela et trouver des solutions qui aideront tout le monde sur le long terme. »

Au-delà des mesures techniques imaginées par la FIA, d’autres propositions auraient été mises sur la table pour enclencher une réduction des coûts. Ainsi le fait de n’organiser qu’une seule séance d’essais libres le vendredi des Grand Prix aurait été discuté, tout comme l’instauration d’un régime de parc fermé à la suite de celle-ci, ce qui empêcherait notamment les équipes de faire venir des pièces en urgence par avion entre les essais du vendredi et du samedi. Actuellement, ce régime de parc fermé existe entre les qualifications et la course.

Autre mesure discutée, mais qui n’aurait pas vraiment fait l’unanimité, celle de limiter de manière réglementaire certaines évolutions aérodynamiques : par exemple, chaque équipe pourrait changer la spécification de son aileron avant seulement quatre fois dans une saison.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Toto Wolff , Jean Todt , Bernie Ecclestone
Équipes McLaren , Mercedes , Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités